Accueil A la Une Abrogation des dernières nominations du Csm : Le début du démackyllage

Abrogation des dernières nominations du Csm : Le début du démackyllage

0
129

Abrogation des dernières nominations du Csm : Le début du démackyllage

Le Président Diomaye Faye a abrogé, ce 3 avril, les décisions prises lors du dernier Conseil supérieur de la magistrature sous Macky Sall dont la plus importante est la nomination à la tête de la Cour suprême, du magistrat Abdoulaye Ndiaye.

Le «déMackyallage» commence maintenant. En attendant d’autres mesures présidentielles, le Président Dio­maye Faye a, par décret, le 3 avril 2024, abrogé toutes les mesures prises lors de la réunion du Conseil supérieur de la magistrature (Csm) tenue le 29 mars 2024. C’est le retour au statu quo ante. Ces décisions avaient surpris, surtout qu’elles ont été prises par le Président Sall à moins de 4 jours de la fin de son mandat. Et elles concernaient la plus haute juridiction du pays notamment. Abdoulaye Ndiaye, précédemment président de Chambre dans cette juridiction, fut porté Premier président de la Cour suprême, en remplacement de M. Ciré Aly Ba, admis à la retraite. Le magistrat Mamadou Diakhaté, précédemment Secrétaire général dans cette même cour, devenait ainsi président de Chambre à ladite juridiction. Alors que Madame Seynabou Ndiaye Diakhaté fut intronisée par le Csm «Première avocate générale près ladite cour pour compter du 1er août 2024». Le magistrat Oumar Gaye, président de Chambre à la Cour suprême, devait cumuler ses fonctions avec celles de Secrétaire général de ladite cour.

Nominations au niveau du Pool judiciaire financier
Dans le document, il est également indiqué que Amadou Fall Ndiaye, précédemment président de Chambre à la Cour d’appel de Thiès, est affecté à «l’Administration centrale du ministère de la Justice pour raisons de santé». Pour ce qui est de la Cour d’appel, Aminata Diène Paye, précédemment affectée à l’Administration centrale du ministère de la Justice, fut ordonnée présidente de Chambre à la Cour d’appel de Dakar. Toujours concernant cette juridiction, Amadou Seydi, procureur de la Répu­blique près le Tribunal de grande instance de Pikine-Gué­diawaye, devait devenir Premier procureur de la République près le Pool judiciaire financier. Cette nouvelle création fait suite à la dissolution de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) dont l’existence était sujette à polémiques à cause de sa fonction inique et unique. Yous­soupha Diop, président de Chambre à la Cour d’appel de Thiès, a été propulsé par le dernier Csm, président du Collège des juges d’instruction du Pool judiciaire financier. Alors que El Hadj Abdoulaye Bah, Substitut général près la Cour d’appel de Dakar, fut nommé procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Pikine-Guédia­waye.

Concernant la Cour d’appel de Saint-Louis, Madické Diop, président du Tribunal de grande instance de Diourbel, devait rallier la Cour d’appel de Saint-Louis en tant que président de Chambre. Boubacar Ndiaye Fall, précédemment en position de détachement auprès du ministère des Transports aériens et du développement des infrastructures aéroportuaires, retournerait dans la magistrature en tant que vice-président du Tribunal de grande instance de Louga. Et Idrissa Ndiaye, précédemment juge au Tribunal de grande instance de Louga, est le président du Tribunal de grande instance de Diourbel. Toutes ces mesures ont été abrogées par Bassirou Diomaye Faye.

Par Justion GOMIS – justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici