Khartoum : les 14 groupes armés déterminés à rompre les négociations dès l’expiration de leur ultimatum

0
168

Les nouvelles en provenance de la capitale soudanaise  ne sont pas du tout bonnes. De vives tensions auraient été signalées entre les négociateurs et les observateurs qui seraient même venus aux mains, suivis des propos orduriers, d’une part, et tout le monde est informé de  la menace claire et nette affichée par les 14 groupes armés de quitter la négociation, si le gouvernement continue de rejeter leurs demandes relatives à l’amnistie et à la nomination d’un premier ministre, aux pouvoirs étendus, et issu de leur rang.  C’est la reformulation de l’avant – projet de l’accord qui aurait mis le feu aux poudres. Écartés du document initial qui leur a été remis par les facilitateurs, ces deux points non – négociables, selon eux, ont été formulés, reformulés et  inscrits  en lettres d’or dans l’avant – projet de l’accord, de la manière suivante :

« PRÉALABLE DES GROUPES ARMES SIGNATAIRES RELATIF AU PROJET D’ACCORD DE PAIX ET DE RÉCONCILIATION ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LES GROUPES ARMÉS Soucieux d’un retour durable sans heurts de la paix en RCA, nous groupes armés, signataires du présent préalable, réunis en séance extraordinaire, le Mardi 29 janvier 2019 de quinze heures à dix huit heures, et après avoir examiné minutieusement leDraf relatif au projet d’accord de paix et de réconciliation en République Centrafricaine, avons constaté que des points fondamentaux et vitaux de nos revendications à savoir : 1. Prendre des mesures portant l’amnistie générale. 2. Mise en place d’un Gouvernement de sortie de crise avec un Premier Ministre choisis parmi les groupes armés afin de rétablir la confiance, la sécurité et la paix. 3. Un Premier Ministre issu des groupes armés, désigné par consensus entre les parties. 4. Le statut des leaders des groupes armés et certains de leurs proches collaborateurs. 5. La Redéfinition des organes des comités stratégique, technique ainsi que celui de la coordination nationale DDR /RSS/RN pour s’assurer de l’intégration et de la représentativité effective des groupes armés. 6. La transformation des groupes armés en unité mixte de patrouille temporaire pour assurer la quiétude, la sécurité et la libre circulation des personnes et des biens dans les localités dont ils ont le contrôle avec l’appui de la communauté internationale, en attentant l’enrôlement de leurs éléments qualifiés dans les forces de défense et de sécurité. 7. Création des brigades nomades pour la sécurisation : – des couloirs de transhumance des éleveurs et de leurs bœufs ; – Des agriculteurs , – De la lutte contre le banditisme et les vols de bétails ; N’ont pas été pris en compte dans le draft d’accord de paix remis le samedi 26 Janvier 2019 par l’équipe de facilitateur. Voilà très respectueusement, nos pertinentes positions sur l’analyse du draft que nous avions l’honneur de vous remettre. Fait à Khartoum, le 29 Janvier 2019 Pour les groupes armés, La liste des signataires en annexe ».

Ce nouveau draft a été remis à la délégation gouvernementale pour suite à donner. Mais, n’étant pas en mesure de se prononcer en toute responsabilité, en sa qualité de chef de mission nanti de tous les pleins pouvoirs, M. Firmin Ngrébada l’aurait purement et simplement transmis à Bangui pour instructions et conduite à tenir. Et la réponse de Bangui est NIET, à savoir pas d’amnistie et pas de gouvernement d’union nationale avec un premier ministre issu de leur rang et avec des pouvoirs étendus. En réaction, les 14 groupes armés refusent de négocier et lancent un ultimatum de 48 heures, en ces termes :

« Alerte :  Nous les quatorze groupes armés réunis à Khartoum, après une franche concertation sur la question d’amnistie qui est considérée comme le mot déclencheur de l’unité nationale et de réconciliation de centrafricaines et centrafricains qui n’a pas trouvé des réponses adéquates de part du gouvernement et de l’union Africaine. Nous avons suspendus les travaux pour 48heures en attendant la réponse du gouvernement sur cette question ».

Aux dernières nouvelles,  comme nous l’avons annoncé un peu plus haut, ceux – ci sont déterminés à se retirer de la négociation de Khartoum dès l’expiration de leur menace.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here