Comment les « wagnériens » terrorisent la Centrafrique (1)

0
138

 

18 juin 2023

Le meurtre de journalistes n’était que le début Comment les « wagnériens » terrorisent la Centrafrique

Il y a près de cinq ans, le 30 juillet 2018, trois journalistes russes étaient tués en République centrafricaine : Orkhan Dzhemal, Kirill Radchenko et Alexander Rastorguev. Des reporters se sont rendus en République centrafricaine pour préparer un dossier sur les activités des mercenaires wagnériens dans ce pays. Après une longue enquête, le Dossier Center est parvenu à la conclusion que les structures du fondateur du groupe Wagner Yevgeny Prigozhin étaient impliquées dans le meurtre. Depuis lors, les exécutions extrajudiciaires de civils, les pillages, les passages à tabac de prêtres et les tirs sur le personnel de l’ONU sont devenus la norme pour les mercenaires russes en RCA. Tous ces événements sont décrits en détail dans leurs rapports.

Cinq ans plus tard, grâce aux fuites des archives internes de #Wagnerleaks, nous pouvons répondre à la question qui intéressait les journalistes décédés : que fait exactement le groupe Wagner en RCA ? Le Dossier Center, en collaboration avec les publications Le Monde, Capa Presse et Die Welt, a étudié des documents internes des structures de Prigozhin qui révèlent les détails du déploiement militaire massif du groupe de mercenaires Wagner en République centrafricaine, ainsi que les conséquences de leur travail. dans le pays.

Enlèvements et meurtres

En mai 2023, les habitants du quartier du 5e kilomètre à Bangui, la capitale de la République centrafricaine, ont fermé leurs commerces et organisé une manifestation contre la violence en cours des mercenaires wagnériens. Selon les habitants, l’armée privée d’Evgueni Prigojine harcèle, kidnappe, viole et torture des Centrafricains. L’action de protestation a été précédée d’une série d’enlèvements de résidents locaux : des mercenaires ont saisi le Tchèque Samjid Mahamat Chibeke, son parent, dont le nom a été donné comme Harun, et Mahamat Amat Hafid Musa Bachir, 70 ans. Après plusieurs heures de torture, les wagnériens en ont relâché deux. Chibeke, selon l’édition locale du CNC, a été transporté à l’hôpital et est tombé dans le coma. Le sort du vieux Bachir reste inconnu.

Les protestations ont fait un tel tapage que le conseiller russe du président de la République centrafricaine Vitaly Perfilyev est venu chez les Centrafricains. Il a insisté pour que les « wagnériens » mènent toutes les opérations conjointement avec la gendarmerie centrafricaine. Cependant, des dizaines de rapports internes et de références des structures de Prigozhin montrent que ce n’est pas le cas.

A en juger par les documents dont dispose le « Dossier », les mercenaires russes en République centrafricaine se sont rapidement mêlés à leur vie habituelle – avec l’alcool, la violence et les meurtres. Avec le meurtre de Dzhemal, Radchenko et Rastorguev en 2018, leur anarchie ne fait que commencer.

Selon le Dossier, les hommes de Prigozhin en RCA pourraient être à l’origine d’un autre enlèvement : un témoin clé du meurtre des reporters Bienvenue Duvokam a disparu en 2021. Duvokama conduisait une voiture dans laquelle des journalistes roulaient dans un piège – pour rencontrer un fixeur inexistant, Martin. Selon une source du Dossier à Bangui, Duvokama a été enlevé au Cameroun par des personnes travaillant pour Prigozhin et ramené en République centrafricaine fin 2020. Ses allées et venues sont encore inconnues.

Auparavant, le « Dossier » avait réussi à établir que tout au long du déplacement professionnel des journalistes, le chauffeur était resté en contact avec le gendarme local Emmanuel Tuagende Kotofio, qui les suivait. Kotofio, à son tour, communiquait constamment avec les employés de Prigozhin en République centrafricaine. Duvokama était prêt à partager des informations sur le meurtre de Russes avec des journalistes – probablement à cause de cela, il a été kidnappé.

En janvier 2019, les « wagnériens » sont apparus dans une autre histoire d’enlèvement, cette fois d’un habitant local, Mahamat Nur Mamadou. Après une fausse dénonciation de liens avec le groupe musulman Séléka, des soldats des FACA ont arrêté Mamadou et l’ont emmené dans une base qu’ils partagent avec des mercenaires russes. De là, les combattants de Wagner l’ont transporté dans leur base séparée, où ils l’ont interrogé et torturé. « Ils m’ont attaché les mains et couvert ma tête avec une veste, ils m’ont battu à coups de poing. Attaché la nuit. Ensuite, ils l’ont emmené à leur base », a déclaré Mamadou. La torture comprenait des passages à tabac, la pendaison et l’amputation d’un doigt. Plus tard, Mamadou a été libéré, et après que son cas ait été soumis à l’ONU, l’homme a été tué dans des circonstances peu claires.

Dans le rapport interne des structures de Prigozhin daté du 26 février 2019, l’incident est décrit comme suit : « 2 habitants de la République centrafricaine détenus pendant la bataille, soupçonnés d’avoir participé au groupe Séléka dans des circonstances inconnues – 200, 1 habitant de la République centrafricaine (détenu pendant la bataille, soupçonné d’avoir participé à la Sileka groupe – 300 tortures ont été utilisées pendant les interrogatoires et 1 phalange de la main droite a été amputée.

« 200 » désigne les morts, « 300 » – les blessés. La description de la blessure coïncide complètement avec la torture d’un citoyen de la République centrafricaine Mamadou. Ainsi, en plus de Mamadou, qui est désigné comme le « 300e » dans le rapport, il y a un autre habitant du quartier qui a été tué sans procès ni enquête par les employés d’Evgueni Prigojine.

Dossier et ses partenaires ont également découvert qu’en mai 2021, des employés de Wagner ont fait irruption dans la maison d’un boucher nommé Mamadzen dans la ville de Kaga-Bandoro et l’ont emmené avec sa connaissance. Selon des témoins oculaires, ils ont été amenés à la base Wagner, située à la sortie de Kaga-Bandoro. On ne sait pas exactement ce qui est arrivé aux Africains, mais deux jours plus tard, des résidents locaux ont retrouvé leurs corps près de la route à quelques kilomètres de la ville. Des témoins ont affirmé qu’au moment de l’assassinat, il y avait un certain mercenaire avec l’indicatif d’appel « Baga » à la base de Wagner. A en juger par la liste des employés de Wagner, il y avait vraiment une personne avec un tel indicatif d’appel dans le groupe – Marat Shamilevich Bagauetdinov (numéro personnel M-1587).

Il a rejoint Wagner en juin 2015. En 2017, ils prévoyaient de le licencier, mais il s’est retrouvé en République centrafricaine. En 2021, Bagauetdinov, selon une source centrafricaine, travaillait pour des mercenaires en tant que chauffeur, ce qui coïncide avec son dossier de demande d’admission au groupe Wagner. Le dossier n’a pas d’autre preuve de son éventuelle implication dans le crime, à l’exception de l’identification par les résidents locaux. Plusieurs numéros disponibles associés à Bagauetdinov ont été répondus par sa sœur, qui affirme que son frère n’était jamais allé en Afrique. En 2022, il est apparemment retourné dans son Oufa natal .

S’adressant au Monde, une source militaire française a donné plusieurs exemples plus récents de violence par le groupe Wagner.

Le 31 mars 2023, des mercenaires ont arrêté deux hommes et les ont emmenés au commissariat de Bouar. Les « wagnériens » ont insisté pour qu’ils soient placés en garde à vue. Puis, selon l’interlocuteur du Monde, les mercenaires ont commencé à torturer les hommes, puis ont emmené les « suspects » à l’hôpital dans un état critique. L’un est décédé le jour même et l’autre le lendemain matin. L’identité de l’un d’eux, Charles Yabenindzhi, 33 ans, a été établie, seul son âge est connu pour le deuxième homme – 28 ans.

Le 3 avril 2023, à Cabo, une ville proche de la frontière avec le Tchad, les autorités locales et les forces de sécurité ont informé la police de l’ONU (UNPOL) de la panique au sein de la population locale. Il s’est avéré qu’une moto a explosé à l’entrée de la base Wagner à Cabo. En réponse, des mercenaires en colère ont battu deux membres de l’armée centrafricaine des FACA qui se trouvaient à la base avec des crosses de mitrailleuses. Les deux avaient besoin de soins médicaux. Le lendemain matin, les mercenaires battent le clergé (le vicaire et son probationnaire). Ils ont alors interdit toute activité commerciale dans la commune et saccagé des maisons, dont le bâtiment de la gendarmerie. Plus tard, les mercenaires ont arrêté plusieurs résidents locaux et les ont détenus à leur base.

Dans les réseaux sociaux et la presse locale, on compte une dizaine d’autres rapports d’incidents et de meurtres similaires, dans lesquels des mercenaires wagnériens sont directement ou indirectement mis en cause.

En plus des meurtres, les « wagnériens » en RCA, à en juger par la documentation interne, pratiquent le « tir sur les instructeurs de l’ONU », le pillage, la consommation de drogue et d’alcool. En 2019, des employés de l’ONU ont été la cible de tirs de combattants portant les indicatifs d’appel « Borzy » (Denis Borozan, numéro personnel M-5090) et « Dean » (Denis Galichkin, numéro personnel M-5055). Pour avoir attaqué des représentants d’une organisation internationale, ils se sont vu infliger des amendes (150 et 300 000 roubles) et le licenciement de Wagner. Les relations entre Wagner et l’ONU en RCA ont toujours été tendues, mais c’est la première fois que des affrontements violents sont signalés dans des reportages.

https://dossier.center/wagner_car/

Lu et Traduit Pour Vous

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici