REORGANISATION DES FORCES ARMEES  : Pourvu que suivent les résultats sur le terrain !

0
39
Burkina Faso's new junta leader Capitain Ibrahim Traore (C) attends the funerals of 27 soldiers killed as they escorted 207-vehicles in a convoy, during a ceremony at the General Sangoule Lamizana military camp in Ouagadougou on October 8, 2022. The ambush of the convoy, claimed by Al-Qaeda, officially killed 37 people, including 27 soldiers. Seventy truck drivers remain missing, according to their union. The disaster has become a symbol of the state's inability to secure remote countryside areas and protect local people, 10 years into a bloody jihadist insurgency in the Sahel region. Five days later, Burkina was rocked its second coup in less than nine months -- the fifth in two years in the landlocked West African region. (Photo by Issouf SANOGO / AFP)

REORGANISATION DES FORCES ARMEES  : Pourvu que suivent les résultats sur le terrain !

Le président de la Transition, Ibrahim Traoré, vient de procéder à un  réaménagement au sein des Forces armées nationales (FAN). En effet, afin de redynamiser la lutte contre le terrorisme dans notre pays, il a créé six  nouveaux Bataillons d’intervention rapide (BIR) qui auront, entre autres, pour mission «  d’intervenir le plus rapidement possible en privilégiant la mobilité et la puissance du feu face à toute menace contre l’intégrité du territoire national ». Et ce n’est pas tout. Car, le nombre de régions militaires passe de trois à six. Il en est de même pour les légions de gendarmerie qui passent aussi à six. Ces mesures, on l’imagine, ont pour objectif de renforcer le maillage du territoire national par les Forces de défense et de sécurité (FDS). Je ne suis pas militaire et je ne maîtrise rien des questions militaires. Mais en tant que profane, je trouve que ces mesures que vient de prendre le président de la Transition tombent à point nommé. Car, notre armée, il faut le dire, a besoin d’une véritable réorganisation pour être plus opérationnelle et plus offensive sur le terrain. En fait, comme j’ai l’habitude de le dire, ceux qui nous attaquent ne sont pas plus forts que nous. Ils ne sont pas plus courageux que nos soldats. Ils ne sont pas non plus invincibles. Et contrairement à ce qu’ils laissent croire, ils ont aussi peur de la mort. Ce n’est pas pour rien que parfois, face à la puissance de feu des FDS, certains assaillants abandonnent armes et munitions pour prendre la poudre d’escampette.

 Il est temps que l’on se mobilise derrière les FDS

 Cela dit, j’en appelle à un véritable réarmement moral des troupes. Il faut harceler l’ennemi, le traquer jusque dans ses derniers retranchements jusqu’à ce que change le rapport de forces sur le terrain. Et je suis sûr que si la traque est organisée en parfaite intelligence avec les populations, la peur finira par changer de camp. Déjà, on sent la panique dans les rangs des terroristes dès que les autorités ont annoncé le recrutement de 50 000 Volontaires pour la défense de la patrie (VDP). Cela, on le sait, trouble le sommeil de l’ennemi qui, par endroits, a entrepris une vaste campagne d’intimidation. Moi, fou, j’en appelle à la vigilance des jeunes qui veulent se faire enrôler. Ne vous laissez pas gagner par la peur. Ne cédez pas aux actes d’intimidation de l’ennemi qui, tel un naufragé, cherche à s’accrocher à tout pour se sauver. Ceux qui, comme le disent les autorités, accepteront de déposer à temps les armes, seront réinsérés socialement. Mais ceux qui refusent cette option seront combattus. Car, notre pays a assez souffert et ne peut pas continuer à souffrir du fait des obscurantistes qui se plaisent à se repaître du sang d’innocentes personnes. Cela dit, il est temps que l’on se mobilise derrière les FDS pour chanter ensemble l’hymne de la victoire. Ce n’est pas impossible pour peu que l’on accepte de se serrer les coudes.

 

« Le Fou »

Le Pays

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here