Select your Top Menu from wp menus

Touadéra convoque l’assemblée nationale en session extraordinaire le vendredi 18 septembre 2020

Comme nous l’avons annoncé, n’en déplaise aux thuriféraires du régime de Bangui, le Gangster de Bangui vient de convoquer l’assemblée nationale  à une session extraordinaire le 18 septembre 2020, par un décret lu ce soir sur les ondes de la radio nationale.

Sous aucune gêne, balayant ainsi du coup d’un revers de la main l’approche du dialogue et du consensus, proposée par la cour constitutionnelle, et soutenue par le Cadre de Concertation et le G5, le Roublard de Bangui qui a invité les forces vives de la nation à une rencontre au palais de la Renaissance le jeudi 17 septembre 2020 à 12 heures,  alors que dans la même journée une nouvelle réunion du comité stratégique d’appui au processus électoral, tenue à la primature, a fini en queue de poisson, du fait de l’évaporation dans la nature du représentant de l’ANE, veut par le droit de la force obtenir la prorogation de la date du 27 septembre 2020 et la modification du code électoral. Profitant du projet de modification des dispositions du code électoral en vue d’autoriser le vote des réfugiés, à l’initiative des différents partenaires de la RCA, son projet  qui sera financé à grands coups d’argent et par la promesse de 10 millions de Fcfa par député, passera comme une lettre à la poste.

Ainsi donc, fonctionne la République du Centre de Nulle Part et des Groupes Armés. Comme un Etat voyou où règne le Gangstérisme d’Etat qui n’en a cure du respect de la constitution, des institutions républicaines, de l’éthique et de la morale publique. Un Etat où seul ne peut compter que le désir du Gangster qui tient à son pouvoir et à le conserver coûte que coûte pour échapper à la guillotine, quitte à marcher sur les cadavres des milliers de centrafricains et à manger même celui de sa mère. Sacré Touadéra !

Après avoir refusé au moyen de corruption et d’achat de conscience la demande d’une cinquantaine des députés relative à la convocation de l’assemblée nationale à une session extraordinaire, conformément au règlement intérieur et dont l’ordre du jour devait porter sur la situation sécuritaire très alarmante et critique de l’heure, l’état d’avancement du processus électoral totalement dans l’impasse et la mauvaise gestion de l’épidémie du covid – 19, le voilà qui s’offre fièrement la jouissance de ce droit, en foulant allègrement aux pieds  les pouvoirs dévolus à la représentation nationale.

Ce Monsieur est extrêmement dangereux pour la République et le peuple centrafricain !’

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire