Select your Top Menu from wp menus

Le président du conseil d’Etat Centrafricain impliqué dans une affaire de fraudes d’inscription sur le tableau d’avancement des magistrats ?

Des informations parvenues à notre rédaction, alors que le conseil d’état tarde à vider le délibéré de l’audience de l’affaire relative à la question de l’illégalité et de l’illégitimité de l’ANE, soulevée par les avocats de certains partis politiques membres de la COD-2020, dans une saisine en date du 8 juin  2020 et que les tensions ne cessent de monter de toutes parts pour accuser cette institution de collusion avérée avec le pouvoir de Bangui afin de permettre à l’ANE de posséder le fichier électoral,  il nous a été rapporté que le président Alain – Marius Saïd – Panguindji aurait été pris en flagrant délit d’une fraude à la procédure, en sa qualité de président de la commission d’avancement des magistrats, par la transmission d’un projet de décret au président de la République, président du conseil supérieur de la magistrature, et ce,  sans le procès – verbal de délibération de l’organe compétent.

Selon nos sources bien introduites au ministère de la justice, le président du conseil d’état, a fait une virgule dans le dos du ministre Flavien Mbata, évacué sanitairement en France, il y a plus d’une semaine à bord d’ Air France, c’est – à – dire sans passer par son directeur de cabinet, et en introduisant directement son projet de décret  par l’entremise  d’un petit cercle de ses ouailles et spécialistes en coup bas dont un certain Voyémakoa Gervais, lequel projet n’était en réalité qu’un vrai faux procès – verbal, au cabinet du ministre d’état Obed NAMSIO, afin de tromper la vigilance du Gangster de Bangui, la commission d’avancement n’ayant jamais été convoquée et n’ayant de ce fait jamais siégé. Pour faire valider cette procédure, ce dernier  a donc eu l’intelligence négative de convoquer  la semaine dernière  les juges des deux ordres dont il est membre, ceux du Tribunal Administratif et du Conseil d’état, à une assemblée générale, dans le but de joindre la liste de leurs heureux récipiendaires à la procédure. C’est alors que mal devait lui en prendre. Son collègue de la faculté de droit, un certain Dédét, membre du conseil d’état va non seulement  s’indigner de sa méthode frauduleuse, mais surtout dénoncer avec une certaine hargne  sa démarche manifestement illégale et irrégulière.

Sur ce, l’assemblée générale se serait alors terminée en queue de poisson. Aux dernières nouvelles, le président de la République informé de cet acte de forfaiture, aurait  demandé à ce que le président du Conseil d’état fût limogé.Une affaire qui éclate à la veille du vidé du délibéré de l’affaire COD-2020 C/ l’ANE.

Affaire à suivre…..!

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire