Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : le Gangster de Bangui et le MCU financent le 2ème congrès ordinaire de l’UNDP de Michel Amine

Incroyable mais vrai ! Ce n’est pas  une des ces histoires farfelues que l’on raconte à des enfants pour les bercer, ni une de ces « Fake News » que l’on invente pour remplir les colonnes d’un journal, quand il n’y a pas d’informations. Elle est désormais officielle et ne souffre d’aucune contestation.

Tel un vrai gangster qui exerce des activités louches dans le milieu du crime organisé, Touadéra a décidé d’arracher l’UNDP de Michel Amine, première force politique siégeant à la représentation nationale, suite aux dernières élections. Après avoir lamentablement échoué dans son funeste entreprise de rallier à sa cause et celle du MCU M. Samuel Bissafi et l’avocat camerounais Daniel Désiré Andégué Onana dépêché à Bangui pour tenter de mettre de l’ordre dans la gestion de ce parti, l’homme veut maintenant organiser et financer la tenue du 2ème Congrès ordinaire qui se tiendra à Bangui le samedi 12 septembre 2020, au palais de la CEMAC. Une vraie drôle de Congrès dont les travaux ne dureront qu’un seul jour, en l’absence de son président – fondateur Michel Amine, et ce,  sans son autorisation préalable.

Selon de gentilles indiscrétions de ceux qui ont l’habitude de fréquenter  le mathématicien de Boy – Rabé, c’est la rondelette somme de 50 millions de Fcfa qu’il n’a pas hésité à débourser à cet effet. L’objectif spécifique visé par cette manœuvre n’est rien d’autre que de faire main basse sur toutes les structures de base de ce parti, de l’est à l’ouest du sud au nord, dans l’optique des prochaines échéances électorales. Quand l’on sait ce que représente ce parti sur l’échiquier politique national, en termes d’implantations,  il y a encore quelques années, pour un Touédara en mal de popularité et de structure politique capable de porter sa vision, le jeu en vaut vraiment la chandelle.

Ainsi donc, tout comme il avait réussi à débaucher des farfelus, tel que Guy Francky Leffa, en lieu et place de ses cadres et  acheter les quatorze (14) députés de l’UNDP, au lendemain de la mise en place du premier gouvernement Sarandji, par l’entremise d’une alliance politique dûment signée entre un certain Augustin Yangana – Yahoté, jadis président du Groupe parlementaire de l’UNDP et député de la 2ème circonscription du 4ème arrondissement, et un certain Stève Koba, président de la majorité parlementaire présidentielle, Touadéra veut hic et nunc faire diluer le MCU dans l’UNDP afin d’avoir une chance de se faire parler «  en bien de lui » et de soigner son image de partenaire des égorgeurs, des groupes armés et des hordes de mercenaires venus d’ailleurs, auprès des masses populaires dans nos villages, nos communes, nos sous – préfectures et nos préfectures.

Seulement, les méthodes utilisées telles que décrites ci – dessus sont non seulement contraires à celles usitées en la matière qui voudraient bien que les deux partis pussent s’entendre et signer un pacte politique préalable, mais surtout s’imposent dans l’opinion tant nationale qu’internationale comme un acte de braquage, de spoliation et de jouissance d’une propriété privée sans le consentement de son propriétaire. Des méthodes dignes d’un Etat voyou, érigées en système de gouvernance depuis le 30 mars 2020 par le Gangster de Bangui et sa troupe immonde et criminelle puant la honte.  Visiblement, la jungle qu’est devenu le pays de B. Boganda a d’étranges particularités, caractéristiques d’une gouvernance entretenue par des hors – la – loi qui ne lésinent sur aucun moyen pour conserver le pouvoir.

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire