Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : Touadéra, as – tu été réceptif au massacre du bébé Amine et de sa mère à Ndélé par tes partenaires du PRNC, RPRC et du MLCJ ?

BANGUI, 13 AOUT 2020
Centrafricaines, Centrafricains ;
Mes Chers Compatriotes ;
Nous commémorons, dans quelques heures, par la grâce de Dieu, le soixantième anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale.
Cette tradition renouvelée qui traduit la profondeur et les valeurs pérennes des liens de sang versé par nos ancêtres pour la liberté, la dignité et l’autodétermination, sera marquée cette année par une parade militaire que je présiderai demain sur l’Avenue des Martyrs.
En effet, nous célébrons cette année l’indépendance de notre pays dans un contexte particulier, marqué par la pandémie du Covid-19 et l’organisation des élections présidentielle et législatives du 27 décembre 2020.
Nous célébrons cette indépendance au moment où nos Forces de Défense et de Sécurité, enfin débarrassées du tribalisme et du régionalisme, renaissent de leurs cendres et font la fierté du peuple.
Elles sont, vous le savez, engagées en opérations, au service de la Nation, dans l’Ouest et le Nord-Est du pays, aux côtés de leurs frères d’armes des Nations Unies, la MINUSCA, pour la protection de l’intégrité de notre territoire menacée par des mercenaires étrangers.
Nous célébrons cette indépendance au moment où notre justice a redoré son blason et fait preuve de plus d’indépendance, gage de l’égalité de tous les citoyens devant la loi.
Nous célébrons cette indépendance au moment où les médias sont totalement libres et contribuent activement à l’enracinement de notre jeune démocratie. Il n’y a en effet, aucun prisonnier d’opinion.
Nous célébrons cette indépendance au moment où le pluralisme politique est une réalité et les partis politiques, fiers de la nouvelle loi relative aux partis politiques et au Statut de l’opposition, s’expriment de la manière la plus libre et participent à l’animation de la vie politique du pays.
Nous célébrons cette indépendance au moment où les institutions de la République fonctionnent de manière harmonieuse et en toute indépendance.
Nous célébrons cette indépendance au moment où notre jeunesse, plus responsable et plus dynamique que jamais, contribue efficacement à la construction d’un avenir meilleur pour notre pays.
Nous célébrons cette indépendance, et je m’arrêterai sur ces quelques exemples, au moment où la femme centrafricaine retrouve de plus en plus son autonomie et contribue à l’édification de la Nation.
Oui, mes Chers Compatriotes, nous avons des raisons d’être fiers de la bonne marche de notre pays depuis le retour à l’ordre constitutionnel, le 30 mars 2016, en dépit de quelques difficultés liées aux vicissitudes de l’histoire.
Oui, après les crises récurrentes qui ont emporté notre Nation bâtie sur le sable mouvant de la méchanceté, de la haine, de la violence, du tribalisme, du régionalisme, de la corruption, des détournements des deniers publics, bref de la mauvaise gouvernance, nous sommes, ensemble et solidaires, en train de poser le nouveau fondement d’une Nation centrafricaine sur un roc, symbole de solidité, de stabilité et de durabilité.
Je suis persuadé qu’elle pourra résister aux intempéries, aux torrents et aux vents d’où qu’ils viennent.
Mais nous devons tenir ferme, après avoir surmonté la crise, car les vieux démons qui ont entraîné notre pays dans l’abîme refont surface, sous diverses formes.
Mes Chers Compatriotes ;
Où que vous soyez, je vous exhorte à garder le sens de l’unité, de la dignité et du travail, valeurs cardinales qui nous ont été léguées par le Père fondateur de la République, feu Barthélemy BOGANDA.
La célébration de ce 60ème anniversaire de l’indépendance est un devoir de mémoire qui nous impulse à réaffirmer les choix fondamentaux de notre cher Pays qui concourent à la reconstruction d’un Etat moderne, démocratique et de droit, par la participation effective et efficiente de la Nation centrafricaine toute entière.
Nous avons désormais notre destinée en main, nous devons progressivement réaliser les rêves légués par nos pères fondateurs.
C’est aussi l’occasion de réaffirmer la responsabilité qui nous incombe d’œuvrer tous ensemble pour consolider l’unité nationale, retrouver le vivre ensemble et la cohésion sociale.
Notre pays franchit les étapes de développement de manière graduelle grâce à vos efforts conjugués. C’est le fruit de votre détermination et la volonté claire de tourner les pages sombres des crises récurrentes qui ont causé d’immenses souffrances à nos populations.
Mes Chers Compatriotes,
Les préoccupations de notre pays au moment où nous célébrons ce 60ème anniversaire de l’indépendance nous incitent, tout naturellement, à conforter et raffermir la paix et la réconciliation nationale à travers la mise en œuvre effective de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation du 6 février 2019, soutenu par l’ensemble de la communauté internationale.
Depuis le retour à la légalité constitutionnelle, le 30 mars 2016, nous nous sommes attelés, sans relâche, dans un climat apaisé et de dialogue inclusif et permanent, à la reconstruction de notre pays.
Cela témoigne, à juste titre, de la volonté inébranlable de tous les Centrafricains de bâtir un pays stable, crédible et prospère.


En dépit des défis auxquels nous sommes confrontés à chaque étape de la mise en œuvre des priorités définies dans notre Profession de foi, nous pouvons dire aujourd’hui, avec humilité, que nous nous sommes employés à créer les conditions propices pour stimuler le développement, tout en mettant en œuvre une politique saine pour améliorer l’environnement sécuritaire et la mise à niveau progressive des infrastructures sociales de base dans le pays.
C’est ainsi que nous avons consolidé, en l’inscrivant dans une vision globale, les chantiers de la remise à niveau des forces de défense et de sécurité.
A cette occasion, je tiens à exprimer notre gratitude à nos partenaires qui n’ont ménagé aucun effort pour appuyer la République Centrafricaine.
Je me félicite de la prolongation par l’Union Européenne du mandat de la Mission Européenne EUTM-RCA et du lancement de la mission consultative civile en RCA.
Mes Chers Compatriotes,
Nous nous sommes investis résolument à la consolidation des institutions démocratiques et républicaines. C’est pourquoi, j’attache une attention particulière au processus électoral en cours qui est l’un des socles de la démocratie centrafricaine.
Pour assurer un processus électoral transparent, crédible, inclusif et apaisé, nous veillons, en notre qualité de garant des institutions de la République, à éviter toute violence ou manipulation politicienne qui pourrait mettre en péril le processus électoral en cours et entraîner le pays dans le chaos.
J’exhorte toutes les parties prenantes à faire preuve de patriotisme pour transcender les divisions ethniques qui ont fait le lit de nos malheurs.
Notre division, presque congénitale, a malheureusement vidé notre indépendance de son contenu.
Je ressens, comme en 2016, un désir ardent de construire un pays où il y a encore des raisons d’espérer, des raisons d’être fiers, un pays débarrassé du tribalisme, du népotisme, du régionalisme, de la corruption, de l’impunité, bref, un Etat de Droit.
C’est pourquoi, nous ne permettrons plus les égarements du passé qui ont semé la désolation et la souffrance. Le monde entier est mobilisé pour soutenir le peuple centrafricain et sortir ce pays de l’abîme, nous n’avons plus droit à l’erreur.
Je suis heureux de constater l’engouement suscité par l’opération d’enrôlement des électeurs dans toutes les régions de notre pays. C’est le fruit du travail de sensibilisation abattu par les Centrafricains en collaboration avec nos partenaires internationaux.
Je lance un vibrant appel aux forces vives de la Nation, à s’impliquer et à privilégier l’apaisement, la bonne foi, la sagesse et les débats d’idées.
C’est à ce prix que nous pourrons tous ensemble, dans un dialogue permanent, construire un pays moderne, démocratique et stable.
Je voudrais ici adresser mes sincères remerciements à l’Union Européenne, à la République Française, aux Etats Unis d’Amérique, à la République Populaire de Chine, à la Fédération de Russie, au Royaume du Japon, à la République Fédérale d’Allemagne, à la MINUSCA ainsi qu’à tous les partenaires techniques et financiers de la République Centrafricaine pour leurs précieuses contributions et leurs appuis qui ont permis à l’Autorité Nationale des Elections de mettre en œuvre le chronogramme électoral.
Nous devons relever le défi d’un glissement du calendrier électoral qui, dans la situation que traverse notre pays, nous mènerait vers une impasse politique et un vide constitutionnel aux conséquences imprévisibles.
Je puis vous assurer de ma ferme volonté et de celle du Gouvernement d’organiser, avec l’appui des partenaires et des pays amis, des élections crédibles, libres et inclusives sur toute l’étendue du territoire national dans les délais prévus par la Constitution afin de consolider l’ancrage démocratique amorcé en 2016.
Mes Chers Compatriotes,
Nous célébrons ce 13 août 2020, dans un contexte exceptionnel de pandémie sans précédent de Covid-19 qui a ébranlé le monde entier, avec des conséquences sanitaires, économiques et sociales affligeantes.
Notre pays n’a pas été épargné. Nous avons enregistré 4645 cas au 10 août 2020 dont 1723 guéris et 61 décès. Cependant, grâce aux mesures prises par le Gouvernement, le taux de guérison est encourageant et le taux de contamination n’a pas été fulgurant comme cela a été annoncé au début de la pandémie.
Nous devons cependant, être toujours en alerte pour ne pas être pris de cours, vu l’absence de médicament et de vaccin, à l’heure actuelle.
A cause de ces bouleversements, plusieurs projets de développement sont affectés avec pour corollaires le ralentissement de la mise en œuvre de ces projets importants pour le pays.
La reprise des activités permettra l’achèvement de ces vastes chantiers, notamment dans le domaine de l’énergie, de l’eau, de l’assainissement et des infrastructures prioritaires.
Je tiens à féliciter le Gouvernement et le personnel de la santé, pour le succès dans la prévention, la gestion et la prise en charge du COVID-19 et ses conséquences. Je me réjouis également des dispositions prises pour sauver l’année scolaire et académique 2019-2020.
Pour faire face et mieux gérer l’impact de la pandémie dans le domaine économique, financier et social, le Gouvernement a élaboré un plan de riposte qui a été présenté aux partenaires de la République Centrafricaine pour une prise de décision commune et consensuelle.
Je tiens à exprimer toute ma gratitude aux partenaires de la République Centrafricaine pour le soutien inestimable qu’ils nous apportent depuis l’avènement de cette pandémie de Covid-19.
Ils ont toujours été à nos côtés. Ensemble et solidaires, nous relèverons aussi le défi économique auquel nous sommes confrontés.
Mes Chers Compatriotes,
Je saisis cette occasion pour réaffirmer ma foi en la jeunesse et ma confiance à son sens de responsabilisé qui l’éloigne des manipulations des forces obscures qui cherchent constamment à replonger la République Centrafricaine dans l’instabilité et l’incertitude.
J’invite la jeunesse à garder le cap de reconstruction sociale et économique de notre pays, parce que la transformation de la structure économique, sociale, culturelle et industrielle, dépendra en grande partie de son dynamisme et de sa créativité.
En cette période de pandémie du COVID-19, je réitère mon appel à votre sens de responsabilité individuelle pour vous protéger et protéger les autres en portant les masques et, surtout, en appliquant les mesures barrières édictées par le Gouvernement.
Mes Chers Compatriotes,
Je resterai toujours réceptif à vos préoccupations, ayant à cœur de m’enquérir de vos conditions de vie et d’être en phase avec vos attentes.
Au-delà de nos divergences d’idées, restons unis, car cette unité constitue notre force et notre meilleur atout face au défi de développement de notre pays.
Le combat sera rude mais nous sommes condamnés à le gagner ensemble pour sauvegarder notre démocratie chèrement acquise, car l’alliance qui scelle nos rapports repose sur le facteur déterminant qu’est la confiance.
Bonne Fête de l’indépendance à toutes et à tous.
Que Dieu bénisse notre pays !
Je vous remercie.

 

Related posts

Laisser un commentaire