Select your Top Menu from wp menus

RCA : attaque de Bocaranga, la Minusca lance une vaste opération contre le 3R à Koui

Publié le 30 juin 2020 , 1:31

Un blindé des forces de la Minusca, en patrouille dans la ville de Ndélé, le 13 mars 2020. Photo CNC / Moïse Banafio.
Un blindé des forces de la Minusca, en patrouille dans la ville de Ndélé, le 13 mars 2020. Photo CNC / Moïse Banafio.

 

Bouar, République centrafricaine, 30 juin 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique ) – alors que l’affrontement entre les Casques bleus de la Minusca ( mission des Nations unies en Centrafrique),   et les rebelles du mouvement  3R ( Retour, réclamation et Réhabilitation) se poursuivait dans la localité de Mont Yadé, situé à 25 kilomètres de Bocaranga, l’État major des forces de la Minusca vient de lancer ce mardi 30 juin une vaste opération militaire contre le 3R dans la sous-préfecture de Koui, anciennement De Gaulle.

Visiblement, le mouvement rebelle 3R ne semblait être intimidé  par la pression militaire de la Minusca qui vient de lancer dans la nuit du lundi à mardi une vaste opération contre ses positions dans la localité de Koui. Selon nos informations, celle-ci sera menée  conjointement avec la couverture aérienne  rapprochée des forces Bangladesh de la Minusca. Pourtant, ce lundi, peu avant 17 heures, alors que les affrontements entre les Casques bleus et les rebelles de 3R se poursuivaient dans la localité de Yadé, une marche pacifique des habitants de koui,  soutenue par le 3R, demandait le départ immédiat et sans condition de toutes les forces de la Minusca de leur ville. Peine perdue. La Minusca faisait la sourde oreille, et campe sur ses positions d’attaque.

Pour l’heure, à Bocaranga comme à koui, toutes les activités humanitaires sont suspendues momentanément. Certaines ONG comme OCHA, ACTED et  INSO ont dû rapatrier leur personnel vers Bouar, préfecture de la Nana-Mambéré,  en attendant le retour au calme dans la zone.

Rappelons que depuis le retour au maquis du chef rebelle Abass Sidiki, chef d’État major de 3R, ses hommes ont lancé successivement des attaques contre la brigade territoriale de la gendarmerie de Besson, le 14 mai, où des gendarmes avaient été désarmés de force, suivie de celle contre la base d’entraînement de l’unité spéciale mixte de sécurité (USMS), le mardi 9 juin à Bouar, puis celle contre la base de la Minusca à Pougol, où des Casques bleus avaient également été désarmés. Sans oublier le dernier assaut contre une patrouille des soldats FACA à Besson, où plusieurs militaires centrafricains avaient été tués.

Gervais Lenga

Copyright2020CNC

Related posts

Laisser un commentaire