Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : Où sont les officiers généraux et que font – ils ?

CENTRAFRIQUE: OÚ SONT LES OFFICIERS GÉNÉRAUX ET QUE FONT-ILS?
Par Cyrus-Emmanuel SANDY

Je ne les connais pas tous avec leurs grades respectifs. Mais j’ai entendu au moins une fois leurs noms lors de leurs nominations à des grades supérieurs ou à des postes de responsabilités dans l’armée, au ministère de la Défense nationale, dans d’autres ministères, dans les entreprises et offices publics voire dans le gouvernement, à la Présidence de la République ou à la Primature, dans les ambassades de la RCA à l’étranger, diffusées sur les ondes de la Radio Centrafrique, la radio d’Etat, ou dans les colonnes des journaux de la place. Je vais citer quelques uns en vrac et qu’on m’excuse si je cite des morts ou si j’oublie certains encore vivants.
J’ai entendu des noms comme Xavier-Sylvestre Yangongo, Antoine Gambi, Jean-Pierre Dollé-Waya (qu’on appelle souvent « Dol-wayh », je crois), François Mobèbou, Ferdinand Bombayaké (alias «le bombardier de Boy-Rabé» selon des mauvaises langues), Guillaume Lappo, Alphonse Kossi-Guénébem, Romain Guitinzia, Théophile Thomas Timangoa, Ludovic Ngaïféi, Zéphirin Mamadou (appelé aussi CEMA, si je ne me trompe pas), Henri Wanzet-Linguissara, José Galoty-Bibanga (surnommé « le foudroyeur » car spécialiste des armes lourdes), Thierry Métinkoé, Jean Chrysostum Sambia, Dénis Wangao-Kizimalé (l’homme de la célèbre « Opération cobra » contre les inciviques fiscaux sous le régime Patassé), Bruno Izamo, Thierry Lengbé, Alfred Service, etc.
Bizarrement, j’entends des noms des étrangers comme Abbas Sidiki, mercenaire peul venu du Cameroun, Mahamat Alkhatim, mercenaire salamath venu du Tchad, Ali Darass Mahamat, mercenaire peul venu du lointain Niger, cités comme des « Généraux ». Ali Darass signe même des documents en s’affublant le grade de « Général d’armée », lui qui pourtant a été défait et chassé de Kaga-Bandoro en 2011 par un brave officier de l’Armée centrafricaine, je veux nommer Jean-Pierre Dollé-Waya, du temps où le fameux Darass était chef d’état-major du FPR, la rébellion du gendarme peul tchadien Abdel Kader alias Baba Laddé qui avait installé son QG à Ouandago dans la commune de Nana-Outta, sous-préfecture de Kaga-Bandoro, préfecture de la Nana-Gribizi, de 2008 à 2011 sous le règne de Bozizé, vraisemblablement son protecteur.
Abbas Sidiki et Mahamat Alkhatim seraient aussi des « Généraux ». Et ils tuent les enfants du pays, pillent les richesses du pays, violent les femmes, défient l’autorité de l‘Etat, se permettent tout, comme s’il n’y avait pas de vrais ou de bons Généraux dans ce pays pour faire arrêter leurs crimes.
Qui sauvera la Centrafrique des griffes de ces mercenaires étrangers? Où sont nos généraux? A quand la fin des pleurs et des lamentations?
Il n’est pas normal que le pays ait des Officiers à qui l’Etat octroie de gros salaires, primes et indemnités acquis à la sueur et au sacrifice du peuple, sans que le peuple ne bénéficie en retour de la paix et la sécurité grâce à ceux qu’il est en droit d’attendre d’eux la quiétude. Sinon, la question de la valeur de ces Officiers doit être posée, et ils doivent être rétrogradés s’ils ne sont pas aptes à aller au front.
En effet, c’est au front provincial c’est-à-dire là où la vie des populations est en danger, là où l’Etat est par terre ou phagocyté, qu’on reconnaît un bon soldat et un bon Officier, et non dans des bureaux climatisés, dans des véhicules de luxe, des hôtels et restaurants huppés et gargantuesques de la capitale.
Un bon soldat est celui qui est capable de se sacrifier pour le peuple, et non celui qui abandonne le peuple à son triste sort pendant des années.
Un bon Officier ne doit pas rester des années à se pavaner dans les rues et avenues de la capitale avec des montres, bracelets et gourmettes en or, alors que le peuple profond souffre de violences que lui imposent des groupes armés qui ont pris la population en otage depuis des années. Un bon Officier ne doit continuer d’observer sans broncher la triste réalité des populations prises en otage par des mercenaire étrangers sans foi ni loi. En cela, les Officiers centrafricains doivent s’inspirer du Général français Charles De Gaulles, l’homme de l’Appel du 18 juin 1940, depuis Londres.
La RCA attend de connaître son Général De Gaulles depuis 2003, année où le général François Bozizé a humilié son peuple et son armée en amenant des mercenaires et rebelles étrangers pour massacrer les fils et filles du pays, piller leurs biens, renverser le pouvoir légitime par coup d’Etat militaire, et organiser la messe de requiem de la démocratie en Centrafrique. Les conséquences demeurent. Parce que les Alkhatim et Sidiki avaient œuvré dans la rébellion de Bozizé pour renverser le président démocratiquement élu Ange Félix Patassé.
Il est temps que les Officiers centrafricains démontrent qu’ils sont aussi capables d’imposer la paix par les armes dans ce pays. Pour ce faire, voici quelques propositions concrètes que je me permets de faire:
1-Que le gouvernement reprenne en activités le Général de division Ludovic Ngaïféi. Aucun Officier encore valide ne doit rester en dehors de la caserne;
2-Organiser un séminaire de recyclage de 2 à 3 semaines en faveur des Officiers généraux et Officiers supérieurs pour la réappropriation de la connaissance du terrain, des tactiques et stratégies de combats, etc.;
4-Mettre en place une Coordination Générale des Opérations et des Renseignements à Bangui, placée sous l’autorité du chef d’état-major de l’Armée, assisté des valeurs militaires sûres et patriotes (pas de traître comme on l’a vu par le passé). Les traîtres doivent être zigouillés sans aucune forme de procédure, termes militaires !;
3-Créer 10 Régions Militaires Spéciales (RMS) pour les besoins de la cause, et les placer sous le commandement opérationnel des Officiers dont les noms suivent:
-RMS N°1 comprenant la préfecture du Bamingui-Bangoran: Général de brigade José Galoty;
-RMS n°2 comprenant les préfectures de la Lobaye et de l’Ombella-M’Poko: Général de brigade Thierry Lengbé;
-RMS n°3 comprenant les préfectures du Mbomou et du Haut Mbomou: Colonel Arcadius Bétibangui;
-RMS n°4 comprenant les préfectures de Nana-Gribizi et la Kemo: Colonel Freddy Sakama;
-RMS n°5 comprenant la préfecture de la Nana-Mambéré: Général de brigade Alfred Service;
-RMS n°6 comprenant les préfectures de la Ouaka et la Basse-kotto: Général de corps d’armée Jean-Pierre Dollé-Waya;
-RMS n°7 comprenant la préfecture de l’Ouham: Colonel Jean de Dieu Moussa Kitock;
-RMS n°8 comprenant la préfecture de l’Ouham-Pendé: Général Ludovic Ngaïféi;
-RMS n°9 comprenant les préfectures de la Sangha-Mbaéré et la Mambéré-Kadéï: Colonel Isidore Ngrépé;
-RMS n°10 comprenant les préfectures de la Vakaga et la Haute-Kotto: Général de division Thomas Théophile Timangoa.
Ces Commandants de Régions militaires spéciales (RMS) composeront leurs équipes de mission par: la désignation de leurs Adjoints, des chefs de zones opérationnelles sur le terrain, et des soldats combattants. On ne doit pas leur imposer des gens, sinon leur faire des propositions s’ils n’ont pas été chefs de détachements militaires ou commandants de Régions militaires par le passé.
Trois (3) objectifs sont assignés aux RMS:
Objectif n°1: Tuer ou capturer vivants les chefs de groupes armés étrangers et leurs lieutenants qui écument le pays et pillent sans vergogne les richesses du pays, et les mettre à la disposition de la Cour pénale spéciale (CPS) ou de la Cour pénale internationale (CPI);
Objectif n°2: Bouter hors du territoire national les mercenaires et rebelles étrangers qui sont en train de transformer la RCA en espace vital pour leurs parents et amis impliqués dans des situations de génocides et crimes de masse à l’extérieur et traqués par les gouvernements de leurs pays d’origine.
Objectif n°3: Protéger la population civile et restaurer l’autorité de l’Etat.
C’est le seul moyen pour le pays de savoir qui est Officier et qui ne l’est pas, qui aime son pays ou pas, qui mérite les gros salaires et avantages que l’Etat consent à ses Officiers. Les Officiers de l’armée qui refusent d’aller combattre les seigneurs de guerre doivent démissionner d’eux-mêmes ou être radiés de l’armée. Point barre ! Nos Généraux doivent servir à quelque chose dans le pays.
Cyrus-Emmanuel Sandy
Source: MEDIAS+ N°2383 du Jeudi 18 Juin 2020

Related posts

Laisser un commentaire