Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : « Projet de modification de la Constitution »: Mme Danièle Darlan et les 7 juges rendront – ils demain leur sentence en faveur du Gangster de Bangui ?

CENTRAFRIQUE: DONGO-YONGORO VENDREDI 05 JUIN 2020, LA COUR CONSTITUTIONNELLE BOUCLERA-T-ELLE LA MANŒUVRE FAUSTIN ARCHANGE TOUADÉRA POUR LA MODIFICATION DE LA CONSTITUTION DU  30 MARS 2016 ?

Demain, vendredi 05 juin 2020, la partie constitutionnelle de la déstabilisation des institutions de la RCA entreprise par Faustin Archange Touadera sera bouclée, du moins le croit-il. L’opération #DongoYongoro aurait bien fonctionné, en tout cas sur ce volet .

À pas forcés, sous pressions conjuguées de sa garde prétorienne, les #GP, et de ses milices habillées en Policiers et Gendarmes, pour faire illusions, le Petit Prince de Bangui crut bien faire, trouvant un bon alibi pour couvrir ses incompétence et incapacités à conduire la RCA vers des élections apaisées, usant d’artifices liées à la pandémie du Coronavirus. La formule passe-partout de cas de force majeure fut ainsi retenue comme pièce maîtresse d’un dispositif pouvant les maintenir au pouvoir au-delà du 29 mars 2021, au cas où le processus électoral en cours ne devrait aboutir.

Demain, vendredi 05 juin 2020, la Cour Constitutionnelle donne rendez-vous, seulement à la Presse, pour rendre publique sa cogitation sur la proposition de révision constitutionnelle, retoquée par le Conseil des Ministres de la RCA et validée par l’Assemblée Nationale De La République Centrafricaine. On s’embrouille, n’est-ce-pas ? Projet de révision constitutionnelle ou Proposition de révision constitutionnelle ? Demain on en saura avec précision, par la réponse collégiale des Juges constitutionnels, huit (08), ils sont, pas neuf.

Nous serions donc fixés demain vendredi 05 juin 2020, même si nous savons déjà que Faustin Archange Touadera et les siens gagneraient encore la partie. Sauf surprise désagréable, à leur infliger par leurs amis, les Juges constitutionnels. Ce qui nous surprendrait fort agréablement. Rêvons, puisque nous n’aurions que çà pour nous calmer et ménager nos nerfs, les empêchant d’un accès brutal d’AVC. Ce très cher ami André VinCent qui n’a cessé de nous enlever parents, amis et proches ces temps-ci de nos affections.

Le volet constitutionnel sera bouclée et la convocation prochaine à une session extraordinaire de l’Assemblée nationale de la République centrafricaine habillerait d’une robe noire de malheur et de deuil une procédure législative non constituante, sanctifiant définitivement les ambitions anti-nationales d’un imposteur jamais égalé que la République Centrafricaine ait connu. Un Candidat des Pauvres venu conduire à l’abattoir ses compatriotes pour son enrichissement personnel.

À côté de ce volet constitutionnel, celui de la répression demeure. Les arrestations arbitraires et assassinats ciblés se poursuivront jusqu’à ce que leurs commanditaires et auteurs soient neutralisés. Logés au sein de l’appareil languissant de l’État-failli Centrafricain et manipulant sa partie répressive cannibalisée par Faustin Archange Touadera, des bourreaux s’activent pour le maintien du Petit Prince aux affaires de Bangui, avec des alliances anti-patriotiques avec des groupes armés souvent constitués de mercenaires venus de l’étranger, dont les leaders eux-mêmes sont des étrangers venus du Sahel, des pistes caravanières, dans le sillage du #BORNOU ou de #RABAH_EL_ZIBER.

Nous ne sortirions donc du joug de ce nouveau système esclavagiste, pensé ailleurs mais appliqué chez nous, que si nous nous levons enfin pour faire renaître effectivement la RCA. Sans cela, nous ne devrions qu’accepter la fin Politique et Souveraine, tel que constitué, de ce grand espace RCA, dit-on béni des Dieux, #BéAfrikaTiNzapa, incapable d’être apprivoisé par ceux qui en sont devenus, dans le concert des nations, les ressortissants, depuis les successives conférences de #Berlin et la Loi-Cadre DEFFERRE de 1956, le tout en liens avec les luttes anti-coloniales et anti-esclavagistes qu’il a connues, dont la plus célèbre (car connu) demeure #KongoWara.

Sortons donc des médiocres amphithéâtres de sous-les-manguiers ou acacias, repensés Facebook. Retrouvons nos véritables arbres à palabres, au centre de nos #Kodro, pour l’épanouissement de tous.

À demain, vendredi 05 juin 2020 !
@grothe2

Lu Pour Vous

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire