Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique: Bientôt la ville d’Obo sous contrôle de l’UPC d’Ali Darass sur instructions du Gangster de Bangui…

La ville de Obo dans le Haut-Mbomou, à l’est de la République centrafricaine, vit depuis plus d’une semaine sous la menace des éléments de l’UPC d’Ali Darassa. Après de vaines tentatives en vue de reprendre la ville aux forces de défense et de sécurité, ces éléments se mobiliseraient pour lancer une vaste offensive sur la ville. Face à cela, le député de Obo1, Ernest Mizédio tire la sonnette d’alarme et appelle le gouvernement à agir très rapidement.

Le samedi 09 mai 2020, les éléments des Forces armées centrafricaines (FACA) ont repoussé une attaque des hommes de l’UPC d’Ali Darassa à une dizaine de kilomètres de la ville de Obo, dans le Haut Mbomou. L’attaque qui s’est soldée par l’échec de l’UPC a plongé les habitants de Obo dans la psychose et la crainte d’un nouvel affrontement armé. Voulant absolument conquérir cette ville stratégique de l’est centrafricain, les rebelles de l’UPC se mobiliseraient depuis quelques jours afin de relancer les hostilités.

« Nous avons été alertés que ceux de Zémio sont descendus en masse à Mboki. Ils sont entrain de se transporter à motos vers Obo. Equipés d’armes de guerre, il sont déterminés d’en découdre avec les éléments des FACA qui sont à Obo » alerte Ernest Muzedio, député de Obo 1, dénonçant par la même occasion, l’inactivité des autorités de Bangui en dépit de nombreuses alertes lancées.

En substance, le représentant du peuple appelle le gouvernement à équiper davantage les éléments des Forces armées centrafricaines déployés dans la localité afin de faire échec à cette ambition de l’UPC qui pourrait avoir des conséquences désastreuses sur la population civile.

« J’en appelle encore à la responsabilité du gouvernement, plus précisément du chef de l’Etat, garant de la sécurité nationale pour que, très rapidement, on puisse sécuriser cette partie du pays. Qu’on puisse renforcer le contingent FACA basé à Obo en mettant à sa disposition un véhicule pour faciliter la tâche à ces derniers » lance Ernest Muzedio.

Par ailleurs, le parlementaire soupçonne certaines personnes, qui selon  lui, sont de connivence avec ce mouvement armé. Il demande à cet effet au gouvernement notamment au ministre de la justice de se saisir de la situation.

« Lors d’une réunion tenue avec la Minusca, j’avais dénoncé ces gens là. On apprend aujourd’hui que ces mêmes gens ont demandé à être accompagnés sur les lieux d’affrontements afin de pouvoir identifier les corps de leurs parents. Comment ont-ils su que leurs parents se trouvent parmi les assaillants?Je demande au ministre de la Justice de diligenter une enquête sur cette affaire, pour que ces derniers soient entendus » insiste M. Mizédio.     

La  Minusca, lors de sa conférence de presse hebdomadaire du 06 mai 2020, a condamné l’attaque de l’UPC contre les positions des Forces armées centrafricaines à une dizaine de kilomètre de Obo sur l’axe Mboki. La mission de l’Onu, par la voix de son Porte-parole, Vladimir Montéiro, a demandé au leader de l’UPC, Ali Darrassa de respecter ses engagements pris dans le cadre de l’accord de paix du 6 février de 2019.

RNL

Related posts

Laisser un commentaire