Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : RAPPORT D’ANALYSE DE LA QUALITE DES EAUX PRODUITES PAR LA SODECA -AVRIL  2020

 

RAPPORT D’ANALYSE DE LA QUALITE DES EAUX PRODUITES PAR LA SODECA

AVRIL  2020

 

LABORATOIRE HYDROSCIENCES LAVOISIER

B.P. 908Bangui Centrafrique Tél : 75 05 63 46

E-mail : fotoeric@hotmail.com

Introduction

Le suivi de la qualité de l’eau destinée à la consommation humaine sur l’ensemble du réseau de distribution de la SODECA réalisé par le Laboratoire d’Hydrosciences Lavoisier (LHL) au mois d’Octobre dernier a permis de mettre en évidence des possibles impacts négatifs des infrastructures de distribution d’eau de la SODECA sur la qualité de l’eau potable produite.

Les résultats des  analyses physico-chimiques et bactériologiques sur les 23 points d’eau prélevés sur le réseau de distribution ont montré une détérioration des paramètres organoleptiques au cours du transport et de distribution de l’eau présentant une augmentation de la turbidité et des matières en suspension dans les canaux de distribution d’eau. La modification de  ces paramètres, qui n’est pas pour autant synonyme d’un risque direct sur la santé des usagers, serait liée à la vétusté des canalisations de distribution d’eau de la SODECA engendrant ainsi une détérioration de la qualité organoleptique de l’eau produite et distribuée.

Ajouté aux problème des canalisations, le faible taux de couverture en eau potable dans la région de Bangui et la demande qui ne cesse d’augmenter en rapport avec la situation politico-économique que traverse le pays, les objectifs du Développement Durable (ODD) sont loin,voire difficiles à atteindre en République Centrafricaine.

Ainsi, le contrôle et le suivi de la qualité de l’eau sur l’ensemble de réseau de distribution de la SODECA sont confiés au Laboratoire d’Hydrosciences Lavoisier, malheureusement depuis plus de six mois la SODECA ne respecte plus les règles pourtant prévues dans le code de l’eau, c’est-à-dire aucune analyse de contrôle de l’eau distribuée n’a été faite sur tout le réseau de distribution.

I-Les Objectifs:

L’objectif général de la prestation est de contrôler la qualité de l’eau produite et distribuée par la SODECA et faire le suivi dans la ville de Bangui et de ses environs.

Les objectifs spécifiques sont :

  1. De réaliser des campagnes hebdomadaires de prélèvement des points d’eau distribuée par la SODECA dans la ville de Bangui et de ses environs.
  2. D’effectuer des analyses in situ et au laboratoire des paramètres physico-chimiques et bactériologiques retenus.
  3. D’interpréter les résultats et suggérer des mesures correctives.

De ce fait, l’équipe de prélèvement a effectué le 06 Avril 2020 une  campagne de prélèvement au cours desquelles plusieurs points d’eau distribuée par la SODECA ont été prélevés dans différents quartier de la capitale Bangui.

II- La Méthodologie

La méthodologie du travail consiste à faire :

  1. le choix des points de prélèvement suivant les principaux axes retenus;
  2. le prélèvement, la conservation et le transport des échantillons au laboratoire;
  3. les analyses in situ et les analyses physico-chimiques et bactériologiques au laboratoire.

 

a) Le choix des points de prélèvement

Les points de prélèvement retenus sont situés sur les quatre (4) principaux axes suivants :

  1. Axe1 : BIMBO, fin de réseau PK9, longueur : env. 9 Km ;
  2. Axe2 : CATTIN, fin de réseau CATTIN, longueur : env. 8 Km ;
  3. Axe3 : BEGOUA, fin de réseau BEGOUA, longueur : env. 12 Km ;
  4. Axe4 : OUANGO, fin de réseau NGAVE, longueur : env. 7 Km.

Le choix des points de prélèvement a été effectué en tenant compte du dimensionnement du réseau de distribution d’eau de la SODECA et de manière à couvrir tout le réseau.

b) Le Prélèvement, la conservation et le transport des échantillons

Le prélèvement des échantillons a été effectué par une équipe des techniciens et des Chercheurs du LHL. Pour les échantillons destinés aux analyses  physico-chimiques,les prélèvements sont faits séparément dans des flacons en plastique de 1000 ml non acidifiés et 250 ml acidifiés pour les analyses des métaux.

Les prélèvements  des échantillons pour les analyses bactériologiques ont été réalisés dans des flacons en verre stérilisés au préalable au laboratoire et contenant un pincé de thiosulfate de sodium qui a pour rôle de neutraliser le chlore résiduel et permet de garder l’eau en état au moment du prélèvement.

A chaque prélèvement, le flacon est rincé plusieurs fois avec l’échantillon d’eau à prélever et après flambage du robinet qui sert de point de prélèvement. Les échantillons prélevés sont enfin conservés dans une enceinte thermostatée à une température avoisinante 4°C et emportés au laboratoire le plus rapidement possible.

 

c) Des analyses

Les méthodes et appareillage utilisés pour la détermination des paramètres retenus sont résumées dans le tableau suivant :

Tableau 1 : Les méthodes et appareillage utilisés pour les analyses

Paramètres Méthodes analytiques appareillage Unités
Turbidité Néphélométrie Turbidimètre NTU
pH Potentiométrie pH-mètre
Conductivité Potentiométrie Conductimètre µs/cm
Titre Alcalimétrique Total Volumétrie Verrerie classique °F
Chlorures Volumétrie Verrerie classique mg/l Cl
Sulfates Photométrie Spectrophotomètre UV mg/l SO42-
Calcium Spectrométrie Absorption Atomique mg/l Ca+
Magnésium Spectrométrie Absorption Atomique mg/l Mg2+
Métaux Spectrométrie Absorption Atomique mg/l
Dureté totale Volumétrie Verrerie classique ° F
Oxygène dissous Potentiométrie Oxymètre mg/l
Nitrates Photométrie Spectrophotomètre UV mg/l de NO3
Nitrites Photométrie Spectrophotomètre UV mg/l NO2
Ammonium Spectrométrie Spectrophotomètre UV mg/l NH4+
Oxydabilité au KMnO4 Volumétrie Verrerie classique mg/l O2
Fer total Spectrométrie Absorption Atomique mg/l Fe
Manganèse Spectrométrie Absorption Atomique mg/l Mn
Matière en suspension Spectrométrie Spectrophoto-DR2800 mg/l
Chlore résiduel Colorimétrie Chlorimétre mg/l

 

III- Des Résultats

Les résultats des analyses physico-chimiques, bactériologiques et métalliques des échantillons d’eau  indiqués dans les tableaux suivants, présentent la qualité de l’eau sur l’ensemble des points prélevés sur le réseau de distribution de la SODECA.

La moyenne, le maxima et le minima de chaque paramètre mesuré sont calculés et comparés avec les normes de l’OMS selon la loi N° 06.001du 12/04/2006 portant code de l’eau en RCA. Ces valeurs sont données dans le tableau ci-après.

 

Tableau 2 : Résultats des paramètres analysés

Paramètres MOY MIN MAX NORMES OMS Unités
Température 29,39 28,10 31,40 (°C)
pH 6,44 4,70 7,30 6.5 – 9.5  
Conductivité 57,41 46,60 82,50 (µs/cm)
Oxygène dissous 7,35 0,24 9,45 (mg/L)
Turbidité 4,05 0,00 19,00 < 1 NTU
MES 2,76 0,00 10,00 0 mg/L
TAC 3,19 1,00 7,50 (°F)
HCO3- 38,95 12,20 91,50 mg/L
Oxydabilité au KMnO4 0,01 0,00 0,02 5 mg/L
Ammonium 0,04 0,01 0,20 0.5 mg/L
Nitrates 1,33 0,02 4,47 50 mg/L
Nitrites 0,30 0,01 1,01 3 mg/L
Sulfates 12,76 9,00 17,00 250 mg/L
Chlorures 45,82 14,20 106,50 250 mg/L
Chlore résiduel 0,015 0,03 0 ,10 0.5 mg/L
Coliformes totaux 20 15 25 0 UFC/100ml
coliformes thermotolérants (E. coli) 10 2 10 0 UFC/100ml
Streptocoques fécaux 15 12 30 0 UFC/100ml
Pseudomonas aeruginosa 0,00 0,00 0,00 0 UFC/100ml
Bactéries aérobies totales à 22°C 9,69 0,00 91,00 20 UFC/100ml
Bactéries aérobies totales à 37°C 7,83 0,00 97,00 100 UFC/100ml

L’exploitation succincte des résultats se fera que sur les paramètres ayant dépassé les normes fixées par l’OMS. Ces paramètres sont les suivants : le pH, la turbidité, les matières en suspension, le chlore résiduel, les germes de contamination fécales et les bactéries révivifiables.

  • Le Chlore résiduel:

Au cours des campagnes, nous avons obtenu des valeurs très faibles de Chlore résiduel (inférieures à 0,1) sur de nombreux points analysés.

Le chlore résiduel dans les conditions normales d’exploitation ne devrait pas dépasser 0.5 mg/L selon la norme de l’OMS au départ de la distribution. La teneur doit être supérieure à 0.2 mg/L sur le réseau de distribution et au robinet du consommateur.Le seuil d’action corrective est prévu dans le cas où la teneur en chlore résiduel est inférieure à 0.1 mg/L.

Dans ce cas l’installation des postes de chloration en ligne peut être envisagée.

  • Qualité microbiologique de l’eau

 Sur le plan microbiologique, les résultats des analyses obtenus montrent la présence de germes de contamination fécales et autres bactéries revivifiables sur tout le réseau de distribution.

  • Analyses métalliques

Ces analyses permettent d’évaluer l’impact des canalisations en acier galvanisé, cuivre, fer, ciment, etc. Le relargage des éléments métalliques est souvent provoqué par l’agressivité de l’eau dans les canaux de distribution.

Les résultats des analyses métalliques indiquent clairement que les valeurs moyennes et maximales obtenues sont toutes dans les normes de l’OMS pour l’eau potable. Pour le fer, des faibles teneurs sont obtenues sur la majorité des points analysés sauf sur l’axe BEGOUA où sa teneur a atteint 0,42 ppm alors que la Norme de l’OMS est de 0,2 ppm. Le fer ne présente aucun inconvénient direct sur la santé du consommateur, cependant à partir d’une teneur supérieure à 0,3 ppm, le fer se précipite et confère à l’eau une coloration et une odeur métallique, l’eau devient ainsi désagréable pour la boisson.

Le plus souvent l’augmentation anormale du fer l’eau après traitement serait due au décrochement de produits de corrosion causée par le caractère agressif de l’eau distribuée.

C’est pourquoi, les canaux en métal (fer, cuivre etc.) sont souvent déconseillés en faveur des canaux en PVC pour éviter les phénomènes de corrosion et de la solubilisation des éléments constitutifs des canaux de distribution.

  • Conclusion et recommandations

En conclusion,les résultats obtenus sur les vingt-trois points d’eau prélevés et analysés montrent que l’eau produite et distribuée par la SODECA est de piètre qualité sur le plan bactériologique.On peut noter la présence quotidienne des germes indicateurs de la contamination fécale due à un taux faible de traitement. Cependant, sur le plan physico-chimique, l’eau produite présente un caractère agressif (pH inférieure à 6) vis-à-vis de la canalisation engendrant ainsi la détérioration de la qualité organoleptique de l’eau par l’augmentation de la turbidité et des Matière en suspension au cours de transport. Cette modification des paramètres organoleptique pourrait provoquer une gêne chez les usagers. Ainsi les actions correctives à envisager doivent prendre en compte le traitement efficace de l’agressivité qui est la cause des corrosions des canaux de distribution favorisant l’intrusion des sédiments et le respect des concentrations des produits chimiques à doser l’eau brute.

Le LHL recommande :

  • à la SODECA de revoir son taux de traitement en coagulant, floculant, lait de chaux et de produits de désinfection pour épargner la population d’un autre danger de prolifération des maladies d’origines hydriques.
  • Au Gouvernement, d’aider la SODECA à installer un ou deux postes de rechloration sur le réseau de distribution d’eau potable, de contrôler quotidiennement le taux de traitement au niveau de l’usine de production, de renforcer les capacités matérielles et humaines de ladite Société ; enfin
  • Aux partenaires au développement et ONGs (MSF, Croix Rouge, …) de prendre en charge l’achat des produits chimiques pendant cette période de pandémie du coronavirus pour permettre à la population de respecter les règles d’hygiènes, celle de lavée les mains avec de l’eau potable et du gel alcoolisé.

Fait à Bangui, le

Le Coordonnateur du Laboratoire d’Hydrosciences Lavoisier

 

Éric FOTO   Ingénieur, Docteur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related posts

Laisser un commentaire