Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : « Projet de Modification de la Constitution »: M. le président Touadéra, sortez de votre refus d’audibilité !

A S.E.M Le Président, de la République, Chef de l’État.

Pour notre pays je sors de ma réserve pour m’adresser à notre Chef d’État , détenteur de la licence à lui donnée par les Centrafricains pour conduire le navire Centrafrique et eux à bord à bon port.

Monsieur le Président,

A l’instar des autres pays du monde, nous vivons la pandémie du COVID 19 dont personne ne connait l’issue pour notre pauvre et si démuni pays au regard de moyens colossaux mis en place par de très puissants et riches Etats aujourd’hui dépassés par l’ampleur de la catastrophe.

Nous n’avons pas d’alternative que de rassembler tous les moyens , nous unir et nous concentrer afin de contenir au mieux cette pandémie en RCA. C’est une question de survie.

Au lieu de cela , prétextant de la situation du moment, certains parlementaires notoires entament une procédure de modification de la constitution du 30.03.16 bien verrouillée par le Forum de Bangui au regard de notre passé d’instabilité qui a régressé notre démocratie et annihile les chances du développement national.

Monsieur le Président ,

Cette démarche parlementaire, à mon humble avis, n’est pas la priorité du moment. En son temps lorsque se posera cette question qui préoccupe tout le monde , vous prendrez la décision de rassembler vos compatriotes et avec le concours de la bonne foi de tous, vous parviendrez sûrement à un bon consensus pour la marche de la République,. Vous serez certainement le bénéficiaire de ses effets en cas de succès..

Notre pays regorge de tant d’exemples qui ont à de moments précis façonné notre destin commun en cas de crise, comme de joie.

Témoin et parfois acteur de l’histoire de notre pays depuis bientôt une trentaine d’années, je me permets de vous parler respectueusement pour que vous en conscience prenez les bonne décision sans vous laisser tromper par des gens qui demain à la première occasion diront que tout a mal marché de vos faits et votre refus d’audibilité en dépit de bons conseils qu’ils vous ont donnés.

Vous serez seul, comme vos prédécesseurs devant l’histoire..

J’étais de la délégations des universitaires( avec feus le Doyen SY et Claude LENGA ainsi que Dr Guy Eugène Demba) consultés par le Bureau de l’Assemblée lors de la révision de la constitution de 2004. Notre délégation avait fortement déconseillé cette modification et avions proposé une solution politique. Nous n’étions pas suivis. Trois ans après nous avons vécu l’une des épreuves jamais connue par les Centrafricains, de laquelle nous avons encore de la peine à nous en sortir. Je fais ce rappel pour votre bien, pour notre bien à tous, parce qu’il s’agit de notre RCA en partage.

Que la sagesse et votre conscience vous aident à mettre un terme a cette inopportune initiative. Très Haute considération

Charles Armel DOUBANE,
Bangui, 17.04.20

Related posts

Laisser un commentaire