Select your Top Menu from wp menus

Pandémie à coronavirus : « Nous venons de sortir deux tisanes ; la première traite le COVID-19 et la deuxième est préventive », annonce le chercheur en phytothérapie, pasteur Wendlarima Hermann Sawadogo

Dans l’après-midi de ce lundi, 30 mars 2020 à Ouagadougou, le chercheur en phytothérapie et médecine naturelle, le pasteur Wendlarima Hermann Sawadogo a présenté deux produits de prévention et de traitement contre cette pandémie qui a fait son apparition au Burkina le 9 mars 2020.

« Nous venons de sortir deux tisanes ; la première traite le COVID-19 et la deuxième est préventive. Ce matin, nous avons été reçus par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Pr Alkassoum Maïga, sur recommandation du président du Faso. Nous avons échangé, je lui ai présenté le produit et ensuite, il (le ministre) m’a introduit auprès du comité scientifique, avec lequel j’ai eu une séance de travail. J’ai expliqué au Comité que c’est un produit fait à base de plantes naturelles du Burkina. Pour les cas de malades du COVID-19 qui ne sont pas graves, le traitement maximum est de sept jours, selon nos expériences.

Pour les cas graves, qui sont atteints de l’hépatite B, du diabète ou de maladies respiratoires, le traitement, selon notre expérience, c’est 30 jours au maximum et ils seront guéris. Ce sont ces échantillons que nous avons présentés ce matin au ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, pour un test clinique des malades. Nous avons la foi en Dieu que ce test clinique va donner un résultat positif et les malades seront guéris au Burkina, en Afrique et dans les autres pays du monde », confie le président de l’Association Wendkouni pour le Développement de l’Afrique (AWDA), pasteur Wendlarima Hermann Sawadogo.

« Ce sont des produits qui viennent des plantes, des arbres, des écosses que Dieu a créés. Vous verrez dans les jours à venir que ce sont les mêmes produits qui seront envoyés en Europe, en Amérique… pour sauver l’humanité. (…). Nous avons soigné plus de trois millions de malades qui sont guéris de maux plus graves que cette maladie (COVID-19, ndlr) ; des gens qui sont guéris de l’insuffisance rénale, de l’hypertension artérielle, du diabète, de cancer métaphasé… », décline le chercheur en phytothérapie et médecine naturelle, sans entrer dans les détails en ce qui concerne la composition de ces produits. Il invite surtout à ne pas négliger les recherches et solutions endogènes dans la lutte contre cette pandémie.

Pasteur Wendlarima Hermann Sawadogo ne cache pas sa confiance vis-à-vis des produits, du haut de ses onze ans d’expériences dans les soins des maladies. « Dieu nous a aidés à guérir des maladies plus graves que le COVID-19. Et comme l’Etat est venu nous voir, nous allons montrer qu’au Burkina aussi, il y a des chercheurs qui trouvent et que Dieu peut passer aussi par les plus petits pour sauver l’humanité. (…). Je sais que la solution va venir du Burkina et de l’Afrique ; la solution est déjà là. Les produits qu’on a proposés au Comité scientifique ce matin pour un test clinique vont donner un résultat positif dans les jours à venir. Ce qui pourrait être vulgarisé en Afrique et Occident et les gens vont guérir. Ce n’est pas force, c’est la force de notre Dieu, qui est Jésus-Christ, qui est le Saint Esprit, qui est le Père et nous ne doutons pas », explique pasteur Wendlarima Hermann Sawadogo.

Le président de l’Association Wendkouni pour le Développement de l’Afrique appelle à la mobilisation contre la pandémie, car, si elle persiste, elle peut entraîner des crises économiques, politiques, etc. « En Afrique, nous ne prévoyons pas ; nous naviguons à vue. Même l’Europe n’a pas prévu ça, à plus forte raison l’Afrique », analyse-t-il la situation.

Pasteur Sawadogo a également recommandé la prière, car, soutient-il, cette situation sanitaire est aussi une fenêtre que Dieu a ouverte pour mettre au pas l’humanité. Il invite chacun au sens du pardon et de la solidarité. « Ceux qui ont des moyens peuvent distribuer des vivres à ceux qui n’ont pas les moyens. C’est ce que nous avons fait ici, en distribuant une tonne de riz et du spaghetti ce matin. Hier, j’en ai distribué dans mon quartier. Tous ceux qui ont les moyens, publics comme privés, religieux comme non-religieux, c’est le moment de faire la solidarité, de débloquer l’argent pour payer des vivres et distribuer à ceux qui ne peuvent pas avoir et pour demander pardon à Dieu ; parce que le système capitaliste ne tient plus compte de l’humanité et Dieu a voulu ainsi donner des leçons et remettre les choses sur rails », soulève pasteur Wendlarima Hermann Sawadogo.

A l’en croire, les produits ont déjà fait les preuves par la guérison de patients du COVID-19. Les produits sont acquérables aux prix de 5 000 francs pour le produit préventif et de 15 000 francs pour celui réservé au traitement (curatif).

A la date du 29 mars 2020, le Burkina enregistrait 246 cas testés positifs, douze décès et 31 personnes guéries.

O.H.L
Lefaso.net

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :