Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : « Covid – 19 »: Silence de Touadéra et Ngrébada face à la surpopulation de la maison carcérale de Ngaragba !

Après l’appel du mercredi 25 mars 2020 de l’ONU via son Haut Commissaire aux Droits de l’Homme, Michelle BACHELET, demandant expressément aux États de protéger les personnes en détention contre la pandémie de COVID-19 en libérant des prisonniers vulnérables, des prisonniers de la Maison Centrale de Ngaragba ont lancé une journée de jeûne en prélude à une opération de grève de la faim.

Un jeûne qui a démarré ce jeudi 26 mars 2020 à 1h du matin avec une grande séance de prières, cantiques, louanges et adoration.  Le but cette opération étant d’inviter le Conseil Supérieur de l’Ordre des médecins, chirurgiens-dentistes et pharmaciens à constater les conditions désastreuses et inhumaines des prisonniers, la Représentation Nationale à prendre acte au nom du peuple et les professionnels des médias à informer les citoyens sur les dangers que représentent la surpopulation carcérale et les défaillances en matières hygiéniques et sanitaires en milieu carcéral.

L’objectif visé consiste à contraindre l’Etat centrafricain à  suivre les pas de l’Éthiopie qui a annoncé la libération de milliers de prisonniers des prisons surpeuplées du pays dans le cadre d’un effort pour enrayer la propagation du virus corona. Le procureur général Adanech Abebe ayant déclaré aux médias officiels que la mesure s’appliquerait à plus de 4 000 prisonniers.

Par conséquent, en attendant, le quartier disciplinaire, la Porte Rouge, est en train d’être transformé en léproserie pour y accueillir de probables et futurs  malades du Coronavirus. Un scandale sans nom et une source de contamination massive. Première étape, le jeûne. Etape suivante la grève de la faim.

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :