Select your Top Menu from wp menus

Un cartel de «style mafieux» dirige l’Union africaine, selon le personnel

 

Lu pour vous

 

Exclusif: un cartel de «style mafieux» dirige l’Union africaine, selon le personnel

 

https://mg.co.za/article/2020-03-12-exclusive-a-mafia-style-cartel-is-running-the-african-union-claim-staff/

 

Simon Allison 12 mars 2020

 

Le personnel de l’Union africaine a accusé leur patron de corruption, de copinage et d’effondrement total du leadership. Ils disent que le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, est impliqué dans un cartel de «style mafieux» qui opère en toute impunité aux plus hauts niveaux de l’institution.

Les allégations ont été faites dans un mémorandum inter-bureaux qui a été divulgué par plusieurs sources au Mail & Guardian. Le mémorandum, daté du 6 mars 2020, a été adressé au président Faki et signé par Sabelo Mbokazi, chef de l’Association du personnel de l’UA, au nom de l’association.

La note a été écrite à la suite d’une réunion extraordinaire de l’Association du personnel de l’UA, qui s’est tenue le 28 février. La réunion a été convoquée pour discuter des griefs de longue date concernant les conditions de travail du personnel de la Commission de l’UA, qui fonctionne comme un secrétariat. pour le corps continental.

En particulier, le personnel s’est dit préoccupé par le fait que les nominations aux postes de haut niveau se font régulièrement sans suivre les règles de procédure. Ils affirment que la récente confirmation de Hamza Sahal à la tête de la gestion des ressources humaines était illégale. «Dans l’ensemble, cette nomination est considérée par le personnel comme la manifestation d’un copinage flagrant et de l’effondrement total de la direction que les États membres continuent de souligner», indique le mémo.

Le M&G a contacté Sahal – un ressortissant soudanais qui avait auparavant travaillé en tant que directeur des ressources humaines pour Merlin International, Plan International et Save the Children, selon son profil LinkedIn – pour obtenir des commentaires, mais n’a pas reçu de réponse au moment de la publication. «Le chaos règne» La note a ensuite décrit les problèmes plus généraux de la direction de Moussa Faki. «Alors que vous êtes aux commandes de cette organisation, les règles ont été bafouées sans discernement et le chaos règne à la fois au siège et dans les bureaux régionaux. Le personnel a indiqué que la fibre morale s’est dégradée sous votre surveillance. » Il a ajouté que «la confirmation de« copains »sans qualifications, sans entretiens et sans suivre les procédures de recrutement» a transformé la Commission de l’UA en «un repaire sans règles, caractérisé par des décisions administratives arbitraires et l’impunité, qui est manipulée par des personnages mafieux». « Le personnel ne peut pas s’asseoir et regarder [quelques] individus détruire et paralyser la commision », indique le mémo. Moussa Faki a refusé de répondre aux questions spécifiques du M&G. Son porte-parole, Ebba Kalondo, a déclaré: «Le président s’est toujours engagé sur les questions d’organisation. En fait, c’est lui qui a institué l’audit médico-légal en cours dans l’organisation, au milieu d’autres actions. » En septembre 2019, un appel d’offres a été lancé pour qu’un cabinet de conseil entreprenne un «audit médico-légal et de performance» de la Commission de l’UA.

Le M&G a demandé des commentaires à un porte-parole du président Cyril Ramaphosa, qui occupe actuellement la présidence tournante de l’UA. Ramaphosa n’a pas répondu.

Accusations antérieures

Ce n’est pas la première fois que des proches de Faki l’accusent, ainsi que d’autres hauts responsables, de corruption. Dans une lettre de novembre 2018 au président ghanéen – également divulguée au M&G – son adjoint, Thomas Kwesi-Quartey, a accusé Faki de népotisme pour avoir nommé un « vieux copain » à un poste d’ambassadeur somptueux. Ce n’était «pas une bonne gouvernance», a déclaré Kwesi-Qartey.

En février 2018, un membre du conseil consultatif de l’UA sur la corruption a démissionné, affirmant qu’aucun effort n’était fait pour lutter contre la corruption au sein de l’organisation.

Fin 2018, un panel d’enquête a été créé par l’UA pour enquêter sur les allégations de harcèlement sexuel au sein de l’organisation (ces allégations ont été révélées pour la première fois lors d’une enquête M&G). Le panel a constaté que le harcèlement sexuel sévissait au sein de l’organisation, mais ses conclusions sont allées beaucoup plus loin: il a nommé au moins 40 personnes impliquées dans de graves allégations de fraude, corruption, népotisme, agression sexuelle et harcèlement sexuel.

Ni le texte intégral du rapport, ni l’identité des personnes nommées, n’ont été rendus publics. Le M&G a confirmé que la commissaire à la paix et à la sécurité, Smail Chergui, figurait parmi les personnes nommées, bien qu’il ne soit pas clair de quelle infraction. Dans un article du M&G du 17 mai de l’année dernière, il a nié tout acte répréhensible. La Commission de l’UA a été accusée d’avoir dissimulé le contenu du rapport.

 

traduction de l’Anglais par la rédaction de C.A.P

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :