Select your Top Menu from wp menus

Le général Ngaïfé admis à la retraite anticipée ou mis à la disposition de la fonction publique ?

Alors que l’on s’attendait tout naturellement que le général Ludovic Ngaïfé pût savourer avec une certaine délectation le vent de la liberté, après l’annonce de son admission à la retraite anticipée par un décret promulgué ce jeudi 12 mars 2020 et lu sur les ondes de la radio nationale, sa joie n’aura été fort malheureusement que de courte durée. Et pour cause ! Les dispositions dudit fameux décret sont aussi contradictoires qu’invraisemblables.

En effet, selon l’intéressé lui – même qu’un de nos reporters a réussi à joindre quelque part  dans la capitale centrafricaine, le général de division Ludovic Ngaïfé a été à la fois admis à jouir de ses droits à la retraite anticipée et mis à la disposition de la fonction publique centrafricaine. Un vrai paradoxe, ce dernier de conclure.  Que signifie alors non pas la première, mais le deuxième expression ?

Par définition, la mise à disposition permet à un  fonctionnaire ou un agent contractuel de travailler hors de son administration d’origine sans rompre tout lien avec elle. Il reste dans son corps ou cadre d’emplois d’origine, s’il est fonctionnaire, ou attaché à son emploi, s’il est contractuel, et continue à percevoir la rémunération correspondant à son emploi dans son administration d’origine. Ainsi donc, notre brave qui veut sa totale liberté, est contraint de continuer à offrir ses compétences à l’administration centrafricaine, dans d’autres départements ministériels par exemple, tout en étant assujetti au ministère de la défense nationale. Une bourde politique et administrative ou une totale méconnaissance des dispositions légales élémentaires en la matière ? Et s’il s’agissait tout simplement d’un vrai coup fourré de la part de ces roublards, arrivés au pouvoir par effraction, depuis mars 2016 ?

Pour couper court à toutes ces supputations, comme il a été obligé de faire hier, en interpelant directement  le ministre de la défense nationale Mme Koyara,  le général Ngaïfé a décidé , après lecture du décret, d’envoyer un message au premier ministre Firmin Ngrébada, pourtant inspecteur principal de travail et des lois sociales, en ces termes  : « ….Comme on ne peut demander à quelqu’un de partir  à la retraite anticipée et en même temps le mettre à la disposition de la fonction publique, je vous prie de bien vouloir corriger cet invraisemblable, si vous ne voulez pas une nouvelle fois m’obliger à intenter une action en annulation contre l’Etat centrafricain que vous représentez  devant le conseil d’Etat…. »

Affaire à suivre…. !

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire