Select your Top Menu from wp menus

Alerte – info : les députés Vigner, Sinféï et Sionny Coolé chient la honte à l’assemblée nationale

Conformément aux dispositions de l’article 29 de la loi portant règlement intérieur de l’assemblée nationale, selon lesquelles « la Conférence des présidents se réunit une fois par semaine pendant les sessions et à tout moment en cas d’urgence. La convocation est faite par écrit du Président de l’Assemblée Nationale quarante et huit heures (48) avant la tenue de la Conférence des Présidents, sauf en cas d’urgence. Elle examine et adopte l’ordre du jour des travaux de l’Assemblée Nationale. Elle peut être consultée sur tout autre sujet par le Président de l’Assemblée Nationale », une grande rencontre s’est tenue ce mercredi 4 mars 2020 dans la Maison du Peuple. L’objectif visé en l’espèce est le renouvellement du bureau de l’assemblée nationale, dont le vote devra intervenir le vendredi 6 mars 2020.

Mais, alors que l’opposition démocratique a exigé une concertation avant la tenue de ce grand rendez – vous et argué comme préalable l’inscription, à l’ordre du jour des débats à venir, de l’affaire Mapenzi, pour laquelle l’activiste politique et panafricaniste centrafricain Fari Tahéruka Shabazz, jugé trop proche du président du Chemin de l’Espérance Abdoul Karim Méckassoua, est détenu arbitrairement et injustement à la CNS, depuis deux jours, elle a été fort étonnement une fois de plus  trahie par trois de ses membres, à savoir les députés Vigner, Sinféï et Sionny Coolé. En effet, lors du vote intervenu pendant cette Conférence extraordinaire des présidents, ceux – ci auraient botté purement en touche l’inscription à l’ordre du jour de cette affaire hautement sensible, en soutenant bien évidemment le camp du président Ngon Baba qui veut purement et simplement l’étouffer, comme il a fait plonger dans ses tiroirs les affaires de la non – validation de son rapport financier,  de corruption des députés par des opérateurs économiques chinois et de la pollution de l’Ouham à Bozoum, sans oublier le crime d’atteinte à la santé publique qui en est découlé.

Pour autant, l’opposition démocratique n’est pas découragée et, sans préjudice des sanctions disciplinaires à prendre par les organisations politiques auxquelles appartiennent ces traitres à la patrie qui méritent plus que jamais l’autodafé,  reste déterminée à soulever cette épineuse question, lors des prochains débats en plénière afin d’obtenir la démission du bureau de l’assemblée nationale et la levée de l’immunité parlementaire du député de Bimbo 4 Jean Symphorien Mapenzi.

Affaire à suivre…. !

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire