Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : Touadéra botte en touche l’aspiration de tous à une paix véritable

CENTRAFRIQUE: FAUSTIN ARCHANGE TOUADÉRA BIAISE ET BOTTE EN TOUCHE

Au-delà des clichés photographiques et du discours présidentiel, à l’occasion du 1er anniversaire de l’accord caduc de Khartoum, 06 février 2020, Faustin Archange Touadera n’a pas répondu aux attentes de ses compatriotes et de l’opposition politique démocratique, pour un véritable changement dans la conduite des affaires centrafricaines, à moins d’un an d’un processus électoral déjà décrié et à la tenue perçue improbable, par la majorité des observateurs.
Mis à part la présence appréciée du Général François BOZIZÉ YANGOUVONDA, dont le sourire aux côtés de Faustin Archange Touadera alimente le buzz et des rumeurs sur un supposé deal que les deux personnalités auraient passé en catimini, dans leurs propres intérêts,
Minant cette détente saluée, des absences ont été remarquées dont celles de Mme Catherine Samba-PanzaAnicet Georges DologueleAbdou Karim MeckassouaMartin Ziguélé, annihilant ainsi un véritable espoir d’apaisement souhaité des tensions et de la vie politique, tant la présence des #SaigneursDeGuerre de la Basse-Kotto, Central African Republic et du Haut-Mbomou, Central African Republic, de La Kotto, Haute-Kotto, Central African Republic et de la Vakaga, Central African Republic, de l’Ouham-Pende, Central African Republic et de la Nana-Mambere, Central African Republic …mécontenta l’opinion nationale.
Le tout confirmé en cela par la déclaration du Président de la République, Chef de l’État Centrafricain, qui crut bon de ne pas intégrer les quêtes et propositions des leaders de la Société civile et des Politiques, pour une Transition apaisée vers des échéances électorales régulières et transparentes débarrassées de toutes suspicions désastreuses.
Ainsi, droit dans ses bottes, Faustin Archange Touadera nous rassura sur ses intentions à poursuivre seul contre tous la conduite de la destinée nationale, en ses termes [dernière partie, dernière page (5)]:
<<Mes chers Compatriotes,
Chers Partenaires,
Le peuple qui m’a déjà fait confiance, attend de se prononcer librement et de manière souveraine sur celui à qui confier sa destinée pour les prochaines années à venir, à travers des élections non seulement libres et transparentes, mais surtout apaisées et sans contestations, sources de nouvelles tensions.
C’est dans cette optique que j’ai reçu les anciens Chefs d’Etat ainsi que les anciens Présidents de l’Assemblée Nationale et les anciens Premiers Ministres pour les impliquer davantage dans la recherche de la paix et de la réconciliation nationale.
Aussi, je me tourne une fois de plus vers nos amis et partenaires qui nous accompagnent dans ce long cheminement vers la Paix pour demander leur appui pour la levée totale de l’embargo qui pénalise nos Forces de Défense et de Sécurité dans leur mission de sécurisation du territoire national.
Il est important que nos FACA déjà formées par l’EUTM et entraînés par les experts militaires russes, puissent appuyer les forces onusiennes dans cette voie.
Je ne saurais terminer mon propos en ce jour anniversaire de la signature de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en République Centrafricaine sans remercier l’ensemble des partenaires qui appuient le processus de paix dans notre pays.
Je lance à nouveau un appel à l’Unité nationale, à la réconciliation et au vivre ensemble, car la Paix dans nos foyers reste le point de départ pour la conquête de notre souveraineté et du développement de notre cher et beau pays, la République Centrafricaine.
Vive la Paix et la Réconciliation en République Centrafricaine !
Que Dieu bénisse la République Centrafricaine et son Peuple !
Je vous remercie.>>
En d’autres termes, moins diplomatiques, <<Laissez-moi faire, je sais où je vous conduis car le Peuple m’a fait totalement confiance, non à vous. Bien que j’ai pleinement conscience d’avoir échoué. Même vous, vous n’avez pas d’autres choix que d’exiger la mise à plat de cet Accord de Khartoum. Il n’est donc pas du tout caduc. C’est mon affaire et celui de mon Gouvernement…>>
Le tableau ainsi brossé, les #MalIntentionnés, qui en ont pris pour leur grade dans ce discours, ont tous à leurs avantages raisons de ne pas suspendre leurs traques des #Déngbé, dans leurs nombreux faux pas criminels, jusqu’à l’extinction attendue de la #Touadérade.
Bon vent, sur l’Ombella et la M’Poko, Messieurs !

Henri Grothe

Related posts

Laisser un commentaire