Select your Top Menu from wp menus

Rébellion: La France sort un document confidentiel qui cite Ouattara

Le chef de l’État Alassane Ouattara serait-il impliqué dans la rébellion du 19 septembre 2002 qui a fini par emporter son prédécesseur à la tête de l’État Laurent Gbagbo ?.

Rébellion de 2002 : Alassane Ouattara cité dans un document confidentiel de l’armée française

Le débat sur la paternité de la rébellion de 2002, continue d’alimenter les salons, 18 ans après son déclenchement le 19 septembre 2002. Alassane Ouattara, alors président du Rassemblement des républicains (RDR), a toujours été perçu par le pouvoir Gbagbo comme le véritable commanditaire de cette insurrection armée qui aura duré près d’une décennie.

Des accusations que le président du RDR n’a jamais manqué de rejeter du revers de la main, les jugeant « fallacieuses et infondées ». Des années après, la déclassification par la France d’un document classé secret sous Jacques Chirac, donne de sérieux indices sur l’implication ou non de l’actuel chef de l’État ivoirien dans cette rébellion.

«Concernant le processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR), il semble de plus en plus clair que le blocage actuel relève de Guillaume Soro, inspiré par Ouattara. Il conviendrait de tenir aux deux intéressés un langage politique convaincant, en soulignant que la seule possibilité de renverser Gbagbo passe par les élections. Serge Degallaix, conseiller diplomatique du Premier ministre d’alors, qui connait bien Alassane Ouattara, pourrait passer directement ce message à l’intéressé, en lui demandant de répercuter à Guillaume Soro. Acceptez-vous ces propositions ? » , s’est interrogé le Général Jean-Louis Georgelin, officier général de l’armée française, dans une correspondance adressée en 2004 au président français de l’époque Jacques Chirac.

La semaine dernière, devant la presse française, Guillaume Soro, aujourd’hui en disgrâce avec son ex mentor Alassane Ouattara, déclarait que le président du RHDP, au pouvoir depuis 2011, n’est pas étranger à la crise militaropolitique de 2002-2011. « Alassane Ouattara n’est pas étranger à la rébellion de 2002. Il en sait beaucoup. Posez-lui la question, il saura vous le dire. De toutes les façons, vous voyez qu’il a été grand bénéficiaire. Aujourd’hui, il est président de la République », dixit l’ex chef rebelle.

Pour rappel, une tentative de coup d’État qui a eu lieu dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002 s’est muée en une rébellion armée qui occupera plus de la moitié du territoire ivoirien durant une décennie. Le dénouement de cette crise a eu lieu en 2011 après la chute de Laurent Gbagbo et l’accession au pouvoir d’ Alassane Ouattara au terme d’une élection présidentielle calamiteuse, sanctionnée par une crise postélectorale. Près de 3000 personnes y ont perdu la vie selon un bilan officiel.

Afrique-sur7.fr

Source : netafrique.net

Related posts

Laisser un commentaire