Select your Top Menu from wp menus

Grimari : le premier ministre Ngrébada indésirable à Poumayassi

Partira ou partira pas ? Le premier ministre Firmin Ngrébada n’est pas le bienvenu dans cette sous – préfecture de la Ouaka  où il devra séjourner le 15 février 2020, à la tête d’une importante délégation, composée de quelques  membres de son gouvernement et de son cabinet. Il s’y rendra officiellement pour construire un tombeau flambant neuf à la mémoire de son très cher regretté père biologique, mais officieusement il devra mettre son séjour à profit pour se présenter à la population comme le futur candidat du MCU aux élections législatives dans la circonscription de Grimari.

Mais  d’ores et déjà informée de son intention par de folles et persistantes rumeurs, la vaillante population de Grimari, en général, et celle de la commune de Poumayassi, en particulier, ne veulent pas l’entendre de cette oreille et se préparent activement à lui réserver et à toute sa suite de grandes personnalités de l’Etat  dont la sécurité est assurée jour et nuit par des hordes de contingents de la Minusca, mélangées à des éléments des Faca, la meilleure surprise de toute leur vie.

En effet, non seulement, celles – ci lui reprochent  sa franche et sincère collaboration avec les seigneurs de guerre, bourreaux de tout un peuple, qu’il a nommés dans son gouvernement et aux postes de ministres – conseillers à la primature, en flagrante violation des dispositions de l’article 28 de la constitution, conformément aux termes de l’Accord de Compromissions et d’Abdication, dit Accord de Paix de Khartoum, mais surtout elles ne sont pas prêtes pour lui pardonner son incapacité totale à faire défendre l’intégrité du territoire national, assurer la protection des biens et des personnes et à veiller à la préservation des intérêts fondamentaux de l’Etat, d’une part, et pis, son indifférence et son silence assourdissant face à leurs morts, leurs blessés, et aux incendies de leurs maisons et greniers, du fait des nombreuses exactions commises par des éléments de l’UPC d’Ali Darass, d’autre part. Si elles ne s’étaient pas organisées pour se protéger des furies mortelles de leurs agresseurs, Grimari ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui au point de ne pas vouloir  s’empêcher  de tomber sous ses charmes dans un but purement électoraliste et démagogique.

Pour corroborer ces informations, d’autres sources très proches de l’actuel député Karim Sédar avec qui les relations seraient devenues plus qu’exécrables dès l’ébruitement de l’annonce de sa candidature, ont rapporté à notre rédaction que l’homme ne dispose d’aucune hutte, d’aucune paillote où venir se reposer avec toute sa délégation, et d’aucun champ, chez lui où son père biologique repose en paix ad aeternam vitam. C’est depuis plus de 25 ans qu’il n’a jamais mis les pieds à Grimari et à Poumayassi, alors qu’il se rend hebdomadairement à Boali avec des donzelles de plaisirs et des amis pour boire à satiété, où il possède une belle maison et même un motel de luxe, selon des mauvaises langues.

Aux dernières nouvelles, tous les ressortissants de Grimari sans distinction d’appartenance politique, ethnique et religieuse, auxquels se sont joints des petits – fils de chefs de terre et des descendants des familles Agba Otikpo Mézodé et Bangayassi, dignes représentants nationaux  de cette contrée où a vécu René Maran, auteur du roman intitulé « Batouala », publié en 1921, qui a reçu le prix Goncourt pour y avoir virulemment dénoncé, en tant qu’administrateur colonial, les châtiments corporels, les sévices inhumains et les crimes dont les populations autochtones étaient victimes pendant la colonisation de la part des colons, se seraient aussi jetés dans ce mouvement de contestation et dénonciation de sa présence sur la terre de leurs aïeux et ancêtres.

Ils le considèrent comme un colon du 21ème siècle, et l’accusent d’avoir relevé certains de leurs postes de responsabilité, et suspendu illégalement les pensions ou les salaires d’autres, en l’absence totale d’une décision.

Partira ou partira pas ?

Affaire à suivre….. !

Jean – Paul Naïba

Related posts

Laisser un commentaire