Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : Le département d’Etat américain met en garde contre la présence russe

Centrafrique : Le département d’Etat américain met en garde contre la présence russe
La République centrafricaine se prépare à entrer dans une phase électorale. Le moment a été saisi par le département d’Etat américain pour mettre en garde contre une éventuelle déstabilisation du pays. Une mise en garde du secrétaire américain adjoint aux Affaires africaines, Tibor Nagy qui fait allusion à la présence de plus 700 soldats russes en RCA. Ainsi, lors de sa visite dans le pays, Tibor Nagy, a déclaré qu’il voulait en savoir plus sur la présence russe « dans leurs capacités formelles et informelles », rapporte bbc.com.

Ainsi donc, le sous – secrétaire d’Etat américain aux Affaires africaines n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour indexer  les Etats qui  tenteraient de déstabiliser l’élection présidentielle de 2020 en Centrafrique, lors d’une conférence de presse organisée le lundi 20 janvier 2020, à l’occasion de sa visite dans le pays. « Je plaide pour que le processus soit transparent. Nous nous opposons à toute force qui tenterait de déstabiliser les élections et le pays. Qu’il s’agisse d’individus, de groupes mais aussi de pays », a déclaré Tibor P. Nagy.« Nous demandons à chaque pays d’opérer dans la transparence, l’ouverture, et sans dissimulation », a-t-il ajouté alors qu’il était interrogé sur la présence russe dans le pays.

Bien implantée en Centrafrique, notamment via la formation des militaires locaux et la livraison d’armes à l’armée régulière, la Russie a été soupçonnée d’interférences dans la présidentielle américaine en 2016. La Centrafrique est toujours en proie aux exactions des groupes armés qui contrôlent les deux tiers de son territoire, même si les violences ont considérablement baissé depuis la signature d’un accord de paix entre le gouvernement et 14 groupes armés le 6 février.

C’est la première fois depuis la visite de l’ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, Samantha Power, en 2016, qu’un haut responsable américain se rend dans ce pays d’Afrique centrale classé parmi les plus pauvres au monde. Cette visite « vient renforcer l’engagement des États-Unis à soutenir la paix et la stabilité en RCA à travers l’Accord politique pour la paix et la réconciliation » avait indiqué l’ambassade américaine dans un communiqué publié le 15 janvier.

Là où d’autres acteurs, comme la France et l’Union européenne, sont présents notamment à travers une aide au budget de l’Etat et des formations militaires, les Etats-Unis se targuent pour leur part d’être « le plus grand contributeur de la réponse humanitaire en RCA, avec une contribution qui correspond au quart du budget annuel de la mission des Nations unies en Centrafrique »

bbc.com et Africa Radio

Lu Pour Vous

Related posts

Laisser un commentaire