Select your Top Menu from wp menus

Togo/RCA : les raisons de l’annulation de l’accord de coopération en matière d’exemption de visa entre les deux pays

Par courrier en date du 14 janvier 2020, le ministre togolais des affaires étrangères a bien voulu saisir son collègue, ministre de la sécurité et de la protection civile, de la décision de leur gouvernement de mettre fin à l’accord de coopération en matière d’exemption de visa entre la République du Togo et la République centrafricaine. Comme motif, le diplomate a relevé le non – respect des termes dudit accord par la partie centrafricaine, sans être plus explicite.

En réponse aux multiples demandes de nos compatriotes et des lecteurs et lectrices du journal « Letsunami.net », nous avons bien voulu investiguer pour en savoir davantage. Même si nos tentatives visant à obtenir des explications de la part des experts du ministère centrafricain des affaires étrangères sont restées étrangement vaines, des voix,cependant, se sont levées du côté des représentants nationaux siégeant à l’assemblée nationale et de certains états – majors des partis politiques pour tenter de répondre à nos préoccupations.

Selon ces sources, cet accord entre les ministres Jussey et Doubane, signé le 29 juillet 2018, dans un environnement international où le mouvement des biens et des personnes est de plus en plus  assujetti au strict respect des règles de contrôle dues à des contraintes budgétaires et sécuritaires, apparaissait comme un privilège pour les ressortissants de deux pays, détenteurs des passeports diplomatique, de service et ordinaire. Conformément aux termes de cet accord de coopération, ceux – ci sont dispensés de la procédure du paiement des droits et taxes relatifs à l’obtention de visa d’entrée. Ce qui signifie tout simplement en français facile que les Togolais et les Centrafricains n’ont pas besoin d’un visa pour se rendre d’un pays à un autre. Une véritable aubaine pour des commerçants centrafricains en quête d’articles féminins prisés à Lomé ! Que s’est – il alors passé pour que l’on puisse en arriver ?

Dans la loi de finances 2020, le gouvernement a tout simplement décidé, par une convention de partenariat, de confier la gestion exclusive des documents administratifs à la société Al – Madina dont le président directeur général n’est rien d’autre qu’un certain Aziz Nassour, trafiquant d’armes et de diamant, condamné et sous sanctions de l’Onu, terroriste activement recherché par l’Interpol et spécialiste du blanchiment d’argent. Non seulement, celui – ci fait superbement fi de ces arrangements particuliers entre le Togo et la République centrafricaine, donc en violation de cet accord de coopération et de bien d’autres – puisque ce qui l’intéresse c’est de s’en mettre plein la poche, et pour lui et pour ses parrains, au détriment évidemment de l’Etat –mais surtout n’offre aucune garantie de production et de mise en circulation de documents fiables et sécurisés.

C’est manifestement  pour ces motifs que la partie togolaise, au nom du principe de réciprocité diplomatique se fondant sur la loi du Talion selon laquelle « oeil pour oeil et dent pour dent »,  d’une part, et afin de contribuer efficacement à la lutte contre le terrorisme international et l’insécurité qui sévit actuellement dans la région du Sahel et d’éviter d’être considérée comme une porte d’entrée en Afrique de l’Ouest, propice à des criminels patentés et à des aventuriers de tout genre en partance de la République centrafricaine, utilisant des documents de voyage dûment délivrés par la société Al – Madina, a jugé utile, non pas de suspendre, mais plutôt de mettre purement et simplement fin à cet Accord, au détriment de la circulation des biens et des personnes et des liens culturels et historiques unissant nos deux peuples, depuis des années.

Pour finir, afin que nul ne l’ignore, nous avons estimé important de revenir sur le reportage, en date du 30 novembre 2019, de notre confrère de RFI David Tompson sur l’interpellation du gouvernement Ngrébada, relative à la signature du contrat de gestion des documents administratifs entre l’Etat centrafricain et cette société :

« RCA: le gouvernement interpellé sur un contrat attribué à la société Al Madina

L’Assemblée nationale a voté la loi de Finances 2020 vendredi 29 novembre à Bangui. Cela a été l’occasion pour plusieurs députés d’interpeller le ministre des Finances sur le contrat portant sur la production des documents administratifs sécurisés (carte nationale d’identité, carte de séjour, permis de conduire…), attribué à la société libanaise Al Madina et qui pose de nombreuses questions à Bangui jusqu’au sein de l’hémicycle.

« Qui a poussé le gouvernement a signé cette convention ? »

Le ministre des Finances est interpellé par plusieurs députés sur le sujet Al Madina, dont Aurélien Simplice Zingas.

« Pourquoi malgré les multiples écrits de ses collaborateurs attirant son attention sur le manque de sérieux du propriétaire de cette entreprise, pourquoi, malgré tout ça, il a insisté et il a signé la convention ? Nous disons que ce n’est pas sérieux et que le gouvernement ne travaille pas dans une transparence totale qui doit satisfaire tout le monde. »

Le propriétaire de la société Al Madina, Aziz Nassour, a été condamné par la justice belge en 2004 pour participation à une organisation criminelle, commerce illégal de diamants et faux en écriture. Il avait aussi été mis sur liste des sanctions des Nations unies pour sa contribution au conflit du Liberia par la vente de diamants.

« Le ministre ne voulait pas s’immiscer : il a dit ce volet ça ne le concerne pas, avance le député Thierry Vackat. Nous devons confier nos données à une structure fiable cela relève de la souveraineté de la République centrafricaine. Nous ne pouvons pas confier à des officines qui sont liées à des groupes terroristes. »

Le ministre des Finances Henri Marie Dondra a affirmé ne pas avoir violé les textes en ne présentant pas le contrat au Parlement comme l’accusent certains. Car il s’agit d’une délégation de service et non d’une convention financière, a-t-il justifié. »

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire