Select your Top Menu from wp menus

Assemblée Nationale : rien ne va plus entre Touadéra et son pion de Ngon Baba

Selon le site dénommé « Assemblée Nationale Centrafricaine », « le salon des Ambassadeurs du Palais de la Renaissance a servi de cadre ce jeudi 09 janvier 2020, à la cérémonie de présentation des vœux du nouvel an au couple présidentiel Brigitte et Faustin Archange TOUADERA comme l’exige la tradition républicaine.

C’est dans ce contexte que l’honorable Laurent NGON-BABA, Président de l’Assemblée Nationale accompagné des membres du Bureau, suivi après des membres de son cabinet suivant l’ordre protocolaire, n’a pas dérogé à cette coutume pour adresser ses meilleurs vœux au titre de l’année 2020 au Président de la République, assisté de son épouse.
Devant les personnalités membres du cabinet à la Présidence de la République, occasion a été offerte au Chef du Parlement centrafricain, Laurent NGON-BABA, de prononcer un toast en ces termes :
« Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat,
Madame la Première Dame,

Au seuil de l’année 2020, je me fais un agréable devoir au cours de la présente cérémonie solennelle, au nom de tous les Elus de la Nation et au mien propre, de vous adresser tous nos vœux les meilleurs, de santé, de bonheur et de sagesse dans la conduite des charges que le Peuple Centrafricain vous a confié. Je voudrais vous prier, Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, de bien vouloir accepter de partager ces vœux avec votre auguste Famille, vos collaborateurs ainsi que tous ceux qui vous sont chers. C’est également pour moi, l’occasion de m’associer à tous les efforts que vous ne cessez de déployer avec votre Gouvernement pour faire de la République Centrafricaine, notre chère Patrie, un pays où il fait bon vivre aujourd’hui, à travers le rétablissement progressif de la sécurité, la consolidation de la paix, la restauration de l’autorité de l’Etat, le relèvement de l’économie, la réconciliation nationale et la cohésion sociale. Sachant que l’année 2020 est une année de défi pour la stabilité de notre pays par l’organisation des élections générales, je puis vous rassurer, Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, que les Elus de la Nation continuent de jouer pleinement leur rôle pour l’atteinte de ces objectifs. Bonne et heureuse année 2020 ».

Seulement, cette cérémonie, caractérisée par cette déclaration pleine de « gros mots » n’était en réalité que de façade. En effet,  la chaleur d’antan et la joie des grands moments, entre le président de la République et le président de l’assemblée nationale, n’étaient pas franchement au rendez – vous, nous ont rapporté de gentilles indiscrétions de certains élus de la nation, présents ce jour – là au palais de la Renaissance. Et pour cause ! Le mathématicien de Boy – Rabé a saisi cette opportunité pour dire de vives voix à celui qu’il a utilisé à grands coups de billets de banque pour obtenir le départ du président Abdoul Karim Méckassoua, ce qui suit : « M. le président, je regrette d’avoir permis que vous soyez – là. Et j’ai compris votre jeu ».

Sur ces mots, soudainement assommé et totalement abattu, comme s’il avait été atteint par un coup de foudre, le député de Baboua s’est plongé dans un trouble de conscience qui laissait transparaître clairement sur son visage raviné et trop ridé par l’âge un sentiment profond de gêne, de tristesse et de culpabilité intérieure, à telle enseigne que c’est tête baissée, moral dans ses chaussettes dégageant certainement une certaine odeur pestilentielle de la haute trahison, et transpirant à grosses gouttes, malgré l’aération climatisée de la salle, qu’il a été contraint de quitter la cérémonie pour rentrer directement chez lui, sans revenir par la suite à l’assemblée nationale.

Que voulait dire exactement le président Touadéra à celui qui était jusqu’à ce jour – là son homme de confiance ? S’est – il rendu compte, en fin roublard, que son homme de pion non seulement ne faisait plus sa volonté, mais surtout userait de ses prérogatives et de ses contacts tant sur le plan international, régional, sous – régional, diplomatique que national, pour lui préparer et lui faire in fine un beau bébé dans le dos ? Dans le contexte  socio – politique actuel, fortement marqué par des appels incessants et insistants à la tenue immédiate d’un dialogue politique entre le régime de Bangui et toutes les forces vives de la nation sans exclusive, Touadéra aurait – il tout simplement soupçonné son homme de paille de collusion avec l’ennemi et d’actes avérés de manœuvres politico – politiciennes en faveur d’une nouvelle transition, ardemment souhaitée par tous ? Et s’il devait en être ainsi, Ngon Baba ne serait – il pas bien placé, au regard de la constitution du 30 mars 2016, pour être calife à la place du Grand Calife ?

Dans tous les cas, rien ne va plus entre les deux amis d’hier.

Affaire à suivre…. !

Jean – Paul Naïba

Related posts

Laisser un commentaire