Select your Top Menu from wp menus

Elections 2020 : le cardinal Dieudonné Nzapalaïnga appelle le gouvernement et l’opposition démocratique au dialogue

Centrafrique : Le Cardinal Dieudonné Nzapalahinga appelle le gouvernement et les politiques au dialogue

BANGUI, le 28 novembre 2019 (RJDH) —Le Cardinal Dieudonné Nzapalahinga appelle le gouvernement et les partis politiques à un dialogue sur l’épineuse question du comité stratégique d’appui au processus électoral, qui s’est invitée dans le débat politique ces temps derniers. Un appel lancé dès son arrivée à l’aéroport Bangui-M ’poko le mardi 26 novembre après avoir représenté le Pape au quatrième congrès sur la Miséricorde divine au Burkina-Faso.

Le paysage politique centrafricain risquerait de s’obscurcir au regard des prises de position tranchées de la classe politique s’opposant à la mise en place du comité d’appui au processus électoral porté par le gouvernement centrafricain qui, selon elle, fait le lit à une fraude électorale lors des prochains scrutins de 2020.

Cette forme de contestation qui se dessine inquiète le prélat, Dieudonné Nzapalahinga, qui a lancé un appel au dialogue à l’endroit de toute la classe politique pour éviter une éventuelle crise politique et créer un climat apaisé pour le processus électoral. « On ne pourra jamais trouver la solution si on n’engage pas le dialogue. Seul le dialogue, on pourra poser carte sur table ce qui nous fâche et se dire des choses, chercher des solutions », a souhaité l’homme d’église.

« La fuite en avant ne nous apportera pas de solution. En même temps aussi, tous ceux qui veulent être conservateurs ne pourront pas faire évoluer ce pays. Il va falloir qu’on s’asseye et qu’ensemble on trouve des solutions », a exhorté le Cardinal.

Pour le leader religieux, les élections sont des moments favorables lors desquelles le peuple s’exprime librement sans qu’elles ne soient entachées d’irrégularités, « le moment des élections, c’est le moment favorable où on donne la parole au peuple de choisir qui doit conduire sa destinée, car l’on parle de destin commun. Et nous pensons que, c’est important que nous y allons dans la sérénité. Mais quand on y va avec la colère, la haine et bien cela peut susciter des tensions. Nous avons assez souffert et nous voulons une autre perspective », a déclaré Dieudonné Nzapalahinga.

Même si le gouvernement affiche sa volonté de tenir le calendrier électoral en justifiant la mise en place de ce comité, rien n’est sûr que la classe politique puisse s’aligner dans cette logique. Car les partis politiques y voient en cela des germes d’un échec du processus électoral.

Vianney Ingasso

Related posts

Laisser un commentaire