Select your Top Menu from wp menus

La politique des religions en Chine

REPORTAGE

La politique des religions en Chine

La religion occupe une place importante dans la politique du gouvernement chinois sous la direction du Parti communiste chinois (PCC). Et dans le cadre du séminaire des médias de la République centrafricaine organisé à Beijing du 08 au 27 novembre 2019, le sujet a fait l’objet d’une communication du professeur CHEN Hongxing, Philosophe, Membre du Bureau National des Affaires Religieuses de la République populaire de Chine, le mercredi 13 novembre 2019, sous le thème: « Les politiques religieuses en Chine ». Le conférencier a bien voulu faire une présentation succincte des différentes religions existantes en Chine, et les relations qui existent entre ces associations de croyants  et le gouvernement de la Chine.   

A en croire le professeur CHEN Hongxing, la politique chinoise en matière de religion est vieille comme le pays car l’histoire du phénomène religieux remonte il y a de cela 5000 ans avant J-C, où des cultes exprimant la croyance des anciens Chinois à des divinités ont eu lieu, comme l’attestent plusieurs documents historiques ainsi que les résultats des recherches archéologiques et historiques de grande véracité. A l’époque, la Chine avait des cultes primitifs dont la plupart ont disparu ou changé de forme et de contenu au fil des temps.

L’orateur a énuméré les 5 grandes religions qui existent en Chine à savoir: le bouddhisme (d’origine indienne), le taoïsme (d’origine chinoise) et d’autres religions importées que sont le catholicisme, le protestantisme et l’islam. Les deux principales religions chrétiennes sont d’origine occidentale, tandis que l’islam est venu de l’Asie, et donc plus proche de la Chine.

Outre les 5 grandes religions précitées, il y a aussi des religions populaires chinoises et les églises orthodoxes, dont une partie est très présente en Russie voisine.

 Professeur CHEN Hongxing (à droite, en chapeau)

 

Toujours selon le conférencier, sur les 1.400.000.000 de Chinois, plus de deux cent (200) millions sont des croyants, adeptes des religions précitées. En raison de leur diversité historique, doctrinale, sociale, culturelle, cultuelle et d’origine, et leur implantation dans toutes les régions du pays, le gouvernement chinois s’est vu dans l’obligation de mettre en place une politique avec des lois et des règlements spécifiques, pour que les activités religieuses soient compatibles avec la politique officielle, et contribuent au développement du pays. Une institution de l’Etat dénommée Bureau Nationale pour les Affaires Religieuses est créée à cet effet.

Parlant de ces religions, M. CHEN Hongxing a indiqué que le bouddhisme a été introduit en Chine depuis 2000 ans av J-C et c’est la religion qui compte le plus de fidèles (environ 220 millions de croyants) et dispose de 230 000 moines, 31 000 monastères et plus de 100 universités en Chine.

Le taoïsme, une religion de la tradition chinoise créé par Lao Tseu, est la plus importante religion en termes d’effectif des adeptes, après le bouddhisme.

L’islam a été introduit quant à lui au 15e siècle et a contribué à l’essor du commerce entre la Chine et les autres pays tout le long de la « Route de la soie ». La religion islamique compte plus de sept (7) millions d’adeptes, 35 000 mosquées et une dizaine de collèges et universités en vue de former et enseigner ses valeurs.

Le catholicisme s’est très rapidement répandu avec plus de six (6) millions de chrétiens, 98 paroisses et cathédrales, 9000 paroisses et chapelles, et plusieurs réalisations dans le pays notamment dans le domaine de l’éducation et de la formation avec 9 universités catholiques créées.

Le protestantisme n’est pas aussi du reste. Introduit en Chine il y a de cela environ 200 ans, il compte environ 38 millions d’adeptes et plus de 57 000 corps professionnels.

L’orateur a mis également en exergue les 10 groupes de la religion dite orthodoxe de la Mongolie intérieure, une des régions autonomes de la Chine.

Mais, d’une manière générale, les plus grandes religions sont celles des croyances populaires enracinées dans la culture traditionnelle, et donc liées aux religions traditionnelles.

Cependant, il ne faut pas perdre de vue qu’il y a aussi beaucoup de personnes athées en Chine. Leur nombre est le plus important par rapport à celui de tous les croyants de toutes les religions réunies. Faisant allusion au nombre des membres du PCC qui est de 90 millions et celui des membres du confucianisme qui est également de 90 millions, le conférencier en arrive à la conclusion que le nombre des chinois athées est égal à celui des membres du PCC et du confucianisme, soit plus de 180 millions d’athées.

Il a poursuivi son exposé en soulignant que depuis le début de la civilisation chinoise, plusieurs églises ont été créées et fonctionnent sur la base des vertus qui les caractérisent les unes des autres, entre autres la bonté, la justice, la miséricorde, l’honneur, la recherche de la paix, la fraternité, etc. Elles reçoivent des financements de l’Etat et veillent à ce qu’il y ait de l’harmonie dans la société chinoise en général.

Toujours selon l’orateur, le bouddhisme et le taoïsme sont interactives avec le confucianisme parce que, comme religion et doctrine philosophique, elles mettent un accent particulier sur la morale concrète, la résolution des problèmes, une faible adoration de Dieu, le respect mutuel, l’utilisation des temples communs…

S’agissant de la politique religieuse à proprement dite, l’orateur a parlé des quatre (4) principes du gouvernement qui concernent les religions, à savoir:

-la liberté de choisir sa croyance. De la sorte, personne n’est forcée à adhérer à une religion, chacun choisit librement sa religion en fonction de sa croyance et ses convictions;

-le respect des lois en vigueur  par toutes les religions;

-la libre administration des religions;

-l’adaptation des religions à la culture chinoise, à l’évolution de la société moderne chinoise, à la ligne politique tracée par le PCC, et leur non ingérence dans les affaires politiques.

Par ailleurs, un accent particulier a été mis sur la politique de l’Initiative ‘’La Ceinture et la Route’’ qui repose sur la coopération gagnant-gagnant entre la Chine et les autres pays dont nombreux des acteurs sont des croyants. Par conséquent, il faut respecter leur croyance.

Par Brian Patrick Mogani, Membre actif du Réseau des Journalistes et Médias Centrafricains pour l’Initiative « La Ceinture et la Route » (RJMCR), depuis Qingdao

 

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :