Select your Top Menu from wp menus

Le chercheur français Roland Marchal détenu en Iran depuis le printemps

mediaLe président de la République islamique d’Iran, Hassan Rohani, et le guide suprême de la révolution Ali Khamenei, en 2017 à Téhéran.HO / KHAMENEI.IR / AFP

Plusieurs médias révèlent ce mercredi 16 octobre 2019 qu’un deuxième chercheur français est détenu en Iran depuis le mois de juin. RFI est en mesure de confirmer l’arrestation de Roland Marchal, spécialiste de l’Afrique, interpellé à Téhéran au même moment que l’anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah.

Roland Marchal est chercheur au CNRS-CERI, spécialiste du Soudan notamment. Il a été arrêté par les Gardiens de la révolution à l’aéroport de Téhéran, alors qu’il venait d’atterrir, au début du mois de juin. L’anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah, qui pour sa part se trouvait déjà sur place, a été interpellée et incarcérée au même moment.

La France a choisi de ne pas rendre publique la détention des deux chercheurs, afin de ne pas entraver les démarches pour obtenir leur libération. Mais lorsqu’en juillet dernier, la presse iranienne a révélé la détention de Fariba Adelkhah, soupçonnée d’espionnage par les Gardiens de la révolution, Paris a alors publiquement demandé sa libération.

Les autorités françaises n’ont pas réagi pour l’instant aux informations sur la détention de Roland Marchal. Selon l’entourage des deux chercheurs, leurs activités sont « strictement universitaires ». Leurs collègues s’inquiètent de cette détention qui dure et qui semble faire de Fariba Adelkhah et de Roland Marchal une « monnaie d’échange » dans le climat de tension autour de l’Iran.

Rappelons que la France mène depuis des mois une médiation entre Téhéran et Washington, cherchant une « désescalade ». La France, qui a adressé il y a quelques jours une mise en garde aux ressortissants français contre tout projet de voyage en Iran en raison « des pratiques d’arrestation et de détention arbitraires de la part des services de sécurité et de renseignement iraniens ».

Cette semaine, les autorités iraniennes ont par ailleurs annoncé l’arrestation d’un opposant iranien qui vivait en France, Rouhollah Zam. Ce dernier s’exprimait sur le canal Amadnews, qu’il avait créé sur une plateforme cryptée. Pour les Gardiens de la révolution iraniens, Rouholla Zam « travaillait avec les services de renseignement français ».

RFI

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :