Select your Top Menu from wp menus

CENTRAFRIQUE: « SEULE LA RUSSIE EST VENUE Á NOTRE SECOURS » OU COMMENT LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE EXPOSE LE PAYS Á LA COLÈRE DES MULTIPLES PARTENAIRES INTERNATIONAUX ET NATIONAUX


Albert Mokpem Yaloké, ministre Conseiller en communication et porte-parole du président Touadéra à la présidence de la République, a récemment déclaré, je cite: «La révolte dans notre pays nous a coûté très cher», et que par ailleurs «Personne n’est venue à notre secours, sauf la Russie. Avec son aide, nous pourrons sécuriser nos mines de diamants». Fin de citation. Je pense qu’il a tort.
En effet, dire que seule la Fédération de Russie nous a secouru pendant les durs moments que nous avons connus est une grave erreur qu’il ne fallait absolument pas commettre en ce moment où le pays a besoin du concours de tous pour tourner définitivement la page. Que vont penser les Américains, les Chinois, les Français, les Belges, les Allemands, les Portugais, les Camerounais, les Sénégalais, les Marocains, les Egyptiens, les Congolais, les Equato-guinéens, les Burundais, les Rwandais et d’autres pays et nationalités qui ont accepté de prendre le risque d’envoyer leurs soldats pour protéger les populations et les Institutions centrafricaines, en payant souvent le lourd tribut avec la mort de leurs soldats, ou qui nous aident financièrement, humanitairement, diplomatiquement…?
Sachant que des soldats français, pakistanais, marocains et sénégalais récemment, ont perdu la vie en Centrafrique en lieu et place des soldats centrafricains, comment la voix de la présidence de la République centrafricaine peut-elle ignorer cela et dire que « SEULE LA RUSSIE EST VENUE Á NOTRE SECOURS »? Comment la présidence de la République par la voix d’Albert Mokpem Yaloké peut-il ignorer les excellentes contributions suivantes:
DES ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE:
-prise des sanction à l’encontre des leaders et combattants des groupes armés qui violent les droits de l’homme et compromettent la paix en Centrafrique;
-dons de véhicules militaires aux forces de défense et de sécurité centrafricaines;
-aide financière pour payer les arriérés de salaires des militaires et gendarmes centrafricains;
-soutien de la RCA auprès du Conseil de sécurité des Nations unies à travers le vote des résolutions en faveur de la RCA;
-octroi de bourses d’études aux jeunes leaders centrafricains, chaque année, pour un séjour d’études et de découverte des USA à travers le programme dit Yali;
-importante contribution financière pour les activités de la Mission onusienne de paix en Centrafrique (MINUSCA).
Mokpem pense-t-il que ces contributions n’ont pas de valeur ni impact en Centrafrique?
DE LA RÉPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE:
-annulation de la dette de la RCA à hauteur de 16 MILLIARDS DE FCFA;
-dons de véhicules militaires, armes, munitions et ambulances aux forces de défense et de sécurité centrafricaines;
-envoi de missions pour la formation des policiers et gendarmes centrafricains surplace à Bangui;
-accueil et formation des militaires, policiers et gendarmes centrafricains dans les grandes écoles spécialisées de défense et de sécurité en Chine, aux frais du gouvernement chinois, et donc gratuitement pour la partie centrafricaine;
-accueil et formation de milliers de cadres civils ainsi que des jeunes étudiants centrafricains, chaque année et dans presque tous les domaines, dans les académies universitaires, Instituts, universités, centres de formation spécialisée de Chine, aux frais du gouvernement chinois, et donc gratuitement pour la partie centrafricaine;
-soutien de la RCA au Conseil de sécurité des Nations unies à travers le vote des résolutions en faveur de la RCA;
-importante contribution technique et financière de la Chine pour la dotation de la RCA en médicaments antipaludéens, la maîtrise et la vulgarisation de la technologie Juncao pour la production de champignons, etc.
Mokpem Yaloké pense-t-il que ces contributions n’ont pas de valeur ni impact en RCA?
DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE:
-dons de véhicules militaires, armes et munitions aux forces de défense et de sécurité centrafricaines;
-envoi de missions pour la formation des militaires, policiers et gendarmes centrafricains surplace à Bangui et à Bouar, dans le cadre de la Mission européenne de formation (EUTM);
-accueil et formation des militaires, policiers et gendarmes centrafricains dans les grandes écoles spécialisées de défense et de sécurité en France, aux frais du gouvernement français, et donc gratuitement pour la partie centrafricaine;
-accueil et formation de centaines de cadres civils ainsi que des jeunes étudiants centrafricains, chaque année et dans presque tous les domaines, dans les académies universitaires, Instituts, universités, centres de formation spécialisée de France, aux frais du gouvernement français, et donc gratuitement pour la partie centrafricaine;
-soutien de la RCA au Conseil de sécurité des Nations unies à travers le vote des résolutions en faveur de la RCA. C’est la France qui a été récemment le porte-plume de la dernière résolution du Conseil de sécurité qui autorise l’allègement de l’embargo qui frappe la RCA, ce qui a permis à la Russie de livrer les armes aux forces armées de la RCA;
-importante contribution technique et financière de la France pour la mise en œuvre de plusieurs projets inscrits dans le cadre du Plan de relèvement et de consolidation de la paix (RCCPA), pour ne citer que ceux-ci.
Albert Mokpem Yaloké pense-t-il que ces contributions n’ont pas de valeur ni impact en RCA?
DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES ET PARTENAIRES MULTILATÉRAUX:
A travers ses propos, Albert Mokpem Yaloké sous-estime les multiples aides techniques, humanitaires et financières accordées par le FMI, la Banque mondiale, l’Unicef, le PAM, la FAO, l’OIF, l’UNESCO, l’Union européenne, le Fonds saoudien, les Médecins sans frontières (MSF) et Médecins du monde (MDM), PNUD, ONUFEMMES, UNFPA, et autres, qui ont soit permis de payer quelques mois d’arriérés de salaires, ou de réaliser des projets et activités dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’énergie, de la sécurité, de l’agriculture et de l’élevage, des TIC, de la Justice, des droits de l’homme et de l’Etat de droit, de l’économie et des finances, de l’environnement, de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale, de l’assainissement, de l’eau, de la culture, de la sécurité alimentaire, des infrastructures, etc. Un tel négationnisme ne sied pas à la première institution de la République.
DU PORTUGAL:
Si les forces spéciales portugaises n’étaient pas en Centrafrique dans le cadre de la de la MINUSCA, Bambari aurait été repris le 09 janvier 2019 par les groupes armés UPC et FPRC coalisés, et le mouvement 3R se serait toujours comporté comme en terrain conquis dans plusieurs villes et localités de Koui, Bocaranga, Ngaoundaye, Bouar et Baboua. Les actions musclées du contingent portugais de la MINUSCA des 26 et 27 septembre dernier, saluées pourtant par tous, ne sont pas du goût de la présidence de la République selon son porte-parole. De même, le sacrifice suprême des quatre (4) militaires pilotes sénégalais morts dans un crash aérien à Bouar, n’est rien aux yeux de Mokpem alias la voix de son maître.
Albert Mokpem Yaloké pense-t-il que ces contributions n’ont pas de valeur ni impact en RCA?
DES PARTENAIRES NATIONAUX:
Comment Albert Mokpem Yalok peut-il ignorer l’excellente contribution de la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique dès le déclenchement de la crise pour calmer les convulsions des séléka et des antibalaka, et ramener à des meilleurs sentiments des chrétiens et musulmans qui étaient manipulés pour donner une coloration religieuse à la crise?
Comment la voix de son maître peut-il négliger les multiples plaidoyers et lobbyings internationaux menés par Mgr Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui, au nom de l’église catholique, le Révérend Pasteur Dr Nicolas Guèrèkoyamé Gbangou, alors président de l’Alliance des évangéliques de Centrafrique (AEC) et l’Imam Omar Kobine Layama, président de la Communauté islamique centrafricaine (CICA), pour expliquer la situation de la RCA avant la crise, faire comprendre au monde entier et surtout aux grands décideurs de ce monde que la crise centrafricaine n’a rien de confessionnel, et demander l’assistance internationale à la RCA, ce qui a eu un écho favorable et poussé plusieurs organisations internationales et bonnes volontés à voler au secours de la RCA? Comment négliger cela?
DE L’ACTION SALVATRICE DU PAPE FRANÇOIS ET DU RWANDA:
C’est le pape François qui a ouvert la voie du Km5 à tous lors de son arrivée à Bangui en novembre 2015, au temps fort de la crise où les musulmans du Km5 étaient vraiment coincés, privés d’eau, d’électricité, de sortie, voire de nourriture.
C’est le pape François qui avait facilité le déplacement en masse des musulmans au stade de 20000 places où il avait célébré une grande messe qui était, en fait, un moment fort de réconciliation entre les autres fils du pays et les musulmans cloîtrés au Km5 inaccessible aux autres habitants de Bangui, mettant fin à la balkanisation de la capitale.
C’est toujours cet homme de Dieu qui a doté le pays d’une nouvelle infrastructure d’accueil, de soins et d’hospitalisation des nourrissons et enfants au Complexe pédiatrique universitaire de Bangui, avec la prise en charge gratuite des enfants malades à Bangui. Comment Mokpem Yaloké peut-il ignorer royalement le rôle ô combien important joué par le pape en RCA?
Et les Rwandais qui ont empêché plusieurs coups d’Etat contre le président Touadéra ne sont-ils pas à féliciter parce que les Russes sont là? Que non ! On ne peut pas être ingrat jusqu’à ce point ! Les Russes, certes, ont fait aussi du bien à la RCA. Mais ils ne pouvaient, ne peuvent et ne pourront à eux seuls réaliser tout ce que les autres partenaires bi et multilatéraux ont fait pour la RCA !
Les conséquences de tels propos du porte-parole de la Présidence de la République risquent d’être graves si le chef d’Etat ne le dément pas publiquement ou en utilisant la voie diplomatique appropriée pour le faire.
Affaire à suivre.
Mesmin Madidé-Aladila, MEDIAS+

Related posts

Laisser un commentaire