Select your Top Menu from wp menus

Encore une mauvaise fréquentation du président Touadéra !

ATTENTION À NOS FRÉQUENTATIONS !

Un Belge connu pour ses opinions d’extrême droite, Luc Michel, a fait cette semaine son apparition à Bujumbura comme « conseiller politique » du président Pierre Nkurunziza, en suggérant au pouvoir de ne pas « aller à Arusha », en Tanzanie, pour la reprise d’un dialogue inter-burundais destiné à mettre fin à la grave crise politique que traverse le pays depuis un an, rapporte la presse locale.

Le conseiller en communication du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, a présenté mercredi ce « géopoliticien panafricaniste » belge décrit comme un « ami du Burundi », lors d’une conférence publique à Bujumbura, selon le dernier média indépendant burundais, Iwacu.

Le dialogue inclusif d’Arusha est un piège diplomatique mené par les Occidentaux, a déclaré à cette occasion Luc Michel, affirmant, non sans fierté, avoir été initié au panafricanisme par le défunt leader libyen Mouammar Kadhafi « qu’il a servi pendant 25 ans ».

L’ancien président tanzanien Benjamin Mkapa, nouveau co-médiateur dans la crise burundaise, avait reporté au 21 mai la reprise du dialogue inter-burundais – prévu initialement du 2 au 6 mai à Arusha (nord de la Tanzanie) – pour tenter de trouver une solution à la crise politique qui paralyse ce petit pays d’Afrique centrale depuis avril 2015.

« Le dialogue comme cela s’est fait dans d’autres pays africains doit se dérouler au pays, pas avec des partis fantoches, pas avec un gouvernement convoqué à la dernière minute alors que les autres ont été convoqués longtemps avant », a ajouté M. Michel, cité vendredi par Iwacu.

Selon ce « panafricaniste blanc », ce serait comme aller à Canossa, à l’image de l’empereur allemand Henri IV allant s’humilier devant le pape Grégoire VII en 1077. « Ce n’est pas acceptable et cela ne va pas vous apporter la paix. Cette paix passera par la fin du terrorisme, le contrôle de la frontière avec le Rwanda, et c’est là qu’il faut une force d’interposition », a-t-il conseillé.

Le site Bujumbura News décrit Luc Michel comme membre de la Fédération d’action nationale et européenne (FANE) néo-nazie et fondateur du Parti communautaire national-européen (PCN-NCP) en 1984.

Source : Newsletter RTBF Info – Afrique

L’image contient peut-être : 3 personnes

Related posts

Laisser un commentaire