Select your Top Menu from wp menus

Mgr Aguirre, Prix de la coexistence 2019: «Je ressens une grande joie de pouvoir parler à Ceuta et d’être la voix de mon peuple»

Son dévouement en tant que missionnaire en Centrafrique, pendant plus de 40 ans, lui a valu le XVIIe Prix de la coexistence. Il assure que c’est un prix de tous ceux qui travaillent à ses côtés.

 Après avoir passé plus d’une demi-vie en République centrafricaine, Juan José Aguirre, évêque du diocèse de Bangassou, a vu beaucoup de choses, en tant  que «l’élève plein» de faits qu’il ne peut jamais oublier et décrit avec admiration la personnalité de l’Africain, sa capacité à résister et à dramatiser les dures conditions de ce pays en proie à la guerre civile. Ce travail, qu’il  assure humblement qu’il n’est pas le sien, mais de toute son équipe, lui a valu le XVIIe Prix de la coexistence de la ville de Ceuta pour sa vie de capitulation devant les autres. Aguirre reconnaît être reconnaissant de pouvoir venir à Ceuta et être l’émissaire de « la voix de mon peuple ». L’évêque de Bangassou recevra le prix cet après-midi dans le cadre d’un acte d’entrée gratuite qui commencera à 20 heures à l’auditorium de Revellín. Une fois la livraison terminée, la Fondation du Prix de la Coexistence organisera la quatrième exposition gastronomique «Nos saveurs», en collaboration avec les communautés chrétienne, musulmane, hindoue et hébraïque. Ce seront des tapas représentatives de chaque communauté: vigile, casher, halal et végétarienne.

 Que pensez-vous d’avoir reçu le prix de la coexistence de la ville de Ceuta? Avez-vous été surpris? 

J’étais très heureux. La reconnaissance n’est pas juste pour moi, nous sommes 11 000 missionnaires espagnols du tiers monde qui donnent notre vie jour après jour, goutte à goutte. Cela signifie que n’importe lequel d’entre eux aurait pu le recevoir. Les circonstances dans lesquelles je me suis retrouvé, dans une guerre civile, dans un pays comme la République centrafricaine  avec 40 ans de présence dans ce pays,  ont forcé les autres  à me regarder davantage. Je ressens une grande joie de pouvoir parler et d’être la voix de mon peuple, qui traverse une situation très difficile et ne peut pas venir ici pour le lui dire.

Le jury a souligné votre dévouement et votre disponibilité tout au long de votre vie en Afrique. Personnellement, qu’est-ce que cette reconnaissance implique?

Je suis missionnaire dans une congrégation de parents missionnaires, les Missionnaires Comboniens, créateurs du magazine Mundo Negro. Ils m’ont formé de 18 à 27 ans et m’ont encouragé à aller travailler en Centrafrique. J’y suis arrivé à l’âge de  28 ans. La reconnaissance est pour moi, mais aussi pour tout le diocèse de Bangassou, pour les Comboniens et pour les personnes avec qui je travaille. J’ai pu faire beaucoup de choses, mais si vous voulez les faire, entourez-vous de bons collaborateurs. Ensuite, il y a la grâce de Dieu. Sans la grâce de Dieu, qui nous éclaire et nous donne un aperçu, nous ne pourrions pas. Donc, ce prix est très partagé. “Je suis toujours resté là parce que Dieu m’a donné de la force, pas parce que j’étais spécial avec les autres”

 Quelle est la vie d’un missionnaire d’église en Afrique?

Le continent compte 53 pays; certains sont moins compliqués et d’autres très complexes, comme la Centrafrique. La République centrafricaine, qui est un grand pays comme l’Espagne et le Portugal, est très peu peuplée et plongée dans une guerre civile. Un groupe de mercenaires, de tribunaux islamiques, l’ont piétiné pendant cinq ans et mon peuple souffre énormément. Il y a eu beaucoup de morts, de  martyrs, de morts de catéchistes, cinq prêtres, un autre catéchiste comme Sœur Inés, qui a été  également tuée… Cette tribulation ne peut pas vous laisser indifférent. L’indifférence fait de vous un complice. Quand le missionnaire va voir, il doit se mélanger et nous allons naturellement avec les plus vulnérables, avec les plus pauvres. Quand vous arrivez et vous assoyez avec les pauvres, vous les écoutez, vous les réalisez, vous réalisez leurs besoins. Différents projets émergent. Vous contactez des personnes qui peuvent vous aider dans ces projets, telles que la Fondation Bangassou à Córdoba, des oenegés qui m’aident.

Vous gardez à l’esprit l’immigration que nous recevons ensuite ici, à Ceuta et en Europe en général. Pensez-vous que le problème de la migration repose sur le fait qu’il est plus facile de les laisser partir que de s’attaquer au problème à la source?

 Sans aucun doute, la solution est là, dans leur propre pays, en développement. À l’horizon 2050, dans 30 ans, l’Afrique est un continent comptant deux milliards cinq cent millions d’habitants, un continent qui sait gérer ses propres matières premières sans que personne ne la vole, qui a réussi à canaliser des maladies endémiques telles que le paludisme, Sida, Ebola, diarrhée, tuberculose … Quand il s’agit d’un continent où la corruption est beaucoup moins présente, l’Afrique sera le continent de l’avenir et viendra un temps où il n’y aura plus autant de désir de venir en Europe. Aujourd’hui, en 2019, je vous assure que les conditions en Afrique sont vraiment désastreuses pour beaucoup de gens et que la tentation de fuir est vraiment une possibilité. Mais ceux qui arrivent en Europe représentent 3% de la migration africaine, les 97% restants se situant à l’intérieur des frontières africaines. En Centrafrique, il y a 550 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays, qui sont passées d’un endroit à l’autre, jetées hors de la guerre, qui ont tout perdu et qui se rendent dans une autre partie de l’Afrique centrale pour tenter de survivre. Et 650 000 personnes ont fui la République centrafricaine  et ont traversé la frontière. À l’heure actuelle, l’Ouganda vient de recevoir deux millions de Soudanais du Sud au cours des deux dernières années. Il les gère et les accueille, ils ont des frontières ouvertes. Et le Pérou a déjà reçu deux millions de Vénézuéliens. Ce sont des gens qui sont complètement désarmés et qui fuient et pour moi ce sont des frères. Chaque homme est mon frère. Le risque que nous ayons des indésirables, parce que bien sûr, c’est un risque énorme et qu’il y en a aussi. S’ils viennent du Maghreb, ils viennent surtout pour travailler avec un autre Maghreb et le contrôle est plus difficile. Mais s’ils viennent d’Afrique sub-saharienne, d’Alep, de Lesbos, d’Irak ou d’autres pays où l’islam est radical, il y a des frères qui ont besoin de quelqu’un pour tendre la main. En ce sens, je constate que beaucoup de personnes sont sensibles et je suis très heureux de voir combien de personnes ouvrent les portes de leur maison pour les accueillir et cela me procure beaucoup de joie.

Qu’est-ce qui vous a le plus impressionné dans votre vie de religieux en Afrique?

Il y a eu beaucoup de moments. Dans quarante ans, j’ai la tête pleine d’images, de grands moments. L’accueil de l’Africain, sa capacité à dramatiser, sont absolument extraordinaires et les missionnaires apprennent beaucoup. Nous voyons l’Africain avec une patience énorme, endurant l’insupportable sans dramatiser, sans entrer dans de grandes tensions ou dans une grande angoisse, c’est quelque chose que nous devons apprendre. En fait, nous avons beaucoup appris pour faire face à la mort avec un sentiment de paix intérieure, de douceur. … C’est quelque chose qui nous a impressionné. Cela témoigne très bien du caractère du monde africain, en particulier de ceux que je connais en Centrafrique. Quelques instants également où nous avons été sous les balles, nous nous sommes mis en tant que boucliers humains devant 150 tireurs d’élite pendant trois jours. C’était très difficile. C’était en mai 2017. Ensuite, les soldats des Nations Unies nous ont informés qu’un groupe de soldats indonésiens était tombé dans le piège dans une embuscade. C’était pratiquement un groupe d’enfants, ils les ont tués et réveillés. C’était horrible, parce que les soldats qui se trouvaient à Bangassou m’ont demandé d’aller récupérer les corps, car ils voulaient les emmener en Indonésie pour les enterrer et ils ne pouvaient pas risquer de se faire prendre à nouveau. Ils m’ont convaincu de partir avec certains de mes prêtres et après de nombreuses négociations, ils m’ont montré l’endroit où ils avaient laissé les corps. J’ai garé la voiture très près de là et ce que nous avons vu, c’est que trois corps ont été complètement détruits, pleins de mouches, une odeur très pénétrante et qui devait assommer quiconque. Nous n’avions ni masques, ni crème pour le nez, ni gants. Mais j’ai dit que tu devais finir au plus vite. C’était moi d’abord et je suis rentré tête décapitée, puis mes prêtres sont sortis de la voiture. C’était effrayant. Lorsque nous avons terminé, j’ai vérifié de nouveau et j’ai trouvé une main dans certains buissons. J’ai vu sur l’anneau que j’avais une alliance et j’étais très impressionné de penser à sa femme ou à sa famille qui n’imaginait pas ce qui se passait à cette époque. Nous avons passé plusieurs heures à faire le tour de la voiture jusqu’à ce que nous puissions les laisser à la morgue. C’était une nuit tardive terrible. «Les femmes guident le monde. Sans les femmes, l’Église catholique coulerait complètement ».

 Avez-vous déjà pensé à tout quitter? En ayant une vie plus confortable, en revenant en Espagne? 

Tout le contraire. À cette occasion, j’ai pensé à la joie que ces trois familles allaient pouvoir avoir le corps de leurs êtres chers et pouvoir les enterrer dans leur pays. Ensuite, le fait même, ces corps détruits, si vous les rêvez quelques jours, vous avez un peu de mémoire, un peu plus. Mes prêtres ont dû sortir progressivement du choc post-traumatique, je devais les sortir d’ici, les emmener ailleurs, mettre la terre au milieu. Mais je suis resté, je reste toujours. Et certains d’entre nous doivent les sortir. J’ai dû sortir les religieuses du diocèse parce que la menace de viol était énorme et je ne voulais pas les risquer. Mais je suis toujours resté là, au bord, dans la gueule du loup. J’y suis toujours resté parce que Dieu m’a donné de la force et non parce que j’étais spécial pour les autres. Chacun assimile la peur telle qu’elle est, personne n’est meilleur que quiconque. Donc je suis toujours resté là avec mon peuple. Je suis parti un mois, je suis allé dans la capitale ou en Espagne, mais ensuite je suis rentré et j’ai trouvé la même chose: une pression énorme qui vous conduit à une poussée d’adrénaline continue. Ce téléchargement finit par vous écraser.

 Ces derniers temps, on ne cesse d’entendre des propos tendant  à remettre en question le travail des ONG du tiers monde et des pays en développement, et soulignant  que leurs activités  traversent une crise de crédibilité. 

Je ne crois pas. Ce qu’ils essaient de nous dire dans les médias est souvent filtré, filtré par de mauvaises personnes qui veulent manipuler la société, même de grandes organisations telles que l’ONU, telles que les grands bureaux de l’ONU qui veulent nous manipuler. La réalité est différente. L’autre côté du miroir est différent. Il y a beaucoup de bonnes personnes qui travaillent, il y a beaucoup d’ONG, comme partout, qui sont bonnes et d’autres qui sont médiocres. Certains ont beaucoup de marge de manœuvre économique, puis ils travaillent beaucoup, mais ils dépensent également beaucoup pour la logistique et d’autres, dépourvus de ressources financières suffisantes, dépensent beaucoup plus qu’ils ne dépensent pour l’aide. Ceux-ci quand ils voient le plumeau, bien sûr, ils sont interrogés, mais il y a tout, comme dans la vigne du Seigneur. Il y a aussi des missionnaires qui sont médiocres et il y en a d’autres, des congrégations, qui sont formidables et qui sont au bord du précipice et il y a des ONG et des agences qui nous aident beaucoup, très généreusement. Je tiens à souligner la partie de la Fondation Bangassou, dans laquelle des centaines de personnes ici à Cordoue aident le diocèse de Bangassou, et je tiens à souligner Manos Unidas, une ONG très sérieuse dirigée par des femmes. Les femmes guident le monde, guident l’église catholique. Sans les femmes, l’Église catholique sombrerait complètement. La Conférence épiscopale espagnole et Manos Unidas sont un exemple de gestion, de rigueur et de bien faire les choses. Il y en a d’autres, comme Aide à l’église dans le besoin. Ils sont formidables, ils travaillent pour dénoncer les églises persécutées. Et il y a d’autres organisations qui nous aident beaucoup et qui sont toujours avec nous, il y a beaucoup de diocèses qui nous aident, les mairies de tous acabits politiques qui, à un moment donné où nous demandons de l’aide, nous disent oui, qu’ils ont le pourcentage de développement et peuvent le donner à Bangassou. Il y a beaucoup de gens qui, en dehors du tribunal politique, ont un cœur en or.Au Pays basque, un de nos amis veut nous aider à construire une fabrique de bonbons à Bangassou afin de pouvoir nourrir les enfants orphelins, qui peuvent avoir un emploi pendant leur séjour à l’orphelinat et nous pouvons créer une entreprise familiale. J’ai découvert cela au Pays basque, où j’ai également vu beaucoup de personnes subsahariennes qui sont obligées de travailler dans la pêche. Et ils font un excellent travail que les Basques reçoivent avec une grande joie de voir qu’ils disposent d’un effectif sérieux, engagé et sérieux et de ce qu’ils peuvent poursuivre dans leurs tâches en Cantabrique.

 Pensez-vous que les organisations, l’ONU ou les grandes puissances en font assez pour toutes les personnes que vous aidez? Existe-t-il une réelle implication dans l’amélioration de la vie de ces pays? 

No. Je considère que de nombreuses multinationales qui viennent en Afrique sont de véritables prédateurs qui ont la capacité de prendre l’or, les diamants, le manganèse, le mercure en Centrafrique, le coltan … de la manière la plus propre possible et sans payer de frais. Nous avons vu des sociétés chinoises en Centrafrique qui ont même détourné des rivières de rivières entières pour libérer des zones aurifères et ont utilisé pour cela des produits contenant de l’eau contaminée, provoquant des avortements et ne s’en souciant pas exactement. Parmi eux se trouvent des sociétés chinoises, américaines et américaines, et beaucoup veulent se mordre les dents au pétrole et aux pétrodollars. Il existe d’autres sociétés, des multinationales, qui vivent de la guerre et de la fabrication d’armes de guerre. Ils viennent en Afrique, entre autres choses, comme nous le faisons également en Espagne, où nous construisons des corvettes de guerre pour l’Arabie saoudite et où nous tenons à trois pitos. Mais il y a des multinationales qui sont convaincues de la même phrase, qui est en train de devenir classique, et c’est qu’aujourd’hui, celui qui contrôle le coltan contrôle les guerres. Les guerres sont contrôlées en fonction de qui contrôle ce minéral. Le coltan est en Afrique, principalement au Congo, et des prédateurs viennent lui prendre le coltan. Même sur le continent, comme le président du Rwanda, qui vole le coltan du Congo pour le vendre aux multinationales européennes et américaines, qui vont fabriquer le tantale avec du coltan, qui est un super conducteur qui n’est pas uniquement utilisé dans le secteur manufacturier des téléphones mobiles, mais maintenant il est surtout utilisé pour la fabrication de missiles et de drones. Maintenant, ils ont commencé à bombarder des villages entiers avec des drones, sans avoir besoin de transporter l’artillerie, pas même les hélicoptères livrés avec les missiles. Ainsi, celui qui contrôle le coltan a maintenant la fabrication de drones. Voici les photos, que l’Afrique est vue aujourd’hui avec un regard avide de certaines nationalités et multinationales.

Nous savons que c’est votre première visite à Ceuta. Avez-vous une motivation ou un objectif particulier pour votre arrivée en ville?

J’ai vécu 40 ans en Afrique, presque toute ma vie, et j’adore retourner en Afrique, même si c’est de l’Afrique espagnole. J’ai eu un partenaire, avec un fort accent andalou, qui m’a dit: « Je viens d’Afrique, je suis du nord ». Il venait de Melilla. Cela me procure une grande joie de pouvoir aller à Ceuta et de connaître la population de Ceuta et de pouvoir regarder ses habitants et de pouvoir compatir avec leurs joies et leurs peines; être capable de s’écouter et, surtout, de me donner l’occasion d’être la voix de mon peuple, de me donner la possibilité que Ceuta sache également ce qui se passe dans ma ville, en Centrafrique . C’est ce qui me procure une grande joie.

Par A. Ramos Caravaca 

Source : El Faro Cueta du 3 octobre

Nota Bene : L’article original écrit et publié ce jour, le jeudi 3 octobre 2019, par  le journal « El Faro Cueta » a été traduit de l’espagnol en français par Edouard Yamalet, directeur de publication de « La Voix des Sans – Voix » www.lavoixdessansoix.com, censuré et piraté par les Russes sur instructions des plus hautes autorités centrafricaines, depuis le 8 octobre 2018, et du « Letsunami.net » www.letsunami.net, ressortissant du Petit Séminaire Saint Marcel de Sibut de 1980 à 1984 et du Séminaire Inter-diocésain de Saint Paul, de 1984 à 1987,  titulaire d’une Maîtrise en Droit Public, option Relations Internationales, obtenue en septembre 1992 à l’Université Cheick Anta Diop de Dakar, au Sénégal. Fonctionnaire du Ministère des Finances et du Budget avec plus de 26 années d’expériences, ancien Chef de Cabinet au Secrétariat d’Etat aux Affaires Etrangères, Chargé de la Francophonie et Directeur Général de l’Administration et des Finances au Ministère de l’Education Nationale, celui qui se définit comme un combattant de la liberté, l’un des stratèges politiques de la victoire de l’UNDP aux dernières élections de 2015,  de grade Contrôleur Général des Finances et Expert en Passation de Marchés Publics,  est  persécuté depuis le 30 mars 2016 par le régime de Bangui, à cause de ses opinions et ses articles jugés « trop critiques, gênants et même offensants ». Après avoir échappé à une tentative d’enlèvement, de torture et d’assassinat, le 1er octobre 2018, vers 9 h 30 mn, de la part du directeur de l’OCRB, à la tête d’une cinquantaine d’hommes lourdement armés, à bord de deux véhicules, dans l’enceinte de la rédaction du journal « Le Démocrate », il est  depuis lors contraint à la clandestinité et à l’exil.

Related posts

Laisser un commentaire