Select your Top Menu from wp menus

CENTRAFRIQUE-CPI: ÉDITORIAL DU BUREAU PAYS DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE ET L’AMBASSADE DU ROYAUME-UNI AU CONGO DÉMOCRATIQUE

La République centrafricaine est un pays de justice, habitée par des hommes et des femmes qui veulent la justice. Le président fondateur de la RCA Barthélemy BOGANDA disait: «Pas de paix sans justice et pas de justice sans développement». Cela veut dire clairement que pour le père fondateur et visionnaire de ce pays, la justice est le chemin le plus efficace pour atteindre la paix. Cette passion du peuple centrafricain pour la cause de la justice et la lutte acharnée contre l’impunité des auteurs de crimes graves s’étaient exprimées clairement à travers l’expression «impunité zéro» lors du Forum de Bangui en 2015, précédé par les consultations à la base.
Cette même détermination avait déjà préoccupés les élus de la nation centrafricaine qui, en plus des tribunaux nationaux, avaient décidé de ratifier le Statut de Rome afin de faire de la Cour pénale internationale (CPI) une institution judiciaire, capable d’intervenir dans le pays en dernier ressort afin de rechercher les donneurs d’ordre, les complices et les instigateurs de crimes graves (crimes de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité) qui auraient été commis sur son territoire ou par ses ressortissants et de les faire juger dans un procès équitable. C’est dans cette logique que le gouvernement centrafricain avait saisi la Cour en 2014, pour une deuxième fois, pour les crimes graves commis sur le territoire centrafricain depuis 2012.
Pendant que le bureau du procureur continue ses enquêtes, deux suspects (Alfred Yekatom et Patrice Edouard Ngaïssona), déjà arrêtés, seront devant les juges de la chambre préliminaire II du 19 au 27 septembre 2019 pour une audience de confirmation des charges ou non.
Rendre justice aux victimes de crimes graves dans une procédure judiciaire équitable est une chose, mais permettre à une population de comprendre la justice rendue et de se l’approprier en est une autre. L’accès de la population centrafricaine dans la procédure judiciaire devant la CPI est une préoccupation primordiale pour tous. C’est dans ce sens que le Royaume-Uni, depuis son ambassade à Kinshasa, soutien financièrement les activités de sensibilisation pour l’accès effectif à la justice des victimes de crimes graves en RCA.
Cette justice voulue n’est pas seulement l’œuvre de la CPI mais aussi de la Cour pénale spéciale et les juridictions nationales. Au travers ce financement, différentes activités de sensibilisation suivantes, permettant de rapprocher la justice des justiciables, seront menées:
•Retransmission des audiences de confirmation des
charges affaire Yékatom et Ngaïssona en RCA;
•Mission d’une délégation de dix (10) personnes au siège
de la CPI à La Haye, au Pays-Bas, afin de rencontrer les
officiels de la Cour et assister aux audiences de
confirmation de charge.
Ce projet cadre avec la conviction du Royaume-Uni selon laquelle: «Une justice indépendante et équitable constituera le socle de la stabilité et de l’Etat de droit en RCA». Cette initiative se poursuivra avec le financement d’autres activités de sensibilisation de la Cour en RCA. Aussi vrai que la lutte contre l’impunité est un long voyage, ce voyage a besoin de tous pour que l’humanité contre les crimes soit une réalité et que «le monde sache».
Par Mike Cole, Représentant pays de la CPI en RCA, et Dr John Murton, British Ambassador to Democratic Républic of Congo.
—————————————————————
Pour toute information complémentaire, veuillez contacter: Gervais Bodagay, Bureau CPI Pays en RCA au (+236) 72 30 34 16, ou Gervais-Bodagay@icc-cpi.int |Alice Bafiala Mutombo | Communication Officer | British Embassy DRC Bristish DRC | 83 Avenue Roi Baudouin, Gombe | Kinshasa | PO Box 8049 +243 81 556 6342 | ECHO 8258 2342 | Email: Alice.Mutombo@fco.gov.uk
Source: MEDIAS+

Aucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.

Related posts

Laisser un commentaire