Select your Top Menu from wp menus

Présence signalée de centaines d’hommes lourdement armés à bord de véhicules 4×4 sur le territoire

Alors que les ministres français de l’Europe et des Affaires étrangères et de la défense nationale, M. Jean – Yves Le Drian et Mme Florence Parly,  finissaient par une conférence de presse, le lundi 9 septembre 2019 à Moscou, une importante visite de travail avec leurs collègues russes, dans le cadre d’une coopération de quête de « confiance » et de la fin de « défiance » entre les deux pays, et ce, au lendemain d’une rencontre, le jeudi 5 du même mois, entre le président Macron et le président Touadéra, précédée deux jours plutôt d’une audience accordée à l’Elysée par son hôte au président congolais Dénis Sassou Nguesso, médiateur dans la crise centrafricaine qui perdure depuis le 10 décembre 2012, des informations de sources diplomatiques ont rapporté à notre rédaction, il y a seulement quelques heures, la présence signalée de plusieurs centaines d’hommes lourdement armés à bord de véhicules 4×4, sur le territoire national, dans l’attente d’un ordre ou d’un signal à venir d’un moment à l’autre.

Ces informations ont été confirmées par le bulletin quotidien sécuritaire de la Minusca, d’une part, et par les services de renseignements russes, d’autre part, qui n’ont pas hésité un seul instant à en tenir informé le mathématicien de Boy – Rabé. Dans le même temps, en application des injonctions à lui données par le président français, le président congolais s’est entretenu, en la présence de certaines personnalités politiques, longuement dans la nuit du 9 au 10 septembre 2019, en marge des travaux du Forum Investir en Afrique, prévus du 10 au 12 de ce mois dans la capitale congolaise, sur les nouvelles propositions relatives à la résolution de la crise centrafricaine, dans le cadre de l’Accord de Paix de Khartoum.

Informé de l’issue de cette rencontre qualifiée de celle de la dernière chance et des mesures devant immédiatement et sans condition être mises en œuvre par le président Touadéra, dès son retour à Bangui,  afin de sauver son fauteuil déjà très vacillant, le premier ministre Ngrébada, paniqué peut – être du sort qui lui sera finalement réservé dans cette danse macabre dont le rythme a été minutieusement conçu par Paris et Moscou autour du dossier hautement sensible de la Crimée, pour des intérêts géopolitiques et géostratégiques de part et d’autre,  aurait tout simplement décidé d’organiser la résistance contre la France en Centrafrique, en manipulant des jeunes désœuvrés à grands coups de billets de banque directement extraits de la caisse du trésor public.

Comme son collègue, le président  de la jeunesse du KNK et le nôtre l’avaient fait illo tempore, en 2013, en distribuant des flèches aux éléments de Cocora, mais dont la suite fut malheureusement  tragique tant pour le régime du président Bozizé  que pour lui – même.

Affaire à suivre…. !

Jean – Paul Naïba

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :