Select your Top Menu from wp menus

Déclaration du Mouvement « E Zingo Biani » sur l’évolution du contexte socio – politique et sécuritaire

Trois (3) mois après la création de la plateforme citoyenne Ë Zîngo Bîanî, la réalité du terrain vient cruellement de lui donner raison sur tous les points. Aussi bien sur la justesse de son combat que sur la pertinence de ses revendications. Contrairement aux propos complètement déphasés du Premier Ministre Firmin NGREBADA qui non seulement osait se féliciter de prétendus progrès produits par l’Accord de Khartoum, mais va plus loin dans le cynisme politique en déclarant que les massacres commis par les groupes armés sur les populations civiles centrafricaines sont des faits marginaux.

Coup sur coup, les témoignages des députés de Kaga Bandoro 2, et celui de Bocaranga 3, demandant le traitement militaire des mercenaires étrangers signataires de l’Accord de Khartoum, sonnent le glas de cet accord de dupe et donnent définitivement raison à la démarche citoyenne et démocratique d’ Ë Zîngo Bîanî, Front Uni pour la Défense de la Nation.

Les démissions en cascade d’abord d’Abdoulaye Miskine puis de Al-Katim et dernièrement de Siddiki Abass finissent par planter le décor de l’explosion de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation (APPR), dit Acoord de Khartoum. Sept (7) mois après la signature à Bangui de cet Accord, les exactions et combats d’Amdafock, de Birao, et de Mingala sont la confirmation que la violation de la Constitution par le régime TOUADERA n’a en rien profité à la population centrafricaine, mais a été une bouée d’oxygène pour permettre aux groupes armés de se réarmer, de recruter pour tuer et piller de plus bel. Au vu et au su de la MINUSCA qui pourtant, par la bouche de son patron Mankeur NDIAYE, avait affirmé le 24 août 2019 lors de la réunion de suivi-évaluation de l’Accord de Khartoum que désormais toutes les violations qui ont été tolérées jusqu’à présent seraient sévèrement réprimées.

L’attribution du marché de confections des documents administratifs sensibles comme la carte d’identité, les passeports, la carte grise, etc. à l’entreprise Al-Madina, appartenant à un trafiquant d’arme libanais, financier avéré du réseau terroriste Al-QAÏDA, recherché par Interpol et toutes les plus grandes agences de renseignement du monde ainsi que la catastrophe écologique, humaine et économique de Bozoum ont fini par  discréditer définitivement un régime en rupture avec les intérêts supérieurs de la nation.

Raisons pour lesquelles, Ë Zîngo Bîanî, Front Uni pour la Défense de la Nation, réitère avec force ses douze exigences non-négociables et prépare un mémorandum de sortie de crise dans lequel il déclinera ses propositions pour juguler la crise sécuritaire et politique dans notre pays.

A cet effet, Ë Zîngo Bîanî, Front Uni pour la Défense de la Nation invite la population de Bangui et ses environs à prendre part massivement à la marche pacifique du 13 septembre 2019 à l’issue de laquelle le mémorandum sera remis aux autorités du pays et à la communauté internationale.
Fait à Bangui, le 6 septembre 2019

Pour Ë Zîngo Bîanî,
Le Coordonnateur Général

Gervais LAKOSSO

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :