Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : la mauvaise blague de Maxime Mokom relative au projet du désarmement de plus de 6.000 rebelles en 5 mois

Centrafrique : Le gouvernement projette désarmer plus de 6000 rebelles dans le pays en cinq mois

BANGUI, 21 août 2019 (RJDH)—Le gouvernement centrafricain a fait un ambitieux programme de désarmement des rebelles pour les cinq prochains mois. Ce programme a été rendu public le 09 aout 2019 lors de la 18ème session ordinaire du comité consultatif et de suivi du DDRR.

Le chronogramme du gouvernement prévoit le désarmement de 6633 rebelles en cinq mois. Ces opérations toucheront huit des quatorze groupes armés signataires de l’accord du 10 mai 2015, un préalable pour s’engager dans le programme DDRR. Avec 2314 combattants ciblés par ces opérations, le FPRC est le premier groupe armé dont les éléments seront les plus touchés tandis que le FDPC avec 100 combattants ciblés, sera le moins touché par ce désarmement programmé.

Ce chronogramme de désarmement intervient huit mois après le lancement officiel du DDRR par le chef de l’Etat à Paoua. Les premières opérations de désarmement réalisées dans le nord-ouest, depuis le lancement officiel en décembre 2018, n’ont pas donné les résultats escomptés, ce qui justifie le chronogramme de cinq mois que va piloter le département du DDRR, créé en faveur  de l’accord politique du 06 février et dirigé par Maxime Mokom, un des leaders des groupes armés.

Les opérations seront lancées, selon un cadre du ministère du DDRR, le 05 septembre 2019 et prendront fin le 16 janvier 2020. Ce désarmement, selon des informations RJDH, sont « déterminantes pour la mise en place des Unités Mixtes de sécurité, une structure créée par l’article 16 de l’accord du 06 février ». De sources autorisées, ces opérations permettront d’avoir les éléments nécessaires venant des groupes armés pour la constitution de ces Unités Mixtes Spéciales de Sécurité (USMS).

Les rebelles ciblés par le chronogramme de désarmement que projette le gouvernement centrafricain, représentent 55,27% des objectifs globaux du processus. C’est un chronogramme ambitieux qui est soumis aux pesanteurs de la période de sa mise en œuvre notamment l’ambiance politique actuelle, la réticence de certains leaders des groupes armés et la régularité de la pluie.

Le respect de ce chronogramme sera un pas de géant dans le processus du DDRR en Centrafrique.

Sylvestre Sokambi

 

Related posts

Laisser un commentaire