Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : le premier ministre Ngrébada confirme les tenants et les aboutissants de l’affaire « Al – Madina »

Centrafrique RJDH: Firmin Ngrebada joue à l’apaisement sur l’affaire Almadina

BANGUI, 07 juillet 2019, (RJDH)— Ce n’est pas la société Almadina qui va confectionner la carte d’identité, elle ne que va fournir de l’expertise et de la logistique à la police centrafricaine. C’est ce qui était ressorti de la rencontre du Premier Ministre avec le syndicat autonome de la police et le ministre de l’intérieur, le lundi 05 juillet 2019 à la Primature.

Le but de la rencontre selon le Premier Ministre Ngrebada est de répondre aux préoccupations du syndicat autonome de la police centrafricaine relative à la carrière des policiers et de certains disfonctionnements des services de la police nationale. Ceci à travers une correspondance qui lui a été adressée par le syndicat en date du 17 juillet 2019. Parmi les préoccupations exprimées, figure la question d’attribution du marché de certains documents sécurisés à la société Almadina.

Pour Firmin Ngrebada, le Premier Ministre centrafricain, la question de la carte d’identité c’est une question de souveraineté nationale. Le gouvernement connait la situation de chaque centrafricain et de chaque centrafricaine. « Déjà, pour l’édition des permis de conduire, les plaques d’immatriculation des véhicules etc… D’après leurs explications, ils sont-là, pour fournir de l’expertise, la logistique. Mais le travail de l’édition de la carte se fait par les éléments de notre police. La question de l’identification, cela relève de la compétence de la police et de la souveraineté nationale », a-t-il dit.

Sur la question des prix de confection des cartes d’identité, il précise que cette question sera discutée au conseil des ministres, « Cette question au niveau du gouvernement, nous allons continuer à réfléchir là-dessus. Surtout que, une partie de notre opinion se plaint donc du montant qui a été fixé. La société Almadina a fourni des raisons techniques, mais le gouvernement va apprécier tous ces éléments et puis, au regard de ce que disent nos compatriotes, au niveau du gouvernement, nous allons voire qu’est ce qui conviendrait de faire », a-t-il conclu.

Quant à Elysée Gildas Betendji, représentant la société Almadina à cette rencontre, il a justifié ce prix par rapport aux exigences scientifiques et techniques, « la précédente carte s’était imprimée sur du PVC, plastique et en laminé en recto-verso. Mais cette carte, non seulement, va être une carte biométrique, mais sera sécurisée à cinq niveaux. A l’intérieur de la carte même, il y aura une puce. C’est pratiquement la même carte d’identité américaine. Donc, c’est pour cette raison que le prix a changée. En plus, Almadina mettra à la disposition de la police une machine pour la lecture de cette carte », a-t-il conclu.

Au cours de cette rencontre initiée par le chef du gouvernement, cinq points de revendications des policiers avaient fait l’objet des échanges. Entre autres, la non-prise en charge des effets financiers des avancements, la situation des menues recettes de la police, le recrutement et l’intégration dans les différents corps de la police, la frustration due à la promotion à titre exceptionnel et normal dans les différents corps de la police centrafricaine et l’attribution du marché de production des documents sécurisés à la société Al-Madina. L’occasion également pour le Premier Ministre d’aborder la question d’indiscipline actuellement érigé en mode de fonctionnement au sein de la police centrafricaine.

Cyrille Wegue

L’image contient peut-être : 2 personnes

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :