Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : « Rien ne fonctionne….En attendant, le président devient la personne la plus riche du pays….Et le pays est littéralement vendu », selon les missionnaires Jesus Ruiz Molina et Aurélio Gazzera

Missionnaires contre la violence et le pillage en Centrafrique

Les évêques du pays ont dénoncé la semaine dernière que le dernier accord de paix signé en février à Khartoum (Soudan) était violé tous les jours. L’instabilité persiste dans un pays où des entreprises étrangères pillent leurs ressources naturelles et provoquent une catastrophe écologique. Élever la voix coûte à l’Église des menaces et même des arrestations, comme ce fut le cas pour le missionnaire italien Aurelio Gazzera, alors qu’il documentait les abus d’une société d’exploitation minière d’or chinoise.

Dans un peu moins d’un mois, la République centrafricaine célébrera six mois avec le nouvel accord de paix signé le 5 février à Khartoum (Soudan) entre le Gouvernement et les 14 groupes armés. Et pourtant, peu de choses ont changé depuis. Cela a été confirmé par les évêques du pays qui, dans un message publié la semaine dernière, dénoncent le fait que l’accord est violé quotidiennement et que la population « en a marre de l’hypocrisie » qui caractérise la signature d’accords de ce type [le dernier est le huitième accord de paix].

Selon l’espagnol Jesus Ruiz Molina, évêque auxiliaire de Bangassou, l’accord n’a pas tenu compte de la société civile, qui n’a autorisé la présence en tant qu’observateur et n’a pas le droit de défendre ses droits, les manifestations étant étouffées par une milice appelée Les Requins qui a même menacé les évêques après leur récent message d’une lettre disant: « Maintenant, attaquons l’Église. »

L’évêque combonien, qui a participé il y a quelques jours à la Semaine de la missiologie espagnole à Burgos, a déclaré lors d’une conversation avec Alfa et Omega qu’il y avait environ 50 violations de l’accord avec des meurtres, des occupations de bâtiments publics, des barrières … « Dans la province de Haut Mboumou, dans mon diocèse, l’accord n’est pas arrivé. A Paoua, dans le nord-ouest du pays, le groupe armé Sidiki des 3R, l’un des chefs de guerre également conseiller du gouvernement, a tué 52 personnes « , a-t-il ajouté. Ruiz Molina souligne le sort tragique de la population civile, plus de la moitié des citoyens déplacés de son diocèse n’ayant pas d’école ni de soins de santé. « Rien ne fonctionne, sauf les centres éducatifs de l’Église. L’armée, que nous avons reçue avec espoir, commet maintenant les mêmes outrages que les groupes armés; Comme le gouvernement ne les paie pas, ils sont facturés à la population. Nous ne voyons pas d’aide internationale et nous conservons la même infrastructure qu’en 1960. En attendant, le président devient la personne la plus riche du pays « , a-t-il déclaré.

Pour l’Italien Aurelio Gazzera, un Carmel aux pieds nus installé dans le pays depuis 1992, le problème le plus grave est que « les victimes et la société civile n’ont pas été entendues ». « Il est honteux qu’un chef rebelle devienne ministre ou conseiller du Premier ministre alors que les victimes ne peuvent même pas pleurer leurs propres morts », a-t-il déclaré.

À tous ces défis, nous devons ajouter un très grave et qui, en raison du conflit armé, a été mis en arrière-plan ces dernières années: le pillage qui frappe le pays, en particulier par la Chine et la Russie. «Nous subissons un néocolonialisme sauvage. Ils exploitent nos ressources naturelles et laissent une grande catastrophe écologique. C’est le butin de la guerre qu’ils vont subir devant la passivité du gouvernement, c’est vendre le pays à des entreprises étrangères qui, en plus, protègent « , conclut-elle.

Le père Gazzera le sait par expérience. Depuis le début de cette année, il documente [il s’agit de son blog en espagnol] le désastre écologique qui se produit à Bozoum (nord-ouest du pays), où il vit, avec l’extraction de l’or. Pendant tout ce temps, il a réalisé des vidéos, des photographies et des reportages détaillant le pillage d’une ressource aussi précieuse et l’impact de l’environnement. Par exemple, le cours d’une rivière a été modifié; le mercure est utilisé pour rendre l’extraction plus facile et moins coûteuse; l’eau que les habitants utilisent pour se laver et boire est très sale; la faune est en train d’être détruite …

De même, il a été documenté que l’or quittait le pays pour le Cameroun sans aucun contrôle et avait révélé que la société bénéficiaire ne s’était pas conformée à l’infrastructure promise après la concession – un centre de santé et une école – et n’avait pas non plus donné de travail à la population locale. « Au début de 2019, les habitants des villes voisines m’ont averti de la présence d’entreprises chinoises qui extrayaient de l’or. Quand j’ai vu le désastre écologique – le cours de la rivière avait été dévasté, creusé, abandonné et l’eau contaminée – j’ai compris que le problème était très grave. Chaque jour, les entreprises dépensent entre 20 000 et 30 000 euros en machines et en carburant et doivent gagner des millions. Ils profitent des ressources du pays sans indemniser la population. Les autorités sont impliquées « , dit Gazzera à Alfa et Omega.

Dans l’une de ses incursions dans les installations d’extraction, le 27 avril, le missionnaire a été arrêté par la brigade Minera – créée pour protéger les sociétés qui extraient l’or -, son appareil photo et son téléphone ont été confisqués et il a été emprisonné au siège de cette force de police. « Mais la population de Bozoum », dit-il, « quand il s’est rendu compte qu’il avait été arrêté, il s’est levé. Des centaines sont venus demander ma libération, de même que le procureur. « 

 Mais la persécution du carmel italien n’était pas au rendez-vous, car quelques jours plus tard, le Premier ministre l’accusait d’être un trafiquant d’or au parlement, bien que, dit Gazzera, « personne ne l’a pris au sérieux ». « Beaucoup de gens me connaissent, ils connaissent le travail que nous faisons à Bozoum avec les écoles, les programmes agricoles, la médiation, la cohésion sociale, les comptes d’épargne … », ajoute-t-il.

Le cardinal archevêque de Bangui, Dieudonné Nzapalainga, et l’évêque de Bouar, Miroslaw Gucwa, l’ont défendu depuis le début et l’ont même accompagné à une réunion avec le premiers ministre et les trois ministres impliqués (Mines, Forêts et Environnement). Après le 8 mai « Après des menaces sérieuses, le Premier ministre a dû reconnaître qu’il y avait des problèmes et des actions promises qui n’ont pas encore été prises. Ces jours-ci, l’exploitation fonctionne toujours à plein régime, l’eau est une rivière de boue et des militaires qui ont fait des  morts, des  tués ou des  violés sont responsables de la sécurité des Chinois « , a-t-il ajouté.

Selon un rapport rédigé en mai par le missionnaire italien lui-même, la situation ne se limite pas à Bozoum et à ses environs, car il existe des fermes dans les mêmes conditions ailleurs, comme à Abba, Gallo, Garga, Yaloke, Berberati … «Le fait d’élever la voix ne concerne que notre engagement en faveur du bien-être de la population « , indique le texte intitulé Notes sur les problèmes causés par les sociétés d’extraction d’or chinoises.

Aurelio Gazzera est convaincu que la situation d’instabilité et de guerre vécue par le pays ces dernières années est étroitement liée à ses ressources naturelles – diamants, or, bois, herbe, eau … – et garantit la présence de pays comme la Russie, la Chine , Les États-Unis, la France ou le Soudan et le Tchad voisins qui tentent de tirer parti de la situation. « Un gouvernement faible empêche toute discussion sérieuse sur cette question et le pays est littéralement vendu », conclut le missionnaire carmélite.

Fran Otero

Source : Alpha et Omega n°1128 du 11 juillet 2019

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :