Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique / France : vers l’opérationnalisation du bataillon amphibie

Après une formation et plusieurs séances d’entraînements de trois (3) semaines, assurés par les éléments français du Gabon (EFG), venus spécialement à cet effet, une centaine d’éléments centrafricains  du bataillon amphibie  sont désormais mieux outillés physiquement, techniquement et mentalement pour exécuter leurs missions de défense des surfaces maritimes, souvent utilisées par des contrebandiers, de sécurisation du pays et de protection des biens et des personnes.

Cette formation dont les modules étaient fondamentalement axés sur les tirs, les techniques de combat, et  les procédures d’évacuation des blessés au combat, s’inscrit à n’en point douter dans le cadre de la politique de coopération bilatérale, entre la France et la République centrafricaine, visant au renforcement des capacités du bataillon amphibie des forces armées centrafricaines.

Dans son allocution, le représentant des forces françaises en la personne de l’attaché de défense près l’Ambassade de France, le colonel Yves Dépit, s’est d’abord appesanti en s’adressant directement aux nouveaux formés le rôle régalien de l’armée dans la protection de la population civile, puis a rappelé les liens historiques, linguistiques et culturels et l’attachement de la France à la RCA. Enfin, il a réaffirmé l’engagement de la France et des partenaires internationaux de la Centrafrique à  fournir au pays des équipements militaires  afin de rendre opérationnelle l’armée centrafricaine.

Le chef de bataillon Destin Aziali, quant à lui, a saisi cette opportunité pour remercier, au nom de l’état-major des armées, la France pour son soutien multiforme et technique  au profit de la professionnalisation des forces armées centrafricaines.

Pour terminer, l’un des heureux récipiendaires, l’adjudant – chef Freddy Séverin Kouta, interrogé à chaud a témoigné en ces termes : « cette remise à niveau m’a permis de découvrir des nouvelles techniques de combat, de sport et également des notions sur les relations avec la population. Lors de mes prochaines missions, je mettrai en valeur ces connaissances acquises afin de  sécuriser la population ».

Rappelons que cette cérémonie qui a été  couronnée par la remise d’attestations aux éléments du bataillon amphibie, s’est tenue après une mission effectuée par Mme Florence Parly, ministre de la défense et des armées françaises à Bangui pour honorer de sa présence le passage de témoin entre les généraux Herminio Maio et  Eric Peltier à la tête de l’EUTM – FACA.

Ainsi donc, lentement mais sûrement, l’armée centrafricaine, grâce aux appuis multiformes de la France et des partenaires traditionnels internationaux de la République centrafricaine, a amorcé le chemin combien difficile et rocailleux mais tout aussi exaltant de sa restructuration et de sa renaissance afin de répondre aux attentes de la population qui n’a de cesse de réclamer le déploiement de son armée, depuis des années.

Gageons que cette marche vers l’autonomisation et cette lueur d’espoirs puissent aboutir dans un meilleur délai à l’opérationnalisation du bataillon amphibie par la mise à sa disposition d’une véritable base navale, moderne et performante.

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire