Select your Top Menu from wp menus

Bozoum : exactions et actes criminels imputables aux exploitants miniers chinois et leurs «bodyguards » des Faca

Des informations de sources indépendantes, crédibles et dignes de foi, soutenues par des témoignages courants, constants et concordants n’ont cessé de rapporter, ces derniers temps, à la rédaction du Letsunami.net / La Voix des Sans – Voix, que les opérateurs économiques chinois exerçant des activités d’exploration et d’exploitation minière dans la ville de Bozoum, auraient commis beaucoup d’exactions et de nombreux actes criminels répréhensibles par la loi, avec la complicité avérée des éléments des Faca, détachés par le pouvoir de Bangui auprès de leurs différentes sociétés.

C’est ainsi qu’en sus de cette femme mariée, mère de nombreux enfants dont le dernier est encore en ’âge d’allaitement, sauvagement et atrocement violée et abîmée corporellement et traumatisée psychologiquement à jamais  par trois (3) éléments des Faca dont l’un est connu dans toute la ville sous le nom de « Caporal », qui a été hospitalisée d’urgence  et qui a dû subir plusieurs interventions chirurgicales du fait des objets introduits par ses bourreaux dans sa partie génitale féminine, nous avons été informés de ce que de nombreuses exactions et autres actes criminels leur seraient encore imputables et demeureraient à ce jour impunis.

En voici les détails, selon notre correspondant local :

« Malgré les promesses du Premier Ministre le 8 mai, malgré la visite à Bozoum et les  promesses des 4 Ministres (Mines, Environnement, Eaux et Forêts et Sécurité Publique), malgré la visite de la Commission parlementaire d’enquête et leur rapport, les activités d’extraction de l’or à Bozoum continuent. Aucune action n’a été faite pour réduire le désastre environnemental sur le lit du fleuve Ouham. Aucune intervention pour diminuer la pollution de l’eau, qui est visible jusqu’à Bossangoa, Batangafo et plus loin.

Pour les CONSTRUCTIONS promises par les entreprises chinoises, le dossier est très explosif :

En principe un Comité devait identifier les besoins, suivre et étudier les offres des entreprises de construction, évaluer et décider. Mais les membres  de ce Comité sont inconnus : aucune personne de la société civile n’est présente, et aucun membre de la population plus directement concernée n’ a été consulté.

Il y a eu un Appel d’offre, mais les décisions ont été prises sans aucune transparence. Il n’y a pas eu de consultations  avec la population ni avec les autorités compétentes (les autorités du Ministère de la Santé et de l’Education n’ont pas été interpellées  pour la construction des dispensaires et de l’école).

Au commencement, les chinois avaient proposé la construction d’une (1) école et d’un ( 1)  dispensaire. Mais finalement c’est une ( 1) école, un (1)  dispensaire en brousse et un ( 1)  à Bozoum qui ont été validés. Et, à grande surprise, les autorités de la Préfecture ont ajouté la construction de la  tribune pour les autorités pour le défilé du 1er décembre !!! Et, ce qui est pire, c’est l’unique chantier dont les travaux ont  commencé avec beaucoup de vitesse et de moyens. Il risque bien d’être l’unique réalisation faite avec l’argent des chinois, géré de façon non transparente par M. le Préfet.

En plus des constructions, les chinois ont proposé la construction des puits : mais la population voulait des forages, qui sont plus sûr sur le plan de la santé. En tout cas de l’argent a été remis (300.000 f CFA par quartier) pour creuser les puis, mais l’eau a été trouvée seulement dans un puits ! En plus de ces problèmes, les excavations du lit du fleuve laissent des trous pleins d’eau  dans lesquels plusieurs personnes y ont trouvé la mort. Par exemple, un  certain  Synti (Syntichien) de 13 ans, noyé en mars, et Richard, de 35/36 ans, noyé  le 12 juin (tombé d’un petit pont sur le canal de déviation de l’Ouham). Le corps n’a pas encore été retrouvé.

Il faut aussi noter des crimes faits  par les FACA et hommes armés qui assurent la protection des chinois. Nous dénonçons le viol collectif d’une femme  de Bozoum en juin par 3 FACA. La femme (marié, avec plusieurs enfants dont 1 très petit) a été violée par 3 FACA (dont un certain nommé Caporal)  plusieurs fois. La femme a été hospitalisée et opérée à cause d’objets laissés dans le vagin de la femme.

En plus, les FACA, après que les Chinois rentrent le soir, laissent entrer (contre payement  de 10 à 20 mille par personne et par nuit) sur le site des gens qui cherchent l’or. Mardi le 25 juin un certain Mara (Marcel) est entré sans payer. Les FACA (en particulier Caporal) l’ont aperçu, ils lui ont pris l’or, et ils ont tiré d’abord en l’air et après sur les gens. Puis il a battu Marcel avec la crosse de son arme. Marcel est tombé dans l’eau et il est mort noyé (il avait des coups sur son corps).

Les chinois ont remis 70.000 f cfa. L’auteur a été arrêté par le CB de la Gendarmerie de Bozoum, et il a été transporté à Bouar, mais la population craint qu’il ait été simplement éloigné, et non poursuivi ». 

Affaire à suivre…… !

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :