Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : « Grève des enseignants du supérieur » : Dondra accusé d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat

Les thuriféraires du régime de Touadéra et leurs laudateurs ne verraient plus désormais d’un très bon œil le ministre des finances et du budget, M. Henri Marie Dondra. Selon des gentilles indiscrétions de sources très proches de la présidence de la République, de la primature et du MCU, ceux – ci l’accuseraient sans aucune forme de procès d’acte de tentative de déstabilisation et d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat. Une accusation qui serait à la bouche des uns et des autres, depuis le déclenchement, le jeudi 20 juin 2019, de la grève des enseignants du supérieur aux fins d’exiger le paiement intégral de leurs frais de vacation de 2016 à 2017 dont le montant s’élèverait à 700 millions de F cfa.

En effet, ces sources affirment et soutiennent que  pour ces fanatiques fieffés de toute la Touadérakistan, le grand argentier de la République qui a toujours soutenu, avec une certaine rare éloquence et une extraordinaire force de persuasion, dans toutes ses sorties médiatiques et ses discours officiels, que la santé financière et économique de la République centrafricaine est l’une des meilleures de toute la sous – région de la CEMAC avec un taux de croissance de plus de 5% par an, ne pouvait ne peut pas disposer des réserves de disponibilités ou plus exactement de surliquidités suffisantes et indispensables au paiement de cette modique somme de 700 millions de F cfa.

En français facile, selon eux, cela signifie que non seulement les ressources ouvertes  dans la loi de finances des exercices antérieurs jusqu’à ce jour, c’est – à – dire de 2016 à 2019, ont permis de couvrir toutes les dépenses prévues à cet effet, mais surtout leur taux de réalisation a toujours été supérieur aux prévisions fixées. Du coup, les gains ainsi obtenus pouvaient constituer une cagnotte pour toute la République et dont pouvaient tout naturellement en jouir toutes les filles et tous les fils du pays ou servir à apurer tous les arriérés de créances nettes et exigibles. Mieux, une partie de cette cagnotte aurait dû faire l’objet de placements  en vue de générer des intérêts et constituer d’alléchantes épargnes pour les générations futures et de garanties financières pour des cas de force majeure.

Alors, que s’est – il passé ? Pourquoi M. Dondra, n’a – t – il pas été en mesure depuis lors de répondre en urgence aux revendications de ces enseignants du supérieur ? Ne disposerait – il pas – ce qui relèverait du domaine de l’invraisemblable et de l’inacceptable – dans sa caisse de cette infime somme de 700 millions de F cfa ? Et s’il devait effectivement en être ainsi, ne devrait – on pas tout simplement conclure qu’il ne passait en réalité tout son temps qu’à inventer des chiffres, à divertir l’opinion nationale et internationale et à tromper Touadéra ? Dans ce cas, ne devrait – on pas sans ambages et sans fioritures lui faire incomber la responsabilité de cette grève et  celle de tous les remous sociaux qui se profilent à l’horizon et l’accuser de manœuvres politico – politiciennes de tentative de déstabilisation et d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat ?

Affaire à suivre….. !

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire