Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : l’Université de Bangui en grève !

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air
L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, costume

 

CENTRAFRIQUE: LE PROFESSEUR TOUADÉRA REFUSE DE PAYER LES FRAIS DE VACATION Á L’UNIVERSITÉ DE BANGUI DEPUIS SON ACCESSION Á LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE
Les enseignants de l’Université de Bangui sont en courroux contre leur collègue le professeur Faustin-Archange Touadéra et ont décidé de l’arrêt des cours dans tous les établissements relevant de l’Université nationale depuis hier jeudi 20 juin jusqu’au mardi prochain. Et pour cause.
Selon plusieurs enseignants interrogés, le président Faustin-Archange Touadéra refuserait de payer leurs frais de vacation depuis l’époque de la transition de Catherine Samba-Panza jusqu’à nos jours. Les multiples démarches entreprises par leur syndicat, le SYNAES, et même à titre individuel par des universitaires qui ont des relations d’amitié, professionnelles ou religieuses pour espérer percevoir leurs dus, n’ont pas abouti. « C’est comme si nous, ses collègues enseignants de l’Université, lui avons fait du mal. Lorsque nos titres de paiement arrivent au Trésor, on nous répond qu’il faut attendre les Instructions ou le feu vert du chef de l’Etat et les choses traînent ainsi depuis plusieurs années », rapporte un syndicaliste.
Pour un autre enseignant du supérieur, « nous avons même proposé que les arriérés de frais de vacation de la transition soient gelés pour qu’on nous paie rapidement et régulièrement ceux de sa gouvernance présidentielle, mais l’homme refuse. C’est comme s’il avait des problèmes personnels et particuliers avec les enseignants de l’Université de Bangui ».
Cette situation a fait l’objet d’un débat houleux entre les enseignants de l’Université de Bangui au cours d’une Assemblée générale extraordinaire tenue hier jeudi 20 juin. La colère avait atteint son comble surtout pour les enseignants qui ne sont pas des fonctionnaires de l’Etat et qui ne vivent et ne font des recherches que grâce aux modiques frais de vacation. Le risque est grand pour ceux-là de s’adonner à la corruption pour dévaluer la fonction et le niveau des étudiants.
A l’issue de cette AG, les enseignants ont à l’unanimité décidé d’un arrêt de travail immédiat jusqu’au mardi prochain. Ils se sont constitués en groupes et se sont rendus hier dans toutes les salles de classe des facultés universitaires jusqu’à l’ENS pour faire arrêter les cours et donner le mot d’ordre de brève, parce que « TROP C’EST TROP », disent-ils.
Ce comportement du président Touadéra vis-à-vis non pas de ses collègues universitaires mais du système éducatif en général est incompréhensible voire scandaleux. Il fait comme si cette attitude n’impactait pas négativement sur la qualité des enseignements et des produits de ces enseignants. C’est la même chose qu’il fait aux vacataires des collèges et lycées qui accusent plus de 3 ans d’arriérés de frais de vacation.
Insouciant de l’éducation, Touadéra a refusé de payer la bourse des étudiants centrafricains à l’étranger depuis plus un (1) an. Il ignore qu’il est le pur fruit du système éducatif. Il est lui-même enseignant et a gravi tous les échelons de l’administration universitaire avant de devenir ce qu’il est.
Pour mémoire, Touadéra a été successivement:
-Chef de Département;
-Doyen de Faculté;
-Inspecteur d’enseignement des mathématiques;
-Directeur de l’ENS, cumulativement avec ses fonctions d’Inspecteur des maths;
-Président et assesseur de plusieurs jurys de soutenances de mémoires académiques;
-Président de plusieurs jurys et Centres d’examen du Bac;
-Recteur de l’Université de Bangui.
C’est en tant que Recteur qu’il a été nommé Premier ministre, chef du gouvernement en 2008, fonction qu’il a occupée jusqu’en janvier 2013, soit pendant 5 ans.
Il a eu des soutiens du monde scolaire et universitaire lorsqu’il était en compétition électorale en 2015 et 2016 pour la fonction qu’il occupe actuellement. Quelle ingratitude?
Viscéralement ingrat, les Centrafricains le découvrent davantage par rapport à ce qu’il a fait et est en train de faire à l’ancien président François Bozizé, son mentor, celui grâce à qui il a été propulsé pour devenir ce qu’il est aujourd’hui.
« Touadéra n’est pas du tout sérieux. Il préfère prendre l’argent des vacations, du RCPCA et des arriérés de salaires pour remettre aux groupes armés en vue d’obtenir leur soutien pour les prochaines élections et abandonner les ayant-droits et citoyens exemplaires à leur triste sort. Mais le peuple a compris, il va le sanctionner le moment venu », déclare un enseignant fin analyste politique.
Depuis que Touadéra est à l’aise avec des ministres sans niveau, titulaires du CAP en maçonnerie ou qui ne sont pas allés au-delà de la classe de CM2, et certains qui écrivent « A BON ATTENDEUR SALUT » au lieu de « A BON ENTENDEUR, SALUT », il pense que c’est le meilleur niveau d’instruction qu’il faut pour la République centrafricaine. Raison pour laquelle il est contre tout effort pour améliorer le système éducatif. Cela s’appelle du « GENOCIDE INTÉLLECTUEL ».
En refusant d’honorer les frais de vacation des enseignants, Touadéra est en train de tuer l’école centrafricaine. Son comportement et les actes qu’il pose dans l’exercice de ses fonctions sont anti-éducatifs et anti-avenir. IL DOIT PARTIR parce qu’il est en train de tuer ce qui est très précieux pour l’avenir de la RCA.
Mais pourquoi le SG du SYNAES M. Woddé Palem refuse de communiquer à propos?
Clément Blaise Gbambanga
Source: MEDIAS+

Related posts

Laisser un commentaire