Select your Top Menu from wp menus

CENTRAFRIQUE: COMMENT L’ÉTAT CAUSE UN DÉSASTRE ÉCOLOGIQUE À BOZOUM

Histoire d’un missionnaire, d’une mine d’or et d’une arrestation non réussie

Nous sommes en Centrafrique, dans la lointaine et pauvre région qui se trouve au Nord-Ouest de la capitale #Bangui. Depuis janvier, une société chinoise commence à extraire de l’or de la rivière qui passe près de la mission de #bozoum. Un carmélite nous met le nez : il va filmer et prendre des photos. Et comme ça…
04/05/2019
Par Luciano Scalettari

Une mine d’or inondable. Une société chinoise qui commence à extraire. Un missionnaire qui nous met le nez, et c’est pourquoi il est arrêté et arrêté. Une autre triste histoire africaine, je veux dire.

Nous sommes à bozoum, dans la partie nord de l’ouest de la République Centrafricaine. C’est le samedi 27 avril. Le Père Aurelio Gazzera, carmélite, se rapproche du site minier : il s’agit du lit d’une rivière qui passe non loin de sa mission, où il opère depuis plus de vingt ans. En janvier dernier, une société chinoise s’est installée, avec de grandes machines et de l’abondance de moyens. Ils dévient le cours d’eau, creusent le fond du cours d’eau, fouillent et filtrent. Et ils vous sortent de l’or. C’est l’une des nombreuses concessions dispersées pour le appauvri pays africain obtenues par des sociétés chinoises.

Le Père Aurelio L’avait déjà fait : il se rapproche armé d’appareil photo et caméra de téléphone. Prends-le et reprend. Et il relance sur son blog – suivi désormais par des dizaines de milliers de personnes – ce qu’il a « capturé » dans des vidéos et des photos.

Cette fois, cependant, au moment de partir, un militaire arrive. Centrafricain, mais à l’argent de la société minière, avec une autre cinquantaine qui garantissent la « sécurité » de l’entreprise. Le soldat arrête le missionnaire et appelle une patrouille de collègues. Ils Lui saisissent mobile, appareil photo, clés de la voiture. Ils contestent qu’ils ont violé la propriété privée, c’est-à-dire le territoire en concession. Il dit non, que dans la zone de la mine n’est pas entré : le prouvent les images, ajoute-T-il.

Dit et fait, le père Aurelio Gazzera est fait monter dans la voiture militaire et emmené en salle de garde, au contraire précisément à la brigade minière, le commandement des militaires qui font la garde au site d’extraction de l’or.

L’abus habituel, qui se passe souvent en Afrique quand quelqu’un met le nez dans les questions liées aux matières premières précieuses.

Mais c’est l’imprévu ici. En moins d’une heure, les gens commencent à se regrouper devant la brigade minière. Le Père Aurèle est aimé par la population, ainsi que par ses paroissiens. Il a été avec eux pendant les longues et difficiles années de la guerre civile, commencée en 2012. Il a souffert avec eux et a cherché, à travers son blog, de faire savoir ce qui se passait dans l’oubliée Centrafrique. Il a tourné en long et en large dans le pays, avec les autres dirigeants religieux chrétiens et musulmans, pour convaincre les gens que l’ennemi n’est pas celui qui appartient à un autre croyance religieux mais qui vous impverisce.

En bref temps, devant la casermetta, le rassemblement est de 3 mille personnes, ils grandissent encore, peut-être 4 mille. Des cris, des slogans, du chaos. Ils demandent la libération immédiate du religieux.

Les militaires se rendent. Le Père Aurelio Gazzera est libéré, retourne dans sa paroisse de bozoum, « escorté » par son peuple, qui fête sa libération.

« dans la ville, la tension restait haute », raconte le Père Aurelio.  » le rassemblement des gens ne se fondait pas. Il y a beaucoup de ressentiment envers cette société chinoise. La population à certains moments ne peut pas utiliser l’eau de la rivière, elle craint que l’environnement soit dévasté et que l’on utilise du Mercure pour les processus de transformation de l’or. En outre, la présence de l’entreprise n’a pas donné jusqu’à présent des avantages en termes de travail pour les locaux. Alors nous avons décidé d’aller avec le préfet où les gens manifestait, pour les calmer et leur demander de rentrer à la maison « .

Mais à ce moment-là, un groupe de soldats est arrivé. Et voici de nouvelles tensions. Quelqu’un, parmi les gens, lance des pierres, les militaires répondent avec les armes. Ils font feu. Heureusement, ils n’affectent personne.

Enfin, le calme revient. Mais l’histoire n’est pas terminée.

Le lundi 29 avril, l’affaire se termine au Parlement. Il est demandé au premier ministre de clarifier ce qui s’est passé. Et le premier ministre nie qu’il y a des risques pour la pollution et pour l’environnement. Nie aussi qu’il s’agit d’une concession de faveur, qui apporte une rivière d’argent à la société privée et peu de monnaie dans les caisses de l’état. En fait, il confirme les promesses de l’entreprise chinoise : il construira des écoles et des dispensaires (qui jusqu’à présent ne se sont pas vus)

À une semaine des faits, la situation est la suivante : Le Père Aurelio ne se déplace jamais seul et dans le parvis de sa mission il y a une patrouille de casques bleus (dans le pays est en cours une mission de paix des Nations Unies). De la série : on ne sait jamais, des précautions ne sont pas abime.

 » la semaine prochaine « , conclut le missionnaire carmélite,  » J’irai à Bangui. Le Cardinal a favorisé une rencontre avec le gouvernement pour faire mieux connaître la situation de la population et ce qui se passe dans cette région. J’espère que la rencontre est fructueuse « .

Un épisode classique « à l’ africaine ». emblématique. Richesse de matières premières, arrivée de présences étrangères qui les exploitent. Pas de bénéfices, voire de lourdes répercussions, pour la population locale. Peu de transparence dans les modalités de la concession minière. C’est sûr, beaucoup d’argent en danse.

Mais dans cette affaire, en cours dans le remotissimo territoire rural du malheureux Centrafrique, il y a une nouveauté positive : les gens ne sont pas là, il veut la clarté, revendique des droits. Et protège son prêtre. Malheur à pas. Un bon signe. L’Afrique change.

[Source: http://m.famigliacristiana.it/articolo/storia-di-un-missionario-una-miniera-doro-e-un-arresto-non-riuscito.htm]

Related posts

1 Commentaire

  1. YANPOUTOU LAkA

    Nous demandons aux organisations spécialisées en défense de droit de sans voix de faire pression pour réhabiliter les zones vandalisées .
    Ce n’est pas la politique, c’est le droit de l’homme .

    Reponde

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :