Select your Top Menu from wp menus

CENTRAFRIQUE/SÉLÉKA: UN COMPLOT TERRORISTE EN AFRIQUE CENTRALE ? NOUS LE SAVIONS !

La <<révélation israélienne sur le volet terroriste du complot #Séléka>> n’en est pas une, pour nous autres Centrafricains et observateurs de la #RCA. Nous le savions et avions subi ces actes terroristes, qui ont amené des Jeunes et moins Jeunes Centrafricains, femmes et hommes à la résistance patriotique, à travers le phénomène #AntiBalaka !

Bien avant l’entrée de la Séléka à #Bangui bien avant le 24 mars 2013, nous savions, à travers nos feuilles de choux de la presse locale Banguissoise comment se mettait en place le complot Séléka. Nous étions abreuvés d’arguments justifiants la nécessité du départ forcé de la #Bozizie des reines du pouvoir d’État de la RCA.

L’intoxication habilement orchestrée et relayée entre autres par les pages blog, http://centrafrique-presse.over-blog.com, et Facebook, La Nouvelle Centrafrique (Le Nouveau Centrafrique), pour ne citer que ces deux canaux, visant personnellement François Bozizé Yangouvonda, certains de ses ministres, parents et les #GbayaBoys, faisaient la part belle aux annonces et déclarations argumentées de la Séléka contre ce pouvoir qui devait être anéanti.

Avec le début de la banalisation de la téléphonie mobile, développement de l’implantation sur le territoire de la GSM et l’étendue de l’offre de service par l’apparition de nouveaux opérateurs sur le marché, l’intoxication s’amplifia comme jamais connue en Centrafrique, décuplant la vitesse des rumeurs accessibles partout par SMS des différents opérateurs Mobile ou Facebook. La #Centrosphère naissante, l’espace cumulé des réseaux sociaux Centrafricains, relayant vidéos et posts, nous abreuvait de l’avancée de la Séléka et ses victoires sur fond de conquêtes, d’exactions criminelles et tueries de masse. Les journaux Banguissois quant ils étaient en panne d’analyses de ces éléments accumulés par divers canaux, de #RadioKéké aux #NTIC, se contentaient d’en reproduire de larges extraits.

C’est dans ce contexte que nous savions qu’une fois la Bozizie terrassée, François Bozizé Yangouvonda chassé du pouvoir, la branche Centrafricaine de la Séléka se devait d’aider les autres branches à en faire de même dans les autres pays d’Afrique Centrale, sous-région Cemac Cemac, dont les pouvoirs établis ne seraient que des dictatures à terrasser, dans l’intérêt de leurs Peuples.

Nous savions donc que la Séléka était un complot sous-régional Africain, qui commencerait par la République Centrafricaine, sa partie molle.

Ainsi donc cette révélation israélienne d’une Séléka affiliée à un réseau terroriste musulman, depuis le golfe arabo-persique, l’on nous chantait Qatar, pour soumettre à terme les Peuples de la sous-région Cemac Cemac, était connue du #GouvernementRCA, des Services de Renseignements et de nos journalistes, qui l’exposaient dans leurs papiers.

Ce que nous savions sur la Séléka nous a été aussi rappelé par le dernier complot sous-régional, de décembre 2017, visant le régime Équato-Guinéen de Teodoro #Obiang_Nguema_Mbasogo. Un complot sous-régional Séléka, alliée de l’opposition Équato-Guinéenne, dont Bangui fut une des places fortes avec l’implication des frères Yalo et de rebelles Séléka Tchadiens et Centrafricains.

#Parenthèse. L’ami de Faustin Archange Touadera, Sani Yalo affirmait lors d’une conférence de presse être au courant, sans y être impliqué, mais qu’en retour il en avait tenu informé le président de la RCA. Sic !

À ce niveau, et c’est là mon intention, j’interpelle, pour leur expertise, Cyrus Sandy, de MÉDIAS+, Mathurin Momet, de L’Hirondelle, Ferdinand Samba (Ferdinand Samba), du quotidien Le Démocrate, Faustin Bambou (Faustin Bambou), du Journal Les Collines de Bas-Oubangui, et tous les autres Journalistes Centrafricains de nous rafraîchir la mémoire sur la médiatisation Centrafricaine de ce large complot par notre presse.

Fridolin Ngoulou, Fleury Venance Agou, Erick Ngaba, Radio Ndeke Luka – Fondation Hirondelle ne nous reprocheraient pas de proposer un tel sujet de mémoire de Master aux étudiants en Communication, en Anthropologie, en Sociologie et Psychologie de l’Université de Bangui.

Alain Lamessi, Serge-Alain Yabouet-bazoly et tant d’autres éminents enseignants de notre unique #Université encourageraient bien ce volet universitaire de recherche, non seulement pour un DEVOIR DE MÉMOIRE mais surtout pour en comprendre leurs diverses manifestations et leurs prises en charges psycho-sociologiques efficaces en vue d’une sortie de crise.

Ne nous laissons point dicter les points de vue orientés des Occidentaux.

À suivre… ///@grothe2

Related posts

Laisser un commentaire