Select your Top Menu from wp menus

Bozoum : Mrs les Députés, interpellez M. Mboli Fatrane, l’ami personnel du président Touadéra et virez – le ! !

Quand l’Etat, en la personne du ministre des mines, décide que l’exploitation des ces sociétés minières sont suspendues jusqu’à nouvel ordre, c’est bien.
Quand l’Etat n’use d’aucun des moyens dont il dispose pour faire respecter cette décision, donc pour se faire respecter, c’est moins bien.
C’est un peu comme… dissoudre la Seleka par décret ou – passez-moi l’expression – pisser dans un violon !
Si l’on peut concevoir qu’au moment de la mémorable dissolution de la Seleka par décret, l’Etat centrafricain ne disposait pas des moyens humains et logistiques afin de concrétiser cette dissolution, il est INCONCEVABLE qu’aujourd’hui, les forces publiques ne suffisent pas à mettre un terme aux activités de ces trois sociétés chinoises à Bozoum ! C’est encore une fois une question de volonté politique, plutôt de l’absence totale de volonté de changer les réalités.
Quand l’Etat suspend sa décision après s’être fait graisser la patte par une délégation chinoise, sans aucune considération de l’impact environnemental, c’est a) égoïste b) criminel au regard des générations à venir ! Qu’en disent le ministre de l’environnement et ses experts ? Rien ! Il n’est pas surprenant que la population de Bozoum parle, puisque personne dans cet Etat ne le fait pour elle…
Pathétique !

Danielle Droillard

Related posts

Laisser un commentaire