Select your Top Menu from wp menus

Marche du lundi 15 avril 2019 : Dernières nouvelles…..

Les dernières nouvelles en provenance de la présidence de la République, de l’assemblée nationale, du gouvernement, des  thuriféraires du régime et de leurs laudateurs, d’une part, et des organisateurs de la marche pacifique et citoyenne du lundi 15 avril 2019 pour dénoncer la flagrante violation des dispositions de l’article 28 de la constitution du 30 mars 2016 par le président Touadéra, son incapacité totale à trouver des solutions aux besoins prioritaires de ses électeurs  – eau, électricité, soins de santé primaires, école-,  et sa propension inouïe à la répression et à la dictature, d’autre part, ne sont pas du tout bonnes.

Si le procureur général près la Cour d’Appel de Bangui, M. Eric Didier Tambo, qui n’a jamais ouvert une enquête contre Force qui, depuis sa base imprenable du Km5, a  copieusement insulté le président dans un post vidéo, ni osé lever le petit doigt pour lancer un mandat d’arrêt international contre le mercenaire nigérien Ali Darass et ses bandes armées, responsables de nombreux crimes de guerre et de crimes contre l’humanité dans la Ouaka et la Basse – Kotto, et qui ont eu l’audace de chasser le gouvernement de la ville de  Bambari, lors de la célébration de la  journée mondiale d’alimentation et de la femme,  le 10 janvier 2019, et ni eu le courage d’un magistrat au service de la justice pour  ordonner aux forces de défense et de sécurité de procéder à l’arrestation des seigneurs de guerre comme Abbas Sidiki et Mahamat Al – Katim, et n’en parlons pas de Nourreidine Adam et de son tout – puissant chef d’état major, Abdoulaye Hissène, un évadé, a eu à informer, en date du 13 avril 2019, l’opinion nationale et internationale de l’ouverture d’une enquête judiciaire à l’endroit du porte – parole du GTSC, M. Paul Crescent Béninga,  suite à son appel à la résistance et à la mobilisation générale contre le président Touadéra  pour haute trahison, parjure et forfaiture d’état, selon des gentilles indiscrétions émanant de sources généralement crédibles, il a été rapporté aujourd’hui à la rédaction la convocation du 1er secrétaire général du Mouvement ITA, M. Dominique Yandocka, par le ministre de la sécurité publique et de l’intérieur, M. Wanzet et un certain Arthur Piri, contrôleur général et gestionnaire attitré prés les sociétés d’état et autres. Lors de cette rencontre, ses interlocuteurs qui ne sont rien d’autre que des proches parents du mathématicien de Boy – Rabé ne seraient pas passés par quatre chemins pour l’accuser d’être derrière ce coup d’état qui se prépare et dont tout le monde est au courant. Réfutant l’accusation de tentative de déstabilisation, l’enfant terrible du 4ème arrondissement  leur aurait néanmoins rafraichi  la mémoire en leur rappelant courageusement son appel, en tant que leader d’un parti politique, à la démission de leur parent  pour les mêmes motifs et que dans la foulée et toujours égal à lui – même aurait reconnu avoir réagi dans le même sens sur sa page facebook, s’agissant de la crise de l’eau potable qui sévit actuellement et dont  la responsabilité incombe au gouvernement et à M. Piri Arthur, en sa qualité de contrôleur général et de gestionnaire attitré  près la SODECA.

Aux dernières nouvelles, en sus d’impressionnantes mesures d’occupations des principales artères de la ville de Bangui  par les FDS, la tête de M. Beninga serait mise à prix par le pouvoir et M. Yandocka activement recherché par les Tontons Macoutes du régime. A quelques heures de la date fatidique de la marche pacifique et citoyenne de ce lundi, les états – majors des deux camps  seraient en alerte maximale. Et Bangui retient son souffle, après un après – midi singulièrement pluvieux et un temps maussade.

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire