Select your Top Menu from wp menus

CENTRAFRIQUE :UNE « ARMÉE DE GARNISON » DANS UN CONTEXTE DE DÉFAITE MILITAIRE AVÉRÉE : QUELLE IDÉE ?

En Février 2014, le Général Francisco SORIANO alors commandant de la force française Sangaris en Centrafrique déclarait à la presse que  » s’il faut aujourd’hui désarmer les mains -, il faut aussi désarmer les cœurs. »

Après son élection controversée à la présidence de la RCA, Faustin Archange TOUADERA avait fait de la dernière partie des propos du Général SORIANO, son leitmotiv en devenant ainsi l’homme du « désarmement des cœurs ».

En Juillet 2016, dans son discours des cent jours à la tête de la République Centrafricaine (RCA) le président TOUADERA avait affirmé que son « ambition est de passer d’une armée de projection à une armée de garnison ».

D’après le Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme en République Centrafricaine (RJDH /RCA), cette armée de garnison consiste à créer « quatre zones de défense à travers le pays : La Zone de Défense Autonome de Bangui, qui couvrira les préfectures de l’Ombella M’Poko, la Lobaye et la Kemo. La Zone de Défense du Nord-Ouest avec la base militaire de Bouar, couvrira les préfectures de la Nana-Mambéré, Mamberé-Kadei, Sangha-Mbaéré, Ouham et Ouham-Pendé. La Zone de Défense du Nord-Est, avec comme base militaire à Ndélé couvrira les préfectures de Bamingui-Bangoran, de la Nana-Gribizi, de la Haute-Kotto et du Vakaga. Enfin, la Zone de Défense du Sud-Est avec comme base Bangassou, veillera sur les préfectures du Mbomou, du Haut-Mbomou, de la Basse-Kotto et de la Ouaka. »

Après la capitulation en bonne et due forme de TOUADERA à Khartoum suivi de la confirmation définitive de sa défaite militaire, politique et morale face aux bandes armées à Addis-Abeba (Ethiopie), la mise en place de cette armée de garnison selon la doctrine du désarmement des cœurs, a belle et bien été lancée : Une multitude de nominations à des postes de responsabilité autant dans l’armée que dans l’administration centrafricaine. Le décret nommant Ali Darassa, chef de l’UPC ; Mahamat Alkatim, chef du MPC ; et Sidiki, chef du 3R, aux postes de conseillers spéciaux à la présidence ou à la primature chargés de la mise en place des unités spéciales mixtes consiste, d’après le concept de l’armée de garnison, à leur confier la responsabilité, des Zones de Défense qui sont sous leur contrôle.

Ainsi, dans l’exercice de leurs nouvelles fonctions, Ali Darassa, Mahamat Alkatim, Sidiki et autres, seront les principaux récipiendaires des armes qui seront livrées aux Forces armées centrafricaines lorsque l’embargo contre l’importation des armes de guerre en centrafrique sera officiellement levé.

Si cette finalité d’une armée de garnison dans un contexte de défaite militaire a été voulue, alors ceci est d’un cynisme morbide. Si cela n’a pas été voulu, alors c’est faire preuve d’une légèreté et d’une incompétence rare.

BONNE SEMAINE À TOUS

Jean Kalimsi

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :