Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique/Gouvernement : un nouveau gouvernement avant la rencontre d’Addis – Abéba ?

Alors que certains principaux leaders des groupes armés se trouvaient à Bangui, sous haute protection du contingent rwandais de la Minusca, en partance pour la rencontre d’Addis – Abéba du 18 au 20 mars 2019, le président Touadéra, quant à lui, et tout son gouvernement se sont déplacés à Boali.

Officiellement pour procéder au lancement des travaux de réhabilitation de la centrale hydroélectrique de Boali II, financés à hauteur de 24 milliards de Fcfa par la BAD, en vue d’une inter- connexion entre Bangui et Zongo. Mais officieusement, ce déplacement servirait au mathématicien de Boy – Rabé de mettre en place son gouvernement inclusif avant l’échéance fatidique du 18 mars prochain, histoire de prendre tout le monde de cours, comme il en a l’habitude, en sa qualité de grand boulanger de la République.

En effet, en dépit du rejet systématique de la composition de son dernier gouvernement par les GA, la majorité des partis politiques, à l’exception de l’UNDP de Michel Amine et du MLPC de Martin Ziguélé, et par la société civile et malgré ses vaines tentatives du boycott de la prochaine rencontre d’Addis – Abéba, par des manœuvres éhontées de corruption, le roublard et perfide Touadéra continue de croire que sa méthode de cooptation, de débauchage et de Koudoufarisme reste et demeure la solution – miracle à cette nouvelle crise, née de la non – application ad literram ac in spiritu de l’article 21 de l’Accord de Paix de Khartoum.

C’est ainsi que depuis Bruxelles, il aurait engagé des consultations avec certains membres des GA, des cadres des partis politiques et ceux de la société civile. Fort de  leurs accords, il composerait un nouveau gouvernement dont la liste serait connue le 17 mars au plus tard.

La rédaction

 

Related posts

Laisser un commentaire