Select your Top Menu from wp menus

Révélation : bientôt Sarandji en lieu et place de Ngon Baba ?

C’est ce qui se murmure et se susurre de manière, on ne peut plus, trop sérieuse dans les hautes sphères de prises de décisions de toute la Touadérakistan. Et ce, depuis que son départ de la primature a été acté et définitivement scellé par les négociations de paix de Khartoum et le paraphe de l’Accord y relatif.

En réaction, le ressortissant de Baoro qui a réussi, à grands coups d’argent, à mettre sous ses pieds les députés de l’UNDP, du MLPC, du RPR, du Patrie, de la CRPS, et du Mouni, en sus de tous les indépendants acquis à sa cause, a décidé d’utiliser tous les moyens à sa disposition pour prendre la place de Ngon Baba. Motif invoqué : les postes du premier ministre et du président de l’assemblée ne peuvent revenir à la fois  à deux centrafricains de confession musulmane.

Pour ce faire, une fois la mise en place du nouveau gouvernement terminée, Sarandji descendra résolument dans l’arène, tel un gladiateur avec son bouclier à la main, d’abord, pour obtenir coûte que coûte le départ du député de Baoro – quitte à lui remettre beaucoup d’argent pour le convaincre de ne plus siéger – ensuite, empêcher que son suppléant ne puisse lui succéder. Cette situation, enfin, donnerait immédiatement et inévitablement lieu à l’organisation de nouvelles  élections législatives partielles dans cette circonscription, à laquelle il participerait et qu’il gagnerait haut les mains.

Dès lors, il ne lui resterait plus qu’à faire comme il l’avait fait contre Karim Méckassoua aux fins de se retrouver dans le douillet fauteuil actuellement occupé par l’homme de Baboua.

Que celui qui comprend bien en tire profit !

La rédaction

Related posts

Laisser un commentaire