Select your Top Menu from wp menus

Centrafrique : la Libye fait bloquer un décaissement du FMI en faveur de la République centrafricaine

Dans un article intitulé «  Les choses s’accélèrent et se compliquent pour la Touadérakistan sur le plan diplomatique et international » et paru le 2 décembre 2018, le journal en ligne  « La Voix des Sans – Voix » avait prédit et annoncé des lendemains très difficiles pour le pouvoir de Bangui. Mais,  comme une voix criant dans le désert, à la manière de Jean – Baptiste, et invitant les princes de la République à plus d’esprit de sacrifice de soi, de  courage politique et de prise de responsabilité, ce message était passé inaperçu pour certains, et qualifié tout simplement  de fake news, pour d’autres. De quoi, s’agissait – il ?

Selon des informations de sources crédibles et en provenance des milieux diplomatiques et de certaines représentations des organisations internationales, des dispositions seraient en train d’être prises pour que tous les appuis et aides multiples et multiformes tant dans le cadre bilatéral que multilatéral à la République centrafricaine, fussent suspendus ou purement et simplement retirés. Politique de fourberie et de duplicité, pilotage à vue, non-respect de la parole donnée, violations permanentes des us et pratiques diplomatiques, et campagne de dénigrements contre la Minusca,  la France et les Etats – Unis, en étaient les raisons. Au sortir d’une de leurs réunions hebdomadaires, tous les ambassadeurs y compris celui  de la Fédération de la Russie s’étaient engagés, d’un commun accord,  à  faire remonter le plus fidèlement possible le compte – rendu de leur rencontre et  leur rapport directement à leur gouvernement et à leur hiérarchie avant toute action, comme l’exigent les règles de l’art.

Plus d’une semaine plus tard,  ces rapports dûment transmis à qui de droit et régulièrement  revêtus d’importantes décisions et d’orientations  plus ou moins claires et immédiatement exécutoires de manière progressive seraient déjà de retour, c’est – à – dire  en possession de leurs différents  initiateurs qui ne sauraient tarder à les rendre publiques.

Mais d’ores et déjà,  selon des sources très proches des institutions financières internationales de Bretton – Woods, à Washington,  et notamment  du Fonds Monétaire International, il a été rapporté à la rédaction que  la Libye aurait fait bloquer depuis quelques jours, par la procédure d’un ATD, et ce, pour des prêts consentis, nets et exigibles mais non remboursés  jusqu’à ce jour, le versement d’un important décaissement à la République centrafricaine, au titre de la quatrième revue de l’accord FEC dont le total était arrêté à 88 millions de DTS, soit environ 123,7 millions de dollars.

Voilà une bien mauvaise nouvelle pour la République centrafricaine qui est déjà confrontée, il y a plus de deux (2) mois,  à de fortes tensions de trésorerie et qui pour honorer ses engagements mensuels ces derniers temps, a été obligée d’avoir un tant soit peu la tête hors de l’eau, grâce à l’aide budgétaire de la France, estimée à 24 millions d’euros et octroyée lors de la visite de son ministre de l’Europe et des affaires étrangères Jean – Yves Le Drian.

Gageons donc que Mme Florence Parly qui est attendue dans la capitale centrafricaine du 10 au 11 décembre 2018 mette encore la main à la poche avant que les vannes financières ne fussent bouchées à jamais !

Jean – Paul Naïba

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :