Select your Top Menu from wp menus

Kremlin nie la présence des mercenaires du Groupe Wagner en Ukraine, Syrie et en Centrafrique

Révolte chez les mercenaires secrets de Poutine

Des vétérans de sociétés militaires privées russes opérant en Ukraine et en Syrie portent plainte devant le Tribunal pénal international. Moscou persiste à nier l’existence d’opérations clandestines meurtrières s’étendant rapidement à l’Afrique

Selon le Kremlin, ils n’existent pas. Ils ne guerroient pas dans l’intérêt du Kremlin, ni dans le Donbass ukrainien ni en Syrie. Ils ne reçoivent pas d’armes russes. Ils ne tombent pas sur les champs de bataille lointains, ni ne sont enterrés dans le plus grand secret. Et n’obéissent pas aux ordres de Vladimir Poutine.

Les mercenaires russes sont excédés par le déni perpétuel des autorités. Leurs efforts depuis 2014 visant la légalisation des sociétés militaires privées (SMP), pour bénéficier des mêmes avantages sociaux que les militaires, se sont heurtés à un mur. Mardi, un groupe de 357 vétérans de SMP a donc adressé une plainte collective au procureur général du Tribunal pénal international de La Haye.

Conférence à Moscou

La plainte vise la Russie pour «crimes de guerre» et non-reconnaissance de leurs droits sur la base du «Document de Montreux» ratifié en 2008 par la Russie. Ce document réglemente l’activité des SMP dans le monde entier. Dimanche, ils ont organisé une conférence à Moscou intitulée «Sociétés militaires privées. Mort de l’armée #NousNeSommesPasLà». Une allusion à un hashtag populaire né sur les réseaux sociaux russophones, désignant les (véritables) militaires russes combattant clandestinement dans le Donbass ukrainien.

La plainte à La Haye préfigure le déballage d’un linge très sale. Leur représentant, Evgeni Chabaïev, explique au Temps que «plus d’un millier d’employés de SMP sont morts et un nombre très supérieur sont estropiés. Ces derniers ont peur de témoigner et se cachent.» Ni eux ni leurs proches ne bénéficient d’aucune aide. Le thème est tabou dans les médias du pouvoir, car les pertes au combat sont classées secret défense, rappelle Evgeni Chabaïev.

Présence documentée en Ukraine et en Syrie

Bien que le Kremlin nie leur existence – interdite par la loi russe –, l’activité des SMP russes a été largement documentée sur au moins deux théâtres militaires: le Donbass, où elles combattent l’armée régulière de Kiev, et en Syrie, où elles soutiennent l’armée régulière de Bachar el-Assad. Car leurs opérations épousent les intérêts géopolitiques du Kremlin. L’exemple le plus voyant est celui de la SMP contrôlée par le milliardaire Evgueni Prigojine. Celle-ci s’est illustrée en février dernier, lors d’une attaque ratée en Syrie contre des forces de l’opposition à Bachar el-Assad armées par Washington. Un bombardement américain a alors décimé plus d’une centaine d’hommes de la SMP.

Ce désastre n’a nullement nui à la carrière de Prigojine. Ses hommes sont désormais actifs en Libye et en République centrafricaine depuis plusieurs mois. Il a été filmé le 7 novembre, participant à des négociations entre le ministre de la Défense russe, Sergueï Choïgou, et le chef de guerre Khalifa Haftar, qui contrôle des provinces de l’est de la Libye riches en pétrole. Mardi, Bloomberg affirmait que les activités de Prigojine se sont étendues à dix pays africains.

Démenti du Kremlin

Le Kremlin persiste à nier tout lien malgré l’accumulation d’évidences. Prigojine et son adjoint Dmitri Outkine ont été tous deux photographiés avec Vladimir Poutine, recevant des distinctions. Enquêter sur Prigojine s’avère d’ailleurs dangereux. Plusieurs journalistes russes ont reçu des menaces après avoir fait des recherches sur lui. Trois journalistes russes ont été mystérieusement assassinés en République centrafricaine le 30 juillet dernier alors qu’ils investiguaient sur les mercenaires de Prigojine.

L’ambiguïté du Kremlin s’explique par deux intérêts contradictoires. D’une part, le pouvoir veut maintenir un monopole sur les armes et les soldats sur son territoire (la crainte de soulèvements séparatistes ou révolutionnaires reste vive). D’autre part, le Kremlin affectionne les opérations clandestines à l’étranger. Les SMP offrent une couverture permettant de nier toute responsabilité.

«L’Etat russe doit se positionner», avertit Evgeni Chabaïev. «Soit en légalisant les SMP, soit en les interdisant pour de bon. Car le nombre de vétérans revenant d’opérations illégales à l’étranger augmente. Si on ne les réintègre pas dans un cadre légal, ils vont constituer des groupes criminels et représenter un danger pour le pays.»

Le Temps

Related posts

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :